Républic P47 thunderbolt razorback (4ème partie)

Il est temps de changer de partie une fois de plus, la quatrième déjà. suis je trop bavard?????

je profite de ce changement d’article et des quelques rares rayons de soleil pour faire des photos en extérieur, 1 mois sans soleil c’est long…..

j’ai donc monté l’avion pour l’occasion et faire le point du travail à réaliser pour finir l’oiseau.

le fuselage est bien avancé, il me reste a faire le ventre de l’avion et finir le nez.

au soleil la finition alu reste discrète et pourtant les détails sont présents.

le marquage est aussi à réaliser et le poste de pilotage. gros morceau le cockpit……

l’aile est encore en construction, il reste les gouvernes à mettre en place, un puits de train à terminer et toute l’aile à entoiler!!!

comme vous pouvez le voir il reste encore beaucoups de tarvail pour finir ce projet, j’estime le temps restant à 6 mois de travail environ. Mon objectif est de réaliser une maquette très proche du grandeur, beaucoups de détails sont et seront reproduits…

ça va faire environ 1 ans que j’ai commencé le P47, on entre de l’étape ou on commence à vouloir le voir voler, l’envie commence à titiller les pouces, son apparence est très proche de l’aspect final (dans les formes biensur ).

voilà le résumé est fait, il va être temps de reprendre la construction, comme pour les autres articles, le principe est le même, n’hésitez pas à laisser vos commentaires, vos remarques ou ce que vous voulez d’ailleur……

le deuxième puits a été réalisé comme le premier je ne vais donc pas détailler cette partie

voici le puits en peinture

le scotch sert à masquer le haut des nervures de façon à faciliter le collage du coffrage. après peinture vieillisment et salissures.

maintenant comparons avec le grandeur…..

une autre vue

il restera à placer la porte et le vérin. On peut observer une différence de couleur, mais c’est normale, c’est un razorback du pacifique, la couleur des puits étaient différentes, car pas fabriqué au même endroit et pendant la guerre les matière première manquait et on utilisait les apprêt que l’on avait sous la mains…..

j’attends ma commande de matériel futaba, un cordon S-BUS, un décodeur et un programmateur USB, pour paramétrer le servo du phare et régler les débattements. une fois fait je pourrais coffrer, car ce servo sera enfermé sous le coffrage sans trappe de visite….

je me suis attaqué aux porte de train, j’ai commencé par redessiner les nervures d’aile (partiellement) puis je les ai découpées. une fois fait j’ai collé les nervures sur mon plan de travail avec deux points de colle. Enfin un coffrage a été placé dessus.

ce moule a été réalisé avec les planches de balsa que je n’utilise pas pour la construction (balsa trop dur ou trop lourd). sur le dessus du moule, j’ai dessiné la trappe, à réaliser. j’ai ensuite découpé dans une planche de balsa de 2mm la forme de la planche, puis une deuxième. JE vais réaliser la porte en lamélé collé, une première couche de balsa est placée sur le moule, puis une deuxième est collée par dessus, elles sont maintenu en place par des poids de façon à ce qu’elles épousent parfaitement la forme. Une fois sec un ctp de 4/10 à été collé de la même façon par dessus avec un légé débord.

voici la porte sur son moule

une fois décoffrée on peut voir sa forme

elle épouse parfaitement la forme de l’aile

pour rigidifier la porte, j’ai fais une découpe dans la porte pour glisser dedans un ctp4/10. je compte rigidifier l’ensemble de cette manière.

Il n’y a plus qu’a attendre que se soit bien sec.

j’ai profité d’un déplacement sur Cherbourg pour visiter quelques musées, j’ai fais quelques trouvailles, comme le moteur du P47

je l’ai enmené discrètement pour le monter sur mon avion….hi hi hi

un cone d’hélice avec un panneau d’aile

la verrière debout en arrière plan

le siège pilote et on peut apercevoir sur la photo la roulette de queue

et une bombe qui était monté sous les ailes

pour moi c’est très riche, j’ai fait mon nippon avec mon petit nikon………..je dois reproduire ses pièces, il est intéressant de les voir, on peut valider les couleurs, la forme …..

de retour à la maison, j’ai repris l’avancement de la trappe et là….stupeur, au séchage la porte c’est refermé sur elle même, du coup, elle ne suis plus le profile de l’aile. Après réflexion, et oui ça m’arrive, je me suis dis que l’entoilage va encore accentuer le problème.

j’ai donc décider de refaire la porte mais d’une autre manière. j’ai redessiné une structure et réaliser un cadre découpée dans des planche de balsa de 4mm dur. c’est longerons auront pour fonction de rigidifier le panneau. La structure est construite sur la forme de l’aile pour conserver la forme du profile, ce coffrage servira donc de plan de travail.

la structure est ensuite rigidifiée, puis des renforts sont collés pour placer les charnières. ensuite on vient coller le ctp de 4/10 sur cette structure. Une fois sec on démoule et on vient coffrer l’intérieur de la porte en balsa de 1mm.

petit montage à blanc pour vérifier

maintenant elle épouse parfaitement le profile, on va pouvoir finir de la mettre en place, mais avant je dois faire un bossage à l’intérieur puis finir d’ajuster les charnières…..

j’ai réalisé le mécanisme de commande des trappes. comme indiqué plus en amont dans l’un des articles, j’ai choisi de mettre qu’un seul vérin de commande pour les deux trappes. J’ai du réaliser des renvoies de commande. pour ce faire, j’ai utilisé les biéllettes d’hélico (450), comme les hélicos s’est pour les fiotes, j’ai donc démonté ma tête de rotor pour récupérer les biéllettes. l’avantage c’est que c’est pas cher et sans jeux, il suffit de connaitre un piètre pilote d’hélico et lorsqu’il se crash récupérer les morceaux, je suis servis j’aurai bientôt des pièces de 700…….hi hi hi (spéciale dédicace)….

plus sérieusement voici le montage réalisé

pour rigidifier la commande vers la porte, j’ai collé la chape sur un tube carbone, à son autre extrémité j’ai un réglage possible.

voici comment ça fonctionne désolé pour la qualité du film, ma caméra est vraiment pas terrible….

http://youtu.be/Q_ogGXG-s7Q

petite programmation des cartes de train, avec le module de programmation, j’ai séquencé le cycle d’entrée sortie du train.

première étape: j’ai commencé par vérifier que tout les boitiers fonctionnait dans le même sens (si un boitier était à l’envers des autres j’aurai pu inverser son sens de rotation par simple programmation). j’ai profité de cette manip pour chronométrer les temps d’ouverture fermeture du train et des portes.

deuxième étape: réfléchir sur papier à la chronologie des actions et des temps de retard de tel ou tel mécanisme. En fait c’est très simple dans le principe, on temporise ou non le fonctionnement des mécanismes, donc pour une entrée de train par exemple, j’entre la première roue sans tempo, puis je commande la deuxième roue 2s secondes après et enfin je ferme les trappes 13s après. toutes les tempos démarrent à l’action du commutateur. Idem pour l’ouverture, sauf qu’il faut commencer par ouvrir les trappes avant de commander les jambes, bien sure.

troisième étape: essais avec la radio, par précaution lors du premier essais j’ai enlevé les jambes pour éviter d’endommager ma porte en cas de problème. tout colle à merveille, seul le temps de fermeture des trappes a été ajusté à la baisse. j’ai remonté les jambes et fait un essais, voici une vidéo pour vous montrer tout ça.

http://youtu.be/zDHauWi7caM

vous ne voyez qu’une seul jambe, car l’autre n’entre pas parfaitement dans son logement, je dois ajuster un peu pour qu’elle entre librement.

je viens de recevoir ma commande futaba, je vais donc pouvoir régler mon servo de phare d’atterrissage, et finir le coffrage de l’aile…..

la deuxième porte est en cours de construction, je vais ensuite la mettre en place, j’ai fais le deuxième mécanisme, il ne me reste plus qu’a placer la commande sur la porte, c’est en bonne voie.

plus que les ailerons à mettre en place t l’aile sera prête à entrer en finition.

j’ai découpé dans une plaque d’époxy les deux morceaux qui réaliseront la charnière, pour celui dans l’ailerons j’ai découpé dans une feuille époxy simple face, donc une face cuivrée, pour le second dans une feuille d’époxy ordinaire. elles font environ 1.5mm d’épaisseur. Une fois les charnières réalisée, j’ai collé la première partie sur l’aileron, pour l’aligné parfaitement j’ai placé un gabarie qui supportera une corde à piano qui passera dans les axes de rotations.

une fois sec on enlève le gabarie et la corde à piano. si j’ai pris du simple face, c’est pour utiliser la surface cuivré en soudant un écrou à l’étain sur cette face.

l’écrou servira de serrage de l’autre partie de la charnière.

