Republic P47 razorback (5ème partie)

Ouuff, déjà une cinquième partie,

résumons, l’aile du P47 est pratriquement fini, il ne reste que les commandes à mettre en place et à finir la peinture….Je vais quand même ajouter des détails de finitions pour augmenter le réalisme, comme les pylones support de bombes sous les ailes et le réservoir ventral. Pas mal de travail en finition à venir…

pour le fuselage, il reste le stab à coller en place ainsi que le dérive, les karmans du stabs seront à réaliser après cette étape. le ventre sous l’aile reste à enduire, entoiler et ensuite réaliser la finition. Le cockpit représentera aussi un gros travail si on souhaite avoir quelques choses de correct. et pour finir le capot moteur et le faux moteur….

Comme vous pouvez le voir encore beaucoups de travail sur cet avion. j’ai choisi la livré final, ce sera hun hunter IV. pour vous donner un idée de la livrée en couleur, vici une petite mise en scène d’une maquette plastique.

cet avion a été basé à Alto en Corse en 1944, sont pilote fut un héro et c’est lui qui fut à l’origine des tube lance roquettes sous les ailes….ce système était ingénieux pour l’époque. vous pourrez admirer les prouesse et l’histoire de ce pilote en cliquant sur ce lien.

http://www.youtube.com/watch?v=UkWnhnfbEcE

film d’FR3 corse, si quelqu’un à ce film enregistré, je suis intéressé…..

voilà pour le petit résumé, maintenant revenons à la construction, les ailerons sont terminé, les rivets et tôles sont réalisés, il ne reste plus qu’à poncer à l’eau, puis à les peindre en alu.

on peut voir que sur un ailerons on a un trim et pas sur l’autre. cette particularité a été repris sur le grandeurs biensur.

en attendant que je termine mon atelier, j’ai donc commencé le cockpit, le dosseret est en cour de coffrage

sur le haut il y a une tôle de forme particulière pour coiffer ce dos que nous pouvons observer ici sur cette photo d’un P47 en cour de rénovation.

une espèce de casquette courbée. pour la réalisé j’ai opté pour un « lamélé collé », sur une bouteille de colle blanche, j’ai encollé une feuille de balsa de 1mm puis ai appliqué une autre feuille de balsa de 1mm, le tout solidement fixé sur la bouteille.

les deux morceaux de balsa sont maintenu par deux bandes de scotch le temps du sèchage. une fois sec, la pièce garde la forme de la bouteille.

il me reste à mettre la pièce en forme et à la placer sur le haut du dosseret.

petit ponçage pour finir et la pièce est faites. Vous pouvez voir qu’une LED a été placé sur le haut du fuselage. Cette lampe est le beacon, elle cligotera blanche….il reste toutefois à finir les détails sur cette lampe.

Une bande de ctp 4/10 sera collé avec un légé déport pour imiter les tôles en dépassement. Deux couches d’enduit nitro puis entoilage au papier japon avec un peut de ponçage entre chaque étape….

le dos est réalisé de la même manière, ici vous pouvez voir le papier japon coupé en forme maintenu par une épingle avant d’appliquer l’enduit nitro.

le fuselage est caché avec du papier journal, puis on vient appliquer deux couches d’enduit carrossier en bombe.

une fois sec, on bouche les quelques défauts avec du sintho finition puis léger ponçage.

j’ai fait en parallèle deux planches de balsa coffrée au papier japon qui serviront à réaliser les flancs du cockpit. j’ai donné un petit coup de cutter sur le coté balsa, sans traverser, de cette façon je vais pouvoir plier la planche sans à avoir à poncer et enduire le raccord, puisque que le papier japon n’est pas coupé.

le fond du cockpit a été positionné et les flancs collés. Ca commence à prendre forme.

deux longerons ont été monté à blanc puis j’ai voulu placer la planche de bord !!!! et là HORREUR, elle n’entre pas dans le cockpit, lorsque je l’ai dessiné je me suis planté dans les cotes !!!!!

elle est trop large d’un centimètre…..GGGRRRRrrrrrrr…. je vais devoir la refaire à la bonne échelle ………………

on reprend un plaque ABS et on recommence, la plaque a été redessinée à la bonne échelle, puis ensuite on recommence le travail expliqué dans un des articles précédent.