Maintenant vous comprenez ou je veux en venir, une vis viendra se loger dans l’écrou passant pas l’axe de l’autre partie de la charnière, mais il persiste encore un soucis, je ne peux pas serrer ma vis sous peine de bloquer tout mouvement. j’ai donc usiné une entretoise dans un tube qui aura deux fonction, la première éviter le blocage de la charnière tout en permettant le serrage de la vis, la deuxième le tube alu limitera l’usure de la charnière, il protègera le filet de la vis ce qui évitera que la pièce époxy ne s’use trop vite.

voici le tube alu dans son logement, il doit dépasser que de quelques dixièmes de l’épaisseur de la pièce époxy

ces petites pièces ne sont pas toujours facile à réaliser, il faut souvent trouver des combines pour les tenir lors de l’usinage. L’aileron peut maintenant être mis en place.

le volet est aussi placé pour permettre de régler les jeux et virifier les alignements. Après un ajustage on vérifie les débattements. sur le Plan de Brian Taylor, il conseille 3/8″, ce qui est proche du centimètre. ( petite parenthèse, pour ceux qui utilise les plans anglais, les cotes sont souvent en anglais en inche ou pouce, pour convertir, il suffit de multiplier par 2.54, et lorsque l’on a des fraction comme ici, on calcul la fraction 3/8=0.375 que l’on multiplie ensuite par 2.54 ce qui nous donne 0.9525 soit 1 cm dans notre cas).

pour ma part il convient d’avoir plus de débattement que préconiser, si on doit changer les débattement à notre convenance il nous faut de la marge. mais c’est bien d’avoir une idée au départ, surtout en maquette ou les avions sont parfois brutal…..

j’ai donc vérifié les débattement dans les deux sens.

lorsque l’aileron bascule vers le haut il entre sous l’aile et laisse apercevoir le bord d’attaque, avec un débattement de 2cm environ

sur le mouvement inverse l’aileron sort par l’arrière tout en basculant comme un volet , ici le débattement est de 3cm, mais sur l’autre ailerons je n’ai pas pu aller plus loin que 2.5cm de débattement. Ce n’est pas trop grave on a plus que doublé les débattement donné par le plan. De plus, la commande des ailerons viendra gèner les débattements, on verras lorsque les commandes seront en place les réglages possibles.

j’en ai profiter pour placer les chappes sur les volets ainsi que les commandes

elles sont discrêtes et conforme au grandeur. seul le mouvement du volet n’a pas été repris, l’échelle de cet avion est trop petite pour permette cette réalisation sans faire une usine à gazs et apporter un poid trop important. Lorsque l’on réalise une maquette, on est toujours dans le compromis, en ce que l’on veut réaliser et ce que l’on peut réaliser Et pour compliquer, des fois on peut le faire mais on ne le fait pas pour des raisons techniques sur le modèle…..

on peut continuer longtemps sur le débats, mais il n’y a pas vraiment de réponse, c’est a chacun de faire sa maquette et de juger ce qui peut ou ne peut pas être fait……………..

l’aile arrive bientot à la fin de sa construction, il ne reste vraiment que quelques bricoles avant l’entoilage. Pour commencer l’habillage des bords de fuite (intrados de l’aile) devant les ailerons, c’est du « remplissage » donc on choisi le balsa le plus légé possible, puis on vient coller des morceaux que l’on poncera en forme. sur la photo suivante on voit le trou à boucher.

le première bande de balsa est en collage

après séchage on présente l’aileron dans son logement et on commence à mettre en forme la partie déjà remplie, puis on vient coller les autres morceaux pour finir le travail.

rien de bien compliqué en soit. une fois sec on finira la mise en forme de cette partie. il est temps de penser finition de l’intrados de l’aile, donc on réalise un peu d’enduit nitro chargé au talque pour optenir une concistance de « purée » un peu plus liquide puis on viens charger abondemment les jointure de feuille de coffrage et les pièces qui pourraient laisser des imperfection. j’ai aussi chargé les bords de fuite de l’aile (ailerons et volets).

on voit bien sur la photo les bandes blanches et le bord de feuite aile coté aileron qui est bien chargé. l’enduit nitro talqué est le meilleur petit reboucheur que j’ai testé, pas cher et facile à mettre en oeuvre comme à poncer d’ailleurs. les reboucheurs autres généralement arrive à se décoller sur vibration ou sont vraiment difficile à poncer, comme quoi les choses les plus simple sont souvent les meilleurs.

IL nous reste plus qu’a poncer puis voici l’aileron en place avec son nouveau BA.

plus de jour en tre les deux pièces et les débattement sont inchangé. l’autre aile reste à faire, on procèdera de la même manière.

Les commandes des ailerons ont été réalisées, j’ai utilisé une tige carbone dans laquelle j’ai inséré deux tige filetée collées à la colle epoxy. J’ai utilisé pour la première fois la colle de chez Aérokit, moins cher que dans les commerces, elle est plus fluide et plus dur après séchage. La chappe sur l’aileron est découpé dans une plaque epoxy collée de la même manière.

ensuite gros ponçage de l’intrados puis on viens placer une première couche d’enduit nitro. Elle aura pour fonction de durcir un peu le balsa pour éviter qu’il ne marque, il est maintenant fini, se serait domage de l’abimer.

l’aile touche a sa fin, on va passer à l’extrados pour placer un ctp qui renforcera le BA au dessus de l’ailerons. on remonte l’aileron pour visualiser le positionement du ctp puis on sort aussi le plan trois vu pour être conforme au grandeur.

Ensuite on vient tracer la bande de ctp et comme pour les volets, une feuillure est faite de 4/10, épaisseur du ctp puis on vient le coller en place.

une fois sec on va finir l’aile et comme pour l’intrados on va chager de l’enduit nitro avec du talque pour boucher les quelques incorrections du au bord à bord de planches de coffrage ou des collage de ctp.

gros ponçage, on doit enlever le maximum d’enduit pour ne laisser que le stricte nécessaire. l’aileron est repositionner pour vérifier les débattements une nouvelles fois. Ces étapes de vérifications sont nécessaires, se serait vraiment domage de se rendre compte une fois les finitions faites que les ailerons ne peuvent pas se manoeuvre correctement, on serait alors obligé de corriger le problème et la finition en souffirait.

l’aileron s’intègre parfaitement dans l’aile, il restera à ajuster les ouvertures des charnières pour qu’elle ressemble à l’apparence du grandeur. mais on verra ça plus tard..

l’autre aileron sera traité de la même manière, on collera une bande de ctp puis on viendra enduire pour enfin poncer. Après cette étape, pour les amoureux du balsa, profitez bien de regarder ces photos car elles sont les dernières ou vous verrez le bois. La prochaine étape est l’entoilage de l’aile.

comme je le disais, pour la méthodes vous pouvez regarder sur l’article du FW190, tout y est expliqué en détail, pour résumer: deux couches d’enduit nitro sur l’aile, puis petit ponçage pour égrener. ensuite on vient coller le papier japon à l’enduit nitro puis on passe trois couches d’enduit nitro à nouveau. ensuite on ponce légèrement pour éliminer les grains. l’aile est prête à être enduit avec un enduit carrossier épais, qui aura pour fonction de remplir toutes les micro imperfections.

l’aile en peinture

on laisse sècher puis ensuite le ponçage commence. Pour ce coups, c’est un ponçage « sévère » on reviens au maximum sur le papier japon sans toutefois le toucher. On profite pour noter avec un crayon a papier les défaut que l’on ne peut pas effacer, je vous rappel que l’on a une finition alu, donc le moindre défaut se verra comme le nez au milieu du visage.

sur la photo on voit bien que l’on est revenu très près du papier. le ponçage se fait au papier carrossier et à l’eau. pour ce premier ponçage je suis au 400.

pour cette étape j’ai résussi à négocier avec madame un retour sur la table de salle à manger, plus facile et surtout plus de place.

on profite tout de suite pour boucher les défaut que l’on a repéré avec du syntho finition. après avoir effacé les défauts, on retourne à l’atelier pour appliquer une nouvelle couche d’enduit d’enduit carrossier.

l’aile est maintenant prête, on va pouvoir commencer la finition. j’ai ressortie le fuselage, je l’ai dépoussiéré, puis j’ai monté l’aile sur le fuselage. A l’aide du plan trois vues, j’ai tracé toutes les lignes de tôles. Les volets ont été mis en place pour mieu voir les volumes et juger plus facilement de la répartition des tôles.

les tôle sont dessinées les unes après les autres

on fait les deux ailes en même temps, c’est là que j’aurai aimé faire un mirroir comme sur autocad pour copier collerles ailes l’une sur l’autre. Ici c’est la méthode manuel, après avoir tracé une aile, on prends les cotes que l’on reporte sur l’autre tout simplement.

on va pouvoir enlever  l’aile, mais avant, on trace l’appuis des karmans pour visualiser la partie sous le corps et on trace sur les volets la partie cachée par l’aile de façon à placer les tôles sur les volets.

Vous avez compris que maintenant va commencer la finition de l’aile….

l’aile est placée sur la table à plat, il est important de pouvoir tourner autour de l’aile facilement. cette étape est relativement longue, on a beaucoup d’attente avec les temps de séchage. On commence par une étude minutieuse, pour savoir comment sont placées les tôles. cette étude déterminera les tôles à réaliser en premières. généralement on commence par le bas de l’aile. Pour connaitre le sens des tôles, seul les photos peuvent définir si elles sont juxtaposées ou l’une sur l’autre. Une bonne documentation est donc nécessaire pour cette étape.

Pour notre aile, j’ai deux panneaux amovibles placé sur l’aile, un pour réapprovisionner les bandes de mitrailleuses, un autre pour avoir un accès aux mitrailleuses. ces panneaux sont donc montés par dessus l’aile, donc on aura une arrête vive sur le pour tour du panneau. Comme vous pouvez le voir, une étude de la structure de l’aile est nécessaire pour aborder correctement cet étape.

passons aux choses sérieuses, j’ai déjà expliqué plusieurs fois la méthode pour faire les tôles dans les articles du FW190 et pour le fuselage du P47, je ne vais pas détailler cette partie ici.

j’ai placé des bandes de papier collées à la colle blanche, puis j’ai enduit pour cacher l’arrête que l’on ne souhaite pas voir. Voici en gros le principe.

une fois le mastic de finition poncé et apprêté, on distingue les arrêtes

j’ai ramarqué que le mastic en sèchant à tendance à se rétracter, et après plusieurs jours, on se rencontre que l’arrête que l’on avait masquée, réapparait sous forme d’un légé trait qui sera très visible avec une finition alu…..j’ai donc expérimenté une nouvelle manière de faire. j’ai placé deux bandes caches l’une sur l’autre en limite de tôle, puis j’ai enduit directement contre la bande cache. après ponçage et enduit le résultat est identique à la bande papier. la tôle du saumon a été réalisé ainsi.

le résultat ma parait plus que satisfaisant, mais ça me semble plus fragile que la bande de papier…. on vera avec le temps.

les tôles s’enchainent les unes après les autres jusqu’à ce qu’elles soient toutes placées.

pour faire le dessus de l’aile du P47 j’estime le temps à 20h de travail rien que pour les tôles. On me demandes souvent le temps passé pour faire une maquette, généralement je ne comptes pas, je fais quand j’en ai envie, j’arrête quand j’en ai mare….je fais comme mon plaisir me guide, ça doit rester un vrai plaisir…..si vous lisez ceci et que vous vous demandez si c’est accessible, seul moyen pour vous de la savoir, c’est de sauter le pas. Avant d’avoir essayé, je n’aurai jamais imaginer faire de telles finitions. Rien d’inaccessible, juste beaucoups de temps et de patiences. j’espère que ça vous donnera envie, et quel plaisir d’arriver sur le terrain avec un avion unique, c’est nous qui l’avons réalisé. Alors a vos outils, vous êtes pas obligé de tous faire à partir d’un plan, il y a des kits, et pour 250€ il existe des kits complets.

les tôles sont maintenant réalisées, une petite photo en contre jour pour mieu les visualiser

les petites sur épaisseurs donnent l’illusion de tôles. ensuite il est temps de fixer ces tôles avec des rivets. on va donc tracer toutes les lignes de rivets. Pour ce faire on prends un bon plan trois vues et on vient tracer sur l’aile en faisant une bonne vieilles règles de trois pour positionner correctement les lignes. parfois il faut faire à loeil, car une voilure modèles réduits peu être légèrement dissférentes que celle du grandeur.

il faut tracer toutes les lignes avant de commencer à réaliser les rivets, car on a besoin de visualiser l’ensemble pour apporter une éventuel correction. On trace toujours au crayon à papier de façon à pouvoir gommer si on souhaite modifier, mais surtout pour éviter que l’encre du crayon ne ressorte de la peinture.

voici l’aile fini en tracé

le rivetage se fera à l’aide d’un fer a soudé comme pour le fuselage. on vient poser les fer pour marquer la surface et laisser l’empreinte du rivet. après 5h de travail environ la première aile est faites

les rivets sont brut, on doit encore les travailler pour les rendre plus discret, mais on vera ça plus tard.

maintenant on va renouveler l’opération sur l’autre aile…

petite parenthèse pour répondre à notre ami….. sur le plan du P47 de Brian Taylor, il propose un train à réaliser soit même, comme je l’ai dis plus dans les articles j’ai opté pour un mécanisme E-retract. j’ai acheté des jambes chez Robarts et je me suis planté de réf, résultat les jambes ne rentrent pas dans l’aile.  au vu des jambes Robarts, j’ai décidé de faire mes jambes moi même pour deux raisons, la simplicité de réalisation avec peu de matériel, et le fait que le train entre au chausse pied, comme tu pourra le voir plus haut dans cet article ou celui précédant, il y a que très peu de place donc de marge pour que le train entre. Le faite de faire mes jambes m’ont permis d’ajuster plus facilement l’intégration…..voilà pour l’historique.