la planche de bord est refaite

le tour des cadran ont été réalisé en relief comme le grandeur, on vérifie ensuite qu’il entre parfaitement dans le cockpit, on ne va pas faire deux fois la même boulette

l’ancien tableau de bord est emballé et va se diriger vers son nouveau propriétaire, une petite larme va être versé, fait attention petit facteur à ne pas l’abimer…..lol

il est temps de peindre l’aile et les gouvernes, on passe dans l’atelier puis ensuite deux couches d’alu sont passé sur les gouvernes et le dessous de l’aile.

mais avant il faut masquer les ouvertures. j’ai fermé les trappes servo avec des morceaux de cartons, il serviront aussi de gabaries pour réaliser les trappes.

ensuite direction l’atelier, car dans le salon c’est divorce assuré….

ensuite on commence le masquage, un voile alu est passé sur les bandes caches, de cette façon les infiltrations se feront en alu et ne se verront pas. une fois sec, deux couches de peinture jaune.

on finit par placer deux bandes caches supplémentaires pour masquer le jaune et peindre ainsi les liserets noirs. on enlève les masques et voici le travail

les gouvernes ont été placées pour tracer le prolongement des bandes sur celles ci. de cette façon on est sur qu’elles seront bien alignées. c’est la première fois que je vois l’aile entièrement en alu, je dois vous avouer que je commence à rêver le voir sur le terrain en bout de piste. c’est à partir de ce moment que l’on commence à trouver le temps long….

il va falloir faire de même sur l’autre coté….

chose dites, chose faites, on procède de la même manière de l’autre coté, on commence par le masquage

un voile de gris alu pour masquer les aspérités de la bande cache

puis deux voiles de jaunes

une fois sec, on masque le jaune, pour ne laisser que deux bandes sur les extrémités

et pour finir un voile de noir

les gouvernes ont été réalisées de la même façon

on les replace une nouvelle fois pour vérifier le travail et pour tracer le carré rouge sur les volets. coté pile

coté face volets baissés

le bout des volets, petit détail qui sera mis en valeur dans le dossier

prochaine étape vieillir les gouvernes et les coller en place. Je pourrais ensuite régler les commandes et fermer définitivement les trappes des servos.

petite pause, il est temps de présenter au pilote sa monture

il monte pour la première fois dans son cockpit,

heureusement que c’est pas bart qui pilote…..hi hi hi

après il passe la tenu de vol,

Ah zut il n’y a que l’aile ici… mais où est donc le fuselage?….

il se glisse doucement dans le fuselage et se voit déjà en vol… Bon je vais maintenant piquer un barbie à ma fille pour faire la pin up sur l’avion… à moi que pépé47 veuille me prèter la cienne?????? lol.

maintenant que les bandes sont peintes sur l’aile et les gouvernes, je vais coller définitivement les ailerons et volets en place. Mais avant on vient vieillir l’intérieur des gouvernes, car se sera impossible de la faire par la suite. sur la photo on voit bien la différence de peinture entre la partie travaillée et la partie non vieillie.

on place et on vérifie une dernière fois les débattement puis on vient coller à l’araldite les gouvernes une à une.

une fois sec on procède aux réglages radio. On commence par déchapper les servos, puis on mets en marche la radio. Les servos se callent au neutre, puis on vient effectuer un réglage mécanique des gouvernes. Il est préférable de faire les réglages de commandes, plutot que de toucher à la radio pour paramétrer les neutres, acr on peut se retrouver avec des différences des débattements entre les gouvernes…. une fois fait on procède aux essais et vérifications en tout genre.

je me suis aperçu qu’un des servos des volets avait un jeux anormale au niveau de la chappe. Surement le roulement qui a pris du jeux, j’ai donc procédé à son changement, il faut des doigts de fée pour dévisser et revisser le servos dans l’aile…. je vais certainement changer ces servos des deux coté avec des servos à pignons métalliques, car au cour d’un manipulation da l’aile, j’ai légèrement touché au volet et l’autre servos à pris du jeux à son tour………

toutes les vis pour les ailerons ont été montées au frein filet pour éviter les désserrages. Pour les volets je vais attendre de changer les servos.