maintenant pour ta question, le mécanisme E-retract manoeuvre une corde à piano de 6mm

les jambes Robarts sont d’origine comme celle de gauche cet à dire fermé par un morceau de métal soudé sur un tube. pour monter le train sur le mécanisme, il faudra couper l’extrémité du tube pour l’ouvrir

ensuite dans le sac d’accessoire il y a un adaptateur prévu, que je tiens  dans ma main

le jeu conciste à placer le ressort dans le tube (car le fond retiens le ressort amortisseur) et ensuite à reboucher l’extrémité du tube avec l’adaptateur. petite remarque, cette étape ne peu pas se faire à froid sans donner de sérieux coups de marteau, tu devras chauffer l’extrémité du tube pour faciliter l’incertion de l’adaptateur. si tu devais passer par là il faudrait que tu démonte le train par le bas pour ne pas être ennuyé avec le ressort pendant cette manip. et ensuite compromer le ressort tout en remontant le train. il faudra aussi surement couper un morceau du ressort pour ajuster la souplesse de l’amortissement.

une fois fait l’adaptateur se mettra facilement en place sur la corde à piano du mécanisme

il te faudra aussi percer la jambe ainsi que l’adaptateur puis tarauder pour placer deux vis de fixation sur le mécanisme. Comme tu peux le voir, c’est possible mais il te faudra faire beaucoups de mécaniques pour adapter l’un sur l’autre. c’est aussi pour cette raison que j’ai opté pour une réalisation perso (pas beaucoups plus difficiles et surtout 200€ de moins.

voilà j’espère avoir répondu à ta question…..

l’autre aile a été rivetée comme la première, puis j’ai placé les trappes d’accès permettant la maintenance de l’avion ou les commandes d’ouverture des panneaux de ravitaillement.

ici les trappes permettant l’accès aux charnières d’ailerons

l’accès à la commande d’ouverture du panneaux mitrailleuses

et d’autres panneaux de servitudes

chaque panneaux ou trappes sont fixés par des vis qui ont été reproduites biensur. l’extrados de l’aile est maintenant presque terminé, il faudra poncer à l’eau encore une fois pour éliminer toutes les bavures de rivetage, ça aura aussi pour effet « d’effacer » un peu les rivets, puis on pourra peindre le dessus de l’aile.

il reste encore les feux de positions à réaliser, ils ont été tracé sur le saumon, puis j’ai découpé à l’aide d’une scie à chantourner (à main) l’emplacement du feux. J’ai gardé le morceau précieusement, je vais essayer un thermo formage sur la forme enlevée. ensuite j’ai découpé un morceau de balsa que j’ai ajourer pour passer la LED et avant de la collé, j’ai évidé l’aile pour passer les fils plus facilement de façon à ne pas être gèné.

pendant que ça sèche j’ai tracé et réalisé l’ouverture de la prise d’air du cockpit qui se trouve dans le BA de l’aile droite. j’ai coupé à la scie perpendiculairement à la fibre du balsa du BA pour ne pas hacher le balsa, puis coupé au cutter dans le sens des fibres. une fois le morceau enlevé, j’ai creusé à la dremel à l’aide d’une petite fraise. La réservation est faites, il faut maintenant finir le travail en « plastifiant » le blasa. une couche d’enduit nitro

puis une fois sec, une couche d’enduit nitro chargée au talque. ensuite ponçage pour mettre en forme et si besoin renouveler la couche enduit talque pour boucher les imperfections.

pour le ponçage, ça va être coton, je ne vais pas pouvoir poncer avec le doigt, il n’entre pas…..je vais donc faire une calle à poncer sur mesure, je réfléchi à la chose.

pendant que l’enduit sèche, retour sur le feux de navigation, j’ai fini d’habiller l’intérieur, il va falloir faire la vitre. je reprends donc la pièce découpée, puis je viens la renforcer avec des chutes de balsa pour donner un peu plus de volume et faciliter la tenue de la pièce lors du moulage. Une fois fait, j’achète une boîte à gateau avec les gâteaux que je mange en douce dans l’atelier, pour récupérer le couvercle qui est la seul partie parfaitement lisse de la boite. je découpe donc un carré que j’enveloppe autour du gabarie. les deux partie du film plastique sont serrée dans l’étau. Deux serre-joints vienne finir d’ajuster la tension du film et apporte du poid pour une meilleur tension.

A l’aide d’un décapeur thermique, réglé à pas trop chaud (si pas de réglage éloigner le décapeur) puis chauffer à la base sur l’étau pour prétendre le film, puis ensuite chauffer l’égèrement la pièce. Enlever les serre-joints puis rechauffer en tirant le film à la main (attention de ne pas se brûler) puis répéter pour l’autre angle de la pièce.

la pièce est maintenant faite

à l’aide d’un cutter on vient découper le contour de la pièce puis on ajuste en fonction de l’aile.

attention l’ajustage doit être précis, vaut mieu couper deux fois et reprendre encore une autre que de couper trop court et refaire la pièce, car après il faut remanger des gâteaux et on va finir par être gros…..

j’ai reproduit les détails à l’intérieur du feux, voici le feux du grandeur

voici le feux de la maquette

j’ai soudé une led rouge sur l’aile gauche sans vérifier si c’était bon, avec mon bol il va falloir que je recommence si ça se trouve!!!!!

voici l’entrée d’air du grandeur

voici l’entrée d’air de la maquette

j’ai reponsé les rivets sur l’entrée d’air, ça me plaisait pas, ja vais donc les reprendre pour avoir un aspect identique à la photo.

le dessous de l’aile est en cours, j’ai poncé à l’eau jusqu’au papier sans le « bouffer », puis passé une nouvelle couche d’enduit carossier. ensuite traçage des lignes de tôles (comme pour l’extrados) puis cette fois j’ai modifié la méthode de réalisation des tôles.

j’ai placé une bande cache sur la ligne de tôle puis j’ai doublé cette bande pour donner de l’épaisseur. Ensuite j’ai enduit contre la bande cache, après séchage j’ai poncé à l’eau au papier 180 pour dégrossir puis au 400 pour finir. Une fois fait bien nettoyer et sècher avant de passer une petite couche d’enduit nitro

une fois fait on enlève les bandes caches, puis on passe aux autres tôles…

le saumon

j’ai changé de méthode pour deux raisons, la première est qu’au séchage de l’enduit il se rétract encore un peu après plusieurs jours, et laisse apparaitre un légé retrait qui n’est visible qu’avec une finition alu, et la deuxième est le gain de temps, cette méthodes est plus rapide. Par contre, il y a toujour un inconvénient, il faut être beaucoup plus souple sur le fer à souder pour faire les rivets, car le fer entre facilement dans l’enduit….

les tôles sont maintenant presque toutes réalisées, il ne reste que les panneaux à mettre en place……

on revient sur l’extrados pour commencer la mise en peinture. l’aile est entièrement poncée à l’eau au papier 400. plus de trois heures de ponçage pour « effacer » les rivets.

il faut se mettre en contre jour maintenant pour voir les rivets, on distingue aussi très bien les différentes tôles et panneaux.

j’ai repris aussi les vis de fixations des entrées d’air, elles ne me plaisaient pas car ça correspondait pas à la photo…..

là c’est beaucoup mieu…. comme je vous le disais, les rivets sont maintenant très discrets

l’aile est nettoyée à l’eau puis bien essuyée pour éliminer tout résidus de ponçage, puis une fois parfaitement sèche, petit tour à l’atelier pour passer la première couche de peinture alu…..

la peinture est pratiquement sèche, j’ai remonté l’aile car il faut de la chaleur pour tendre un peu la peinture.

on peut voir qu’avec la peinture alu les rivets ressortent encore beaucoup, comme les micros défauts.

encore une couche d’alu puis on va pouvoir commencer la finition et les salissures…..

il est temps de passer au vieilissement et au salissures. gros travail de finition, ce n’est pas difficile en soit mais ça demande beaucoups de temps et de patience.

l’aile est bien avancée, les tôles sont traitées une à une.

on commence à distinguer le rendu des toles, les rivets sont volontairement très discret

voilà maintenant la finition du dessus de l’aile est lancée, plus que ………..beaucoups de travail pour finir….à titre indicatif, j’ai passé à peu près 25h de travail sur le dessus des ailes…..

l’avion est maintenant près pour ça première sortie en pleine air, le soleil Normand est particulier, mais bon, c’est pour moi une occasion de voir le rendu avec un éclairage naturel. il est en compagnie des ses petits frères du forum, modélisme.com. ils ont bien papoté tous les trois…..

le rendu est vraiment comme je le souhaitais, les détails sont visible mais pas trop présent

il faut vraiment être assez près pour distinguer la finition.

ce qui est particulier avec l’alu, c’est que le même travail sur un angle ou un éclairage  différent on a pas du tout le même aspect…..les défaut ressortent aussi très bien….

voilà prochaine étape, comme promis un petit point détaillé sur les jambe « maison » du P47…

je suis passé un peu vite sur la réalisation des jambes du train. Après avoir essayé une jambe du commerce, je me suis rendu compte qu’il était difficile de l’intégrer correctement dans l’aile. j’ai donc opté pour la réaliser moi même, au vu de la jambe robart que j’avais sous les yeux.

le cahier des charge est simple, pas de grosses mécanique, je n’ai pas de tour, pas de fraiseuse, seulement du petit outillage et un chalumeau bi-gazs acheté chez brico-truc pour 70€ environ. la jambe était déjà bien étudiée et maquette sur le plan de Brian Taylor, j’ai donc naturellement repris ce plan que j’ai adapté à mon cahier des charges.

voici les pièces du train à réaliser.

le train a donc trois parties, le haut de la jambe, le ressort, et le bas de la jambe.

pour le ressort rien de particulier, je l’ai récupéré je ne sais plus ou, il doit être rigide et entrer dans le tube de D12.

pour la partie haute

trois pièces à réaliser, la pièce C est la plus technique avec son trous oublon qui sert de guide à la tête de vis de fixatiuon de la jambe et évite la rotation. c’est pour cette raison que je n’ai pas besoin de compas. pour le faire, il suffit de tracer à l’aide d’une pointe à tracer l’emplacement sur le tube puis de pointer à l’aide d’un pointeau le centre du premier trous. on fait de même pour l’autre extrémitée de l’évidement à réaliser. c’est ici que l’on choisi la course d’amortissement de la jambe. une fois les deux extrémité pointée, on répartie plusieurs trous sur la longueur les plus proches possible pour faciliter la réalisation. Une fois fait on a une succession de trous au diamètre de la tête de vis que l’on souhaite placer. Il nous reste à jouer de la petite lime pour finir l’ajustement. si vous avez fait ça, la difficulté de la jambe est passée.

pour le reste c’est du plus simple, vous coupez deux morceaux de tube de 22mm de long, la pièce A en tube de 8mm et la pièce B de diamètre 10mm. c’est deux tubes servent à rattraper le jeu autour de la tige de 6mm en sortie du train E-retract. il seront emenché à fort dans la pièce C à l’emplacement du montage sur le mécanisme de train. Ensuite petite goutte de brasure argent pour coller les pièces ensembles, puis on vient percer deux trous au diamètre 3.5 pour placer les vis de fixations. ensuite on taraude à 4mm, attention avec les taraux, ils sont fragile, il faut démarrer le taraux puis 3/4 de tour en vissant et 1/2 arrière pour casser le copeau, autrement on bloc le taraux avec les copeau et fini par le casser…..voici le résultat, les deuxx vis sont en place

voilà la premire pièce est faites….encore une remarque, placer les vis de fixation en fonction de la facilité de démontage, et le trous oublon de façon à ne pa le voir, c’est à dire entre la jambe et le pantalon.

passon maintenant à la partie basse du train, cinq pièces sont à réaliser.

la corde à piano est coudée à l’identique du plan BT, une rondelle est brasée pour retenir la roue, puis on laisse 20mm pour entrer dans la jambe. On coupe maintenant un morceau de tube de 10mm de 70mm de long (pièce B). il sera ensuite ajusté en longueur en fonction du ressort. Sur la partie basse du tube, deux morceaux de tubes sont à découper, la pièce D tube de 12mm de 11mm de long, la pièce C tube de 8mm de 20mm de long. Enmencher la pièce C dans B, puis D dans B, mettre les trois pièces bord à bord et ensuite placer la corde à piano dans l’assemblage de pièces. immobiliser à l’aide d’une troisième main, puis on vient braser l’enssemble. il nous reste maintenant un dernière chose à réaliser, un coupe un morceau de tube de 8mm de diamètre et de 10mm de long pour le glisser dans l’autre extrémité de B. ce tube aura deux fonction, donner de la matière pour visser la vis de montage du train et d’éviter que le ressort n’entre ou se coince dans le tube…..

LA jambe est presque fini, on entre la partie basse dans la partie haute et on vérifie que ça coulisse bien l’un dans l’autre, géné ralement on a une bavure à retoucher à la lime, on y va doucement pour ne pas déformer le tube, toile émery ou lime douce , voir queue de ras pour l’intérieur du tube. il est préférable de le faire avant de commencer l’assembale des pièces tout au début de façon à ce que la queue de raz passe failement de part en part dans le tube…..oupps j’aurai du en parler plus haut avant…..

une fois que les deux tube culisse librement sans jeux excessif on va monter la jambe sans ressort, positionner les deux partie puis tracer l’axe du trou oublon. on sépare les deux partie et on trace l’axe sur une grande longueur de tube. ensuite on place le ressort, on vient comprimer puis on trace l’emplacement de la vis de montage. coup et pointeau puis percçage et taraudage. pour ma part j’ai placé une vis CHC de 2mm, donc perçage à 1.5mm puis on taraude à 2mm.

voilà la jambe est fini, pour vous montrer j’ai assemblé la jambe sans ressort pour montrer le principe de montage

une vis sur la partie basse de la jambe, celle que l’on vien de placer

ensuite on vient assembler la jambe, biensur on enlève cette vis que l’on replacera lorsque les deux partie seront correctement positionnée

une fois la vis en place

puis on vient bloquer la vis dans son logement

on manoeuvre bien l’ensemble pour vérifier le fonctionnement et on rectifie si besoin. une fois correcte on démonte et on place le ressort et on remonte. comme vous pouver le remarquer, la vis n’est pas placée sur le bord du tube, c’est pour avoir une marge et donc un réglage possible de la tension du ressort, je peu couper un peu pour assouplir l’amortisseur. il est plus facile d’assouplir de de durcir.

voilà pour la réalisation de la jambe, j’espère avoir été clair, ça peu paraître compliqué, mais c’est assez simple de conception. les jambe robart, se sont les compas qui empêche la rotation et maintiennent le montage. Je pense avoir bien simplifier le système en réalisant ce principe……la jambe sera ensuite habillée pour la rendre plus maquette et les compas seront fictifs…..

voilà le travail de Christian, sa jambe est tout simplement magnifique,

p1000570

au vue de ce résultat, je penses qu’il n’a pas tout a fais suivi ma notice!!!!!  très très jolie

pour ma part j’ai fait une petite pause, j’ai doublé l’atelier pour pouvoir travailler au chaud cet hivert car le garage est maintenant occupé par mon nouveau jouet….. j’ai du me mettre à la tâche pour faire l’isolation et le doublage des murs. il me reste encore un petit ragréage et le carrelage à réaliser puis je vais pouvoir investir les lieux….

De retour sur le P47, j’ai investi une fois de plus la maison, promis c’est pas pour longtemps…..