Il est temps de coller le stab sur le fuselage, pour ce faire on procède à la mise en croix, puis on calle l’avion à plat

le stab est collé en place

on va pouvoir faire les karmans du stab……

en parallèle, j’ai recommencé la planche de bord, quitte à refaire autant profité de l’expérience du premier et d’essayer d’améliorer le rendu. j’ai donc procédé de la même manière pour la face avant sauf que j’avais remarqué un peut de jeux autour des rondelles qui font office de contour de cadrans. j’ai donc cette fois percé plus petit et ajusté en épaisseur les tube un à un pour amincir et augmenter le réalisme et il n’y a plus de jour entre ces deux parties.

le gabarie collé sur la plaque ABS au scotch.

ensuite un petit coups de pointeau pour marquer le centre…et on perce au foret à bois pour deux raisons. la première il y a une pointe qui permet un centrage précis, et ce forêt découpe les contours avant de percer le trop. La coupe est d’autant plus précise et propre.

les contours sont collés sur la plaque

pour ne pas refaire deux fois la même bêtise, on vérifie que la planche de bord entre dans le cockpit

A ce stade il est temps de ce trouver un Pépé pour imprimer les appareils de bord en couleur sur papier photo. j’ai remarqué sur l’ancien que le papier normal  rendait le fond un peut mat. j’ai voulu procéder différemment pour avoir un meilleur rendu. Jérome m’a dis qu’il faut décoller la vitre du papier pour donner un peu de profondeur, j’ai donc découpé un deuxième morceau qui sera placé juste derrière la vitre avant de coller les fonds d’écrans.

après quelques heures de travail, voici le résiltat

les pareilles de bords sont très réaliste, on peut presque voir les aiguilles bouger. sur la gauche, vous pouvez voir le boitier électriques avec les disjoncteurs de chaque circuits, il reste encore à placer les interrupteurs. on va aussi pouvoir procéder à la finition de la planche de bord…..

le tableau de disjoncteurs achevé

pour la planche de bord, elle aurait été fini si ma perceuse à colonne ne m’aurait pas lâchée…..elle à définitivement rendu l’âme……. je vous demanderai une petite pensée pour cette machine que j’ai eu il y a plus de 20 ans maintenant…..elle a été courageuse et n’a réchigné à aucune tâche….Elle va me manqué….

j’ai donc poursuivi en attendant le stab. j’ai « nourri » les karmans avec des morceaux de Balsa qui seront poncée en forme.

la partie arrière à déjà été poncée en forme, après sèchage je ferai de même pour la partie avant du bloc.

sur ce travail il faut être très prudent, car tout autour le travail de finition est fait et on n’a plus le droit de toucher….je vais donc vous montrer comment procéder pour poncer sans toucher à la finition très très proche….

on commence par placer des bandes caches tout autour

ensuite on va commencer avec les armes de desctruction massives, le ciseau à bois. Attenttion, un ciseau rippe à plus de 100km/h, donc il ne faut jamais pousser vers une main ou tout autre partie du corps….même pas vers les autres….lol. faire aussi attention aux surfaces propre, car ce n’est pas le scotch qui va arrêter le ciseau. donc prudence avec cet outil

une fois bien avancer, on va maintenant approcher à la rappe, je lui ai enlevé son manche de façon à approcher au plus près sans accrocher les parties finies.

puis on vient rapper le bloc, on hésite pas à utiliser les arrondies de la rappe pour approcher au plus près….

dernière étape, le ponçage. j’ai pris un morceau de rond de bois dur puis placé le papier dessus

le diamètre doit être légèrement inférieur à la forme voulu, on ponce gentilment jusqu’à avoir le résultat voulu. Vous allez voir apparaitre sur les contours la colle époxy, il faut l’enlever à l’aide du cutter car ce rebord sera disgracieux et ce vera. ne pas hésiter à faire un trou si nécessaire…..

Une fois fais on enlève les bandes caches et voici le résultat

maintenant on va procéder de la même manière de l’autre coté….

j’ai placé des profilés ABS pour simuler les deux montants derrière le siège du pilote, ils ont été réalisé en deux pièces, une baguette à été collé sur une feuille de 5/10 d’ABS. ensuite les rivets ont été fait puis on les colles en place.

le blindage sur l’arrière de la tête du pilote à été découpé dans une plaque ABS plus épaisse, place aux photos c’est plus parlant

les rivets sur le coté ont été réalisé avec des points de colles

maintenant on va pouvoir peindre, deux couches de peintures seront nécessaire pour couvrir, elles sont passées au pinceau car l’aérographe ne passe pas. voici ce que ça donne.

pour visualiser le rendu et aussi se faire plaisir, j’ai placé les quelques pièces que j’ai déjà réalisées dans le cockpit

voici le début de longues heures de travail qui ne fond que de commencer sur la réalisation du cockpit, cette partie sera réalisée en fil rouge, car j’aime bien alterner les activités pour éviter la monotonie des activités. Je vais donc passer du cockpit ) l’aile, puis au stab et ainsi de suite jusqu’a la finition de la maquette.