Je ne pouvais pas laisser mon PePetouCriste sans nouvelles trop longtemps, à son grand âges il se peut qu’il ne voit pas la fin de la construction……hi hi hi…

Pour revenir au P47, j’en était sur la finition du desous de l’aile, donc on ressort les outils et accessoires, puis on vient tracer les lignes de rivets sur la première aile.

comme pour le dessus de l’aile, c’est la même technique. j’ai placé le volet car les rivets sont alignés à ceux de l’aile, les deux doivent donc être traité ensemble.

sur l’extrémité de l’aile, j’ai commencé à placer les trappes de visite.

je vais mettre la priorité sur la finition des gouvernes, de cette façon je vais pouvoir les coller en place et finir les commandes. une fois fait, je fermerai définitivement les trappes de visite des servos en les collant par quelques points de colles . Ensuite le tour des trappes seront mastiqué pour les effacer complètement. je ferait toutefois un relevé précis de leur emplacement en cas ou je serais obligé de réouvrir.

donc ne pleur plus Pépé, c’est reparti……

après avoir tracé les emplacements des lampes de reconnaissances, je réalisé les ouvertures de façon à placer les lampes.

ensuite toutes les trappes de visites ont été réalisées sur le dessous de l’aile, elles sont protégées par une bande cache de façon à maintenir l’arrête vive. puis on vient passer deux couches d’enduit nitro et une couche d’enduit carossier.

on commence le rivetage des extrémités des ailes, au fer à souder, la méthode est maintenant parfaitement connu, et on grave un à un les rivets

sur l’autre aile on distingue bien les épaisseurs de tôles et on voit aussi les trappes de visites

les rivets autour des ouvertures des servos ne sont pas encore réalisé, car pour le masticage je vais devoir poncer et j’abimerai les rivets. ils seront donc réalisé quand les trappes seront fermées définitivement.

les volets sont maintenant bien avancé, les lignes de tôles et les rivets sont réalisés, il restera à les poncer à l’eau pour éliminer les bavures de rivetage et ensuite passer à la peinture. ils seront terminé avant de les coler en place.

je vais avancer maintenant sur l’aile et en peindre une partie. seul la partie ou se trouve les ouvertures sera peinte au dernier moment…..

les panneaux au niveau des mitrailleuses sont découpés puis collés à la colle blanche.

comme pour les trappes, on protège les arrêtes puis se succède les couches d’enduits. Une fois fait, on trace les lignes de rivets et les découpes des ouvertures d’extraction des douilles.

les découpes se font au cutter sur lequel on a monté une lame neuve pour obtenir une découpe parfaite sans arracher le papier…

quelques trappes ont été ajoutés sur le coté du panneau mitrailleuse, tous les tracés sont réalisé, on va donc passer au rivetage.

voici le résultat

Les ailerons sont maintenant en cours d’entoilage, pendant ce temps je vais réaliser le petit ventre de mon gros père…..

L’avion est mis en croix et retourné sur le dos, il est calé dans cette position.

il commence déjà à avoir fier allure

le bébé est bien calé, on va découper les pièces tel que prévu par le plan. elles seront ajustées puis montées à blanc pour visualiser l’ensemble.

on perçoit bien la forme du fuselage maintenant

une fois n’est pas coutume, je vais encore apporter quelques modifications au plan. je vais faire cette partie démontable et non solidaire de l’aile comme le prévoyait le plan.

Cette modification va augmenter l’aspect maquette, en effet, en procédant de la sorte, je vais cacher les vis de fixation de l’aile et en même temps je vais faciliter le câblage radio lors du montage et éviter de pousser tous les fils lors du montage  de l’aile……

Mais ils n’y a pas que des avantages, j’ai quand même un problème à résoudre, c’est comment réaliser une fixation solide, car sur cette partie de l’avion, j’ai le réservoir ventrale. il faudra donc que la fixation soit  solide de façon à supporter le réservoir et les efforts aérodinamiques de l’ensemble…..

mais bon j’ai ma petite idée et comme à mon habitude, on va résoudre les problèmes un à un, lorsqu’ils se présenteront, autrement on va se faire peur….lol.

on commence par placer un film alimentaire pour éviter que la colle n’adhère au fuselage

puis on vient coller les lattes sur la partie supérieure en laissant un jour sur le bas.

le vert du saumon est trop souple à mon gout, donc j’ai décidé de la refaire, mais cette fois avec une bouteille de coka. même technique que pour faire un verrière, on place la forme et ensuite on vient caller pour que ça entre à force et limiter ainsi la rétractation du plastique.

on commence toujours par chauffer au plus loin du moule de façon à tendre le plastique. la bouteille ne se rétract pas à l’infini, c’est pour cette raison que l’on procède ainsi. on fini par chauffer autour du moule et le plastique enveloppe la forme naturellement.

il nous reste à découper la pièce et àl’ajuster….

le verre est nettement plus solide que celui réalisé avec le plastique de la boîte à gâteau…..je vais donc réaliser l’autre de la même manière….

passons aux feux de reconnaissances sous l’aile, le petit feu a une gorge qui ne facilite pas sont insertion. j’ai donc dessiné une pièce qui viendra combler cette encoche. ensuite deuxième soucis, sur le feux il y a une collette de fixation. j’ai dessiné aussi cette pièce et ensuite j’ai demandé à Jérome de me les couper à la CNC.

voici le résultat

les deux rondelles ont donc été réalisées, une de 1mm d’épaisseur et de 1mm de large, autant dire que c’est très mince et très fragile d’où la découpe CNC. une autre de 5/10 d’épaisseur plus large.

les deux rondelles sont coller en place sur le feux puis on vient placer le feux en place pour vérifier le rendu

la lampe s’intègre bien et la collerette est juste en surépaisseur….je vais donc réaliser les deux autres puis les ranger dans une boite en attendant que la peinture soit faites….

petit rayon de soleil est je profite de cet éclairage pour vous montrer l’apparence de la finition, seul un éclairage naturel peut rendre le travail réalisé, juste pour le plaisir des yeux.

les différences de couleurs sont du  aux ponçages et aux différentes couleurs d’enduits.

les rivets on pratiquement disparu, mais c’est du au ponçage à l’eau, l’aile est prete à peindre……

il est temps de passer à la finition du ventre, deux bandes de résines ont été faites, on commence par prendre une feuille de film alimentaire que l’on place sur un plan de travail parfaitement lisse, puis on place deux bande de fibre 100gr environ. ensuite on imbibe avec de la résine époxy. une fois fait, on vient placer une nouvelle couche de filme alimentaire pour recouvrir le tout. pour finir on place une planche parfaitement lisse au dessus et on charge avec du poids. les deux bandes sont réalisées de la même manière, indépendamment.

on laisse la résine prendre un peu puis j’ai remonté les deux bandes pour qu’elle durcisse plus facilement à la chaleur de la maison.

une fois la résine bien figée, on coupe axu ciseaux pour ajuster les bandes à la dimention voulu, puis on vien les placer sur le l’aile. On prends soin d’enlever le film plastique sur le dessus de la bande uniquement. A ce stade la résine n’est pas encore durci elle est souple, il faut appliquer la bande sur l’aile pour qu’elle suive parfaitement le profil. On place maintenant le petit ventre sur la fibre et on vient coller les nervures de balsa avec de la résine époxy chargée au micro ballon.