il est temps de fermer définitivement les trappes des servos, le carton qui fermait l’ouverture lors de la peinture sert de gabarie pour découper la trappe. j’ai entoilé une planche balsa à l’aide de papier japon, puis enduit, enfin la planche est prête à peindre. on peut maintenant coller la trappe en place

on mastic puis ponçage pour effacer la trappe sans chercher à la faire disparaitre complètement de façon à la retrouver en cas de soucis.

on masque l’aile puis on peint en alu l’emplacement de la trappe

les karmans du stab vont être réalisé, on commence par coller un feuille de papier pour matérialiser la tôle, elle est collée à la colle blanche

les tôles sont réalisées une à une

on travail dessus dessous, les deux faces sont travaillées simultanément, ainsi que les deux cotés

un peu d’enduit syntho pour faire l’arrondi, puis après ponçage et toute la préparation habituelle, une couche d’enduit carrossier

c’est le jeux des caches, c’est un peu fastidieux dans le sens ou on cache, on décache au rythme des tôles.

le karmans est maintenant fini, les tôles sont toutes réalisées

on enlève les protections,

l’autre coté

perception du fer à soudé, on place l’embout pour réaliser les vis de fixations du karmans, puis on vient marquer les vis

les derniers défauts sont effacés, on oublie pas placer les scotchs de protections pour protéger les arrêtes des tôles

les servos des volets ont été changé car le servos futaba 3003 qui était en place me semblait trop fragile, les pignons plastiques prennent du jeux trop facilement, j’ai donc choisi de placer les servos pro-tronik commandé chez Aérokit, ils font 11kg de force pour 4.8V et ont des pignons métalliques. comme je compte fermer les trappes comme pour les servos, c’est plus prudent de procéder à ce changement. Les ouvertures sont fermées comme pour les ailerons

A ce stade, j’avance sur plusieurs parties de l’avion, car je vais passer en peinture pour l’alu et quitte à préparer l’aérographe autant faire plusieurs choses en même temps. je vais donc peindre les trappes des servos des volets, les karmans et boucher les infiltrations sous les masques des étoiles…

de retour après un petit moment d’absence, Christian et Vincent prépare le train sur leur modèle et me posent des questions sur le sujet, n’ayant pas forcément de réponse car pas rendu à ce stade, j’ai donc décidé de finir l’aile ce qui me permettra de la ranger dans le garage et libérer ainsi un peu de place dans la maison.

Pour ce qui est du train, on me pose régulièrement la question sur ce que j’ai mis en place. je vais donc profiter de la finition du train pour faire l’inventaire du matériel nécessaire.

pour le mécanisme, j’ai opté pour l’électrique avec les produits E-Retract, deux RS333 à 85° d’ouverture modifié par E-Retract pour être conforme au plan de Brian Taylor, un vérin électrique toujours de chez E-retract avec une course de 20mm qui aura pour fonction de fermer les trappes. j’ai aussi pris le module de programmation des trains pour retarder une jambes par rapport à l’autre et l’ouverture fermeture des trappes. pour ce qui est des roues, se sont des DU-BRO légère maquette de 127mm de diamètre  que vous trouverez ici par exemple

http://www.jbmodel.fr/article.php?sid=704 sous la référence REF: 33731LD ROUE MAQUETTE LEGERE DUBRO X1 Diamètre 127mm 19,90 € attention c’est une roue il faut en prendre deux.

Les jambes ont été réalisé par mes soins, car on entre au chausse pied dans l’aile, la réalisation a été détaillé dans un des articles du P47.

Voici pour le train principale. pour ce qui est de la roulette de queue, j’ai réalisé le mécanisme du plan que j’ai actionné par un vérin E-retract de 30mm de course je crois, de toute façon c’est pas important car il stop sur blocage, donc on place le vérin en position rentrée, puis on pousse jusqu’au blocage…

voilà pour le descriptif du matériel en place, je vais maintenant passer à la réalisation des pantalons et habillage du train. pour être le plus proche possible du grandeurs, je vais bien sur m’inspirer du plan, j’ai positionné les pièces déjà réalisée pour vérifier et vous montrer les partie réalisée

tout d’abord les jambes et roues,

puis la porte

il faut aussi des photos du train, pour visualiser l’aspect du grandeur, sur le maximum de vue

voilà le décors est planté, il ne reste plus qu’à finir ce train. On remarque, sur les photos, que les pantalons sont en deux parties, une partie solidaire de la roue, une autre solidaire de l’aile avec une fixation amovible sur le bas de la jambe. on remarque aussi qu’une biellette tire sur la roue pour rétracter la jambe avant l’entrée dans l’aile, cette partie sera fictive car trop compliqué à réaliser et surtout trop fragile à cette échelle.

tout d’abord voyons à quoi ça ressemble une fois fermé

l’ouverture du puis du train est totalement fermé

j’ai donc remonté la porte sur l’aile, car comme on peut le voir sur la photo, il n’y a pas de jours entre les trois parties qui constituent le pantalon.

je vais commencer par réaliser la partie basse du pantalon, celle qui est solidaire de la jambe, pour ce faire je découpe dans un morceau de carton, la forme de la tôle qui fermera l’aile, puis je la place sur l’aile

j’ai ressortie les moule qui a servi à réaliser la porte, pour former ce panneau, une fois avoir tracer sur le moule le panneau, j’ai réalisé les retrait pour placer la structure

voici la structure finie, pour cette partie je n’ai pas suivi le plan, car BT avait placé uniquement une tôle alu sur la jambe sans se préoccuper de l’épaisseur

il nous reste plus qu’a coller le panneau, il sera réalisé en ctp 8/10

on attend que cette première partie soit bien sec pour démouler le panneau, puis on retourne

ensuite on met en forme les baguettes pour avoir la même apparence que le grandeur, cale a poncé, cutter, rappe enfin tel que vous le sentez. Ensuite j’ai choisi le balsa ultra light pour finir le coffrage intérieur

pour illustrer ce que je vous disais précédemment, voici un montage de l’apparence du grandeur

et voici le profile du panneau

il a fallu tricher un peu sur l’épaisseur car autrement ça ne rentrait pas correctement.

le panneau est maintenant fini

il nous reste à vérifier qu’il se place correctement sur l’aile

la deuxième partie est maintenant faites, prochaine étape, on met la jambe en place, puis on entre le train. il faudra ensuite ajuster le panneau sur la jambe…..

la jambe est démontée, il faut placer des support pour permettre une bonne fixation du pantalon sur la jambe sans que ça puisse tourner. J’ai opté pour souder deux petites tôles sur la jambe, on va donc dehors pour préparer le poste de travail, je vais me placer sur la brouette, une feuille de placo bio qui à la particularité de très bien résister à la chaleur, on peut chauffer directement au chalumeau sur ce support sans crainte, puis on prendre une troisième main pour maintenir la jambe en place, voici le poste de travail

la jambe repose sur la tôle à souder

il faut bien nettoyer les deux pièces à souder, à la tôle de verre par exemple pour avoir une belle soudure qui se fera facilement. pour souder, j’ai de la baguette argent et du décapant acheté chez Tony Clarck  mais on peut trouver un équivalent chez castotruc

mon chalumeau a été acheté chez brico truc, il est petit pas très cher et bien adapté à ce travail, on ajuste très facilement la force de la flamme ce qui permet de ne pas trop chauffer et pouvoir faire des soudures relativement fine très simplement. ici pour souder par exemple, j’ai surtout chauffé la jambe car la pièce est plus épaisse et la tôle sera chauffée juste à la fin, on dépose la baguette d’argent qui dois fondre au contact des pièces à souder et non avec la flamme, donc on retire la flamme et on dépose le métal, on peut ensuite revenir avec la flamme pour répartir la soudure. c’est assez facile, il suffit de s’entrainer sur des chutes avant de se lancer.

voici mon chalumeau

on laisse refroidir puis on va percer un ou deux trous dans la tôles pour assurer le collage, la colle passera par les trous, ce qui rendra le montage plus solide.

de retour sur l’aile, on remonte la jambe en place puis on fait les ouverture pour permettre aux tôles de passer dans l’épaisseur du pantalon

sur la jambe on voit bien les tôles en places, avec leurs petits trous

il reste à replacer le pantalon provisoirement, puis essayer pour voir ce que ça donne. le pantalon doit être fixé jambe entrée, une fois le train ouvert, il se peut que le pantalon soit légèrement de biais par rapport à la roue, mais c’est pas grave, du moment que les deux soient identiques, ce qui sera le cas. une petite vidéo pour visualiser le travail réalisé

http://www.youtube.com/watch?v=_OZRlRqLnr0&feature=youtu.be

OOUUPPPSS ça coince, pas de soucis un petit coups de cutter pour ajuster puis on recommence

http://www.youtube.com/watch?v=JIBsvRav_Ig&feature=youtu.be

c’est mieux, on finira l’ajustement plus tard, il ne faut pas que le train bloque en l’air, il faut que l’ouverture fermeture se fasse sans soucis, cette étape sera validée en vol, c’est pourquoi il n’y aura aucun appendice sous l’avion durant le premier vol de façon à autoriser un atterrissage sur le ventre au cas ou…..

comme je vous l’avais dit, cette étape est la plus délicate à mes yeux, c’est la partie de loin la plus technique de la construction, pour avoir un aspect maquette bien sur.

il reste encore la dernière partie du pantalon à réaliser, il va falloir faire de toutes petites pièces pour maintenir cette partie sur la jambe…….