à très bientot pour la suite de la construction…et bonne année à tous

la résine sèche, attendre une bonne journée, on va finir le coffrage. les lattes sont collées une à une jusqu’à arriver sur la bande de résine.

il nous reste plus qu’à poncer pour arrondir un peu la forme. On dégrossi seulement le ponçage. on reprend la résine chargée au micro ballon, cette fois pour coller la dernière latte de balsa sur la bande de fibre, on fait attention de charger siffisamment, mais pas trop car s’il faut poncer c’est l’huile de coude qu’il faudra user !!!!

on laisse une nouvelle fois sècher. Attention penser à bien protéger avec d’utiliser la résine sous peine de détruire le travail de finition de l’aile, voir de coller le ventre sur l’aile……

Pendant ce temps, j’ai avancé la réalisation des feux de reconnaissances

ils ont été ajustés, ils entre parfaitement dans leur logement respectif. ils sont bien à fleur et ne dépassent que de quelques dixièmes, épaisseur d’une tôle. ils seront retiré et collé en place qu’au tout dernier moment, pour éviter de salir les verre avec les résidu de peinture!!!

il est temps de finir les ailerons, ils ont été entoilé puis enduit. ensuite on place l’aileron sur l’aile

ensuite on reporte sur l’aileron les lignes de rivets et on fini par tracer le trim

il doit parfaitement correspondre au plan trois vues de l’avion. il est ensuite découpé avec une scie très fine

il reste à soigner les contours de la découpe et à replacer le morceaux en lieu et place…..

Il va être temps de conclure cette quatrième partie, l’avion est bien avancé, il n’y a plus de balsa à travailler. il nous reste que la finition peinture et les différents aménagements, cockpit, nacelle de bombes, support réservoir, et le capot moteur….

Ne vous fier pas aux apparence, il reste encore beaucoups, beaucoups de travail !!! donc on se retrouvera dans une cinqième partie, car si je ne change pas, mon webmaster va me faire une déprime …..hi hi hi……

à suivre……………….

 

A+ PASCAL

45 commentaires sur “Républic P47 thunderbolt razorback (4ème partie)

  1. Que de fioritures….ça va peser une tonne, et tu ne tiendras plus le torq!!!!

    non je déconne, super boulot, sans échelle ça devient dure de faire la différence entre le train du vrai et le maquette.manque plus que la crasse…

    • je me suis un peu écarté du sujet, je modifie et répare un peu le FW190 pour le mois de juillet, et je viens de prendre un WE à Rochefort….

      mais promis je vais reprendre, je suis plus motivé que jamais après ce que je viens de voir!!!

    • le fuselage a été entoilé avec de la fibre car forme ovoide et donc difficilement développable (fibre plus résine)
      pour l’aile je vais opter pour le papier japon et enduit nitro-cellulosique, plus légé.
      on m’avait dit que s’était un revêtement fragile qui se marquait et s’abimait facilement, j’ai testé avec le FW190, j’ai poussé les tests assez loin puisque je l’ai crashé pour vérifier la soldité de la construction, et je peux dire que cette méthode de revêtement me satisafait pleinement (pas si fragile que ça).

  2. Salut Pascal,

    j’admire tes choix techniques et la realisation de ton P47;pilote de VGM, la construction d’un P47 BT est décidé mais je ne pense pas aller dans des détails aussi poussés que toi . Aurais-tu encore le débit bois pour cet avion?
    A+

    • bonsoir Christian,
      merci pour le compliment.
      non à vrai dire je construis beaucoup donc je commande en quantité pour avoir des prix, et j’ai aussi du stock, donc je gère comme ça. pour le quantitatif je peux regarder vite fait….et te redire plus tard.

      he!! JEan Claude, t’as vu un pilote VGM qui se met à la maquette!!!! c’est quand que tu deviens un homme……lol
      A+ Pascal

      • Salut Pascal

        Merci pour ta réponse si tu as quelques éléments, je suis preneur, il n’y a aucune urgence.

        A+

        • bonjour, j’ai remis le nez dans les plans pour le quantitatif. c’est à la louche normalement il y aura assez de bois pour faire l’avion.
          10 planches de 2.5mm pour les nervures d’aile.
          18 planches de 2mm pour le coffrage des ailes et du stab
          16 planches de 3mm pour les nervures stab, couples du fuselage, faux bord d’attaque et coffrage fuselage.
          5 planches de 7mm pour les flancs de la structures du fuselage et bord de fuite du stab
          5 planches de 10mm pour les bords d’attaque, saumons et autres blocs de balsa
          22 bagauettes de balsa 7×7

          prévoir du ctp aviation 4/10 pour les bord de fuites du ctp aviation 2mm pour les renforts de nervures et du 3mm pour les clés d’aile.

          la liste n’est pas exhaustives, mais je devrai être assez proche du débit nécessaire.

          il faut toutefois une bonne expérience de construction pour aborder cette avion, il parait aisé mais présente plusieurs points techniques.

          bonne construction à vous
          PAscal

          • Bonjour,

            Je te remerçie d’avoir fait ta recherche aussi rapidement,cela va m’aider, j’affinerai le débit si besoin.J’ai déja construit plusieurs avions ,pas de warbird et effectivement chaque avion à sa complexité. J’appelerai au secours si gros problème ,en tout cas encore merci.
            Nous sommes presque voisin, je suis au club de Getigné pres de Nantes et nous réalisons un meeting tous les 2 ans (5000 visiteurs)le prochain à lieu en 2013 si tu as des avions de prets à cette date, tu peux poser ta candidature.

            Christian

          • bonjour Christian, se serait avec plaisir, n’hésite pas à demander si besoin.. et a rappeler la date du meeting , j’ai pas de tête j’oublie facilement les rdv….
            A+ Pascal

  3. Bonjour Pascal

    Je souhaite monter un mecanisme e retract R333 avec des jambes ROBART 633 zp47. J’ai questionné Christophe qui me dit que le diametre du trou est de 6mm mais que certains repercent les jambes à ce diametre?
    Je ne comprend pas très bien car il me semble ,d’après le plan que le haut de la jambe est un tube diamètre ext. 11,7mm.Comme tu as les deux en ta possession tu peux peut-être m’éclairer?

    Merci

    • Bonjour Christian, j’ai répondu dans l’article car il est plus facile d’intégrer des photos pour expliquer simplement. si tu souhaites acheter les jambes Robarts je connais un revendeur…

      Par contre il faut vraiment que le train soit au plus juste de la roue, vérifie bien car autrement la jambe dépassera de l’aile. si mécanisme E-retract, demande à Christophe il l’adaptera au plan comme ça pas de modifs sur l’aile mise a part de réduire l’ouverture des tasseaux. je te conseil de placer des CTP aviation en lieu et place des tasseaux bois, pour mon modèle je ne l’ai pas fait et ça me parait fragile, il faudra poser doucement, car au premier apontage même légé j’arrache le train, j’en suis sur…..
      pour la réalisation des jambes par toi même, c’est de la petite mécanique, pas très difficile à faire, l’adaptation est tout aussi technique….

      n’hésite pas à poser des questions
      A+ PAscal

      • Bonjour Pascal,
        Voila une réponse claire et précise.Merci
        le Robart 633z047 n’existe qu’en pièces détachées, donc pas d’adaptateur celui-ci est à réaliser.Effectivement il faut que je vérifie bien que rien ne dépasse (roue 5 » épaisseur 38mm je n’ai pas trouvé plus étroit.
        Est-ce AEROKIT ton revendeur Robart?
        Pour la réalisation par soi même la difficulté est de trouver 2 tubes acier qui coulissent l’un dans l’autre ?j’ai un peu peur que la brasure de la CAP ne tienne pas des aterros un peu durs??
        en tout cas encore merci pour les infos techniques.
        A+Christian

        • bonjour Christian, oui c’est AEROKIT mon fournisseur Robart… pour ce qui est de la brasure, je penses que pour l’aracher ou la casser, c’est plus un apontage!!!!il entre dans le tube acier donc c’est assez résistant quand même…
          pour les roue je ne sais plus ce que j’ai pris, je croix que c’est dubro mais je ne suis pas certain…38mm c’est le plus étroit que j’ai trouvé aussi.
          voilà la balle est dans ton camps, je vois que le projet muri bein, c’et bon signe!!
          A+ Pascal

  4. Salut Pascal

    Je n’ai pas pris de décision concernant le train; Jambe robart ou réalisation maison. Dans un de tes postes tu proposais de faire un croquis de la fabrication de la jambe que tu as réalisé, ça m’interresse pour en voir la complexité , ce qui me fait un peu peur, c’est la réalisation du compas et du ressort??

    Christian

    • bonjour Christian, oui je vais détailler cette partie….le compas n’est pas important car il ne rempli pas sa fonction, sur ma jambe il n’y en a pas pour le moment et si je le fais c’est juste pour avoir le même aspect que le grandeur.

      ce qu’il faut savoir, c’est qu’une jambe robart est relativement fragile, et ne résiste pas à un apontage……..

      je te fait ça dans les jours à venir
      A+ Pascal

  5. Bonjour Pascal,

    Toujours au top sur la finition, j’admire..
    En ce qui concerne la jambe, sur la partie corde à piano,est-ce que tu as mis le même angle que sur le plan BT ceci pour avoir la roue perpendiculaire au sol??je ne veux pas me planter, j’ai fait cette partie en alu usiné.

    A+ Christian

    • bonjour Christian,

      désolé j’ai pas eu le temps de te répondre, je le ferai la semaine prochaine promis.

      oui mes jambes sont conforme au plan de BT, ma corde à piano suit le même profile, de même que les tube sont au même cote. quand je reviens de la rencontre de Lessay, je démonte une jambe et te montre tout ça……

      si tu as des photos de ta construction c’est sympas, tu peux m’en envoyer ça m’intéresse…. tu peux aussi me contacter sur modélisme.com, pseudo allalou dans la rubrique maquette….

      bonne lecture et à très bientot pour les infos sur le train.
      A+ PAscal

  6. bonjour Christian,

    j’ai détaillé la réalisation de la jambe dans l’article, j’espère que ça te paraitra plus clair, n’hésite pas à poser des question si tu ne comprend pas tel ou tel chose….bonne lecture et bonne construction
    PAscal

  7. bonjour Pascal,

    Je te remerçie pour toutes les explications détaillées et photos , en effet c’est relativement simple à réaliser. je vais essayer de faire les jambes avec compas,travail de précision, mais j’aime bien. Je te ferai une photo quand j’aurai terminé.
    A+

    Christian

      • Bonjour Pascal

        Thank you for this information and I have another one about the angle of your engine, do you have angle on your engine, the firewall motor box has angle, 2 degrees right and down?

        Merci

        • Hi Constantin,
          I am very happy to see again you here.
          The wedging is planned by the plan. The engine amounts directly on the firewall motor box…no angle.

          Thanks
          PAscal

          • Bonjour Pascal

            I’m back with the following question for you ….. what did you use for soldering on tail wheel wire? I need to know everything about what you used for soldering: materials, torch and temperature.

            Thanks Pascal

  8. Salut Pascal,

    Je vois sur le forum que tu es à fond sur le zéro; tu construis avec une rapidité hallucinante moi, c’est plutôt la tortue.
    Je suis sur le fuselage du P47 et je souhaiterai avoir une précision concernant les 2 morceaux de cp 3mm que tu places à l’intérieur des flans(pages 7-8). Si j’ai bien compris ce cp remplace le doublage en balsa 6mm prévu par BT, de même tu mets un cp 3mm à l’avant en attendant la cloison coupe feu 6mm????
    Pour la motorisation, j’hésite entre 4 temps et essence(dLE30 je connais bien, 4temps pas du tout)

    J’ai la date du meeting de Gétigné: 07 07 2013 10h 18h.inscription sur notre site: cmg-aero.fr

    A+

    • Bonjour Christian,

      oui je suis actuellement sur le zéro et j’ai un peu délaissé le P47, ce qui me vaut un Pépétoucriste…..lol. j’ai besoin parfois de délaisser un peu les choses pour mieu revenir, mais le P47 va bientot reprendre en finition car ça me démange de plus en plus…..
      de plus pour ceux qui me connaisse au club ils savent que j’aménage mon atelier en parallèle, doublage, électricité, carrelage…car actuellement j’ai réinvesti la maison au grand malheur de ma femme…merci pour ta gentillesse…..
      c’est une des raisons qu ont fait que j’ai délaissé un peu le P47.

      pour revenir à ta question, j’ai reculé le couple par feu pour implanter mon moteur directement sur la cloison, environ 2cm pour un DLE30. les deux Ctp de 3mm que j’ai placés, sont en réalité des couples qui ont été placé en ctp pour éviter l’écrasement des flanc qui sont en balsa de 6mm conforme au plan. tu verras ici toutes les explications ainsi que les photos.
      http://www.avhelbat.fr/2011/11/04/republic-p47-thunderbolt-razorback-1ere-partieconstruction/
      le couple pare feu est en deux parties pour augmenter la surface de collage, un ctp de 3mm à l’intérieur des flanc et un ctp de 6mm collé en bout des flancs. ça fait un escalier, plus de surface de collage^plus de solidité, ça c’est la première raison, la deuxième moins technique, je n’avais pas de ctp avia de 10mm, j’ai donc fait avec du ctp ordinaire 6+3…..
      voilà, j’espère avoir répondu à tes questions, je te remercie pour la date du meeting, je serai présent je penses (je te confirmerai) en touriste, car j’ai pas de QPDD avion 2, donc pas de vols possible avec le P47 dans l’hypothése où il serait fini…par contre pour un statique je ne dis pas non, ou si je trouve un pilote, le zéro devrait être volant…..
      A+ PAscal

      • rebonjour Pascal

        Merci pour tes explications, j’ai regardé les photos, mais on ne vois pas bien ce qui est en CP de 3mm. Si j’ai bien compris mais je ne suis pas sur, ce sont les couples 2 et 3 que tu as réalisés en CP?
        Au sujet du couple 2 tu as retenu la position la plus proche ou la plus éloignée de la cloison pare feu car il y a une erreur sur le plan entre la vue de profil et la vue de dessus??

        A+ Christian

        • bonjour Christian,
          oui se sont les couple 2 et 3 qui sont en ctp morceau rectangulaire entre les flancs…..
          oui il y a une erreur sur le plan, bien vu j’ai pris celle de la vu de dessus qui me paraissait plus proche de la réalité…..
          A+ PAscal

  9. hi constantin,

    I don’t anderstand what you want to know…..

    My small back wheel(tail wheels) made with the ctp balsa wood…you will see how I built here
    http://www.avhelbat.fr/2012/12/20/republic-p47-thunderbolt-razorback-2eme-partie/
    Just a thread of steel was brazed with the weld of silver

    I think you want to know how I brazed and with what???
    I use a blowtorch for two gazs as that this
    http://www.bricodepot.fr/rennes/node/1494772

    and for brazed
    http://www.castorama.fr/store/2-baguettes-40-argent–2-mm-PRDm519476.html?isSearchResult=true&navAction=jump

    If I did not answer the question, Do not hesitate to ask again.
    My English is not very good, I shall have of to listen to a little more at the school, my teacher was too beautiful And I did not look any more at the board…
    bye Pascal

    • Hi Pascal

      Your answer it’s exactly what I need it ….. I tried to braze the wire using a Dremel VersaFlame and the wire became soft after this operation, maybe my braze « baguette » it is not what should be.

      Do you have a spring on your back tail wheel for absorbing shocks?

      Thank you and best regards

      Constantin

      • hi constantin,
        I have angled the thread of cold steel, otherwise we remove the elasticity of the metal.
        I just brazed a slice to make a stop and Before that cools I puts it in the water to restore some elasticity in the metal. Otherwise it is pout and bend easily. I have no spring and the taken(brought) out position is locked. The mechanism is exactly the one of the plan. I have two springs to maintain the tail wheels of straight during retract.

        best regards PAscal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.