On commence par préparer l’état de surface, enduit nitro, papier japon, la méthode est bien connu maintenant

cette partie est prête à être collée sur la jambe, en attendant de faire les compas je vais maquettiser les portes. On commence par tracer les lignes de rivets, bien sur on travail à partir d’une photo et on dépose des petits points de colle blanche en suivant le tracé.

il nous reste à placer les trappes de visite, pour se faire du scotch alu coupé en forme. On passe deux couche de peinture au pinceau, le pinceau contribue au vieillissement.

la trappe est remontée et regarder l’effet

le coté aile a aussi été fait les rivets ont été placés

je les peindrait plus tard.

il est temps de réaliser les compas, je les ai fait dans du hêtre, c’est un bois dur qui a la particularité de ne pas avoir de fil, donc plus facile à travailler avec moins de risque de voir le bois se casser.

j’ai commencé par creuser le centre avant de couper le contour, c’est plus facile de procéder ainsi.

les deux pièces sont réalisées, maintenant il est temps de préparer la surface pour peindre, je vais donc passer deux couches d’enduit nitro puis ensuite peinture

on assemble les pièces de la jambes pour visualiser le travail

ça se présente bien, je vais peindre la jambe puis coller la partie fixe du train

l’aspect de la jambe commence à prendre forme, la partie fixe est collée et les ouverture ont été bouchées et enduites. voici l’autre face

ensuite on maquettise le pantalon, les rivets sont matérialisés par une goutte de colle à bois

une fois en peinture

on remonte le pantalon mobile, puis on procède les essais

pour le train le système est validé, je vais finir de le maquettiser et passer à la deuxième jambe. vous trouverez le détail de la réalisation dans la réalisation d’un train amortie.

j’ai aussi avancé sur le ventre ( partie sous l’aile) j’ai détaillé la réalisation de l’entoilage dans un article situé dans technique, maquettisation….. voici les grandes étapes de réalisation.

une toile de fibre de verre de 25gr à été collée à l’enduit nitro sur le balsa

après on applique deux couche de G4, résine monocouche pour obtenir cet état de surface.

une fois dépolie, on applique une couche d’enduit carrossier. voici la pièce en place.

avant de continuer et faire la finition, je vais réaliser la fixation du ventre sur le fuselage. je compte effacer le mécanisme en plaçant la commande dans l’ouverture de la fixation du réservoir. j’ai donc ressortie les plan trois vues pour placer les supports

puis on compare avec la vue de dessous

on retourne la pièce puis on va découper deux morceaux de tube alu qui serviront de guide à un jonc de fibre de verre. on perce les couples pour le mettre en place.

on colle les tubes à l’époxy.

on va maintenant placer un ressort entre deux rondelles, une sera collée à l’époxy sur le jonc en fibre et l’autre contre le tube. le ressort sera maintenu entre ces deux rondelles. Enfin un morceau de tube sera collé à l’extrémité du jonc.

lorsque l’on comprime le jonc, le ressort se comprime et ramènera le jonc en position sortie.

l’ouverture que l’on a tracer a été ouverte puis deux baguettes de balsa serviront de guide au mécanisme pour qu’il reste devant l’ouverture.

maintenant on va réaliser le mécanisme de commande, un morceau de tube alu a été écrasée puis on perce un trou pour fixer un bas de ligne acier, mais on verra ça plus tard. on écrase aussi au milieu du tube pour percer un trou permettant de passer une corde à piano. Elle sera placée entre deux morceaux de balsa, on a réalisé ainsi in levier.

vue de face

le mécanisme est collé en place

voici ce que l’on verra par l’ouverture

j’ai placé un tube car il sera facile de glisser un petit tournevis dedans pour actionner le mécanisme.

on termine en ligaturant un bas de ligne pour carnassier de 15kg sur le jonc en fibre de verre, puis on passe dans le trou à l’extrémité du levier avant de ligaturer à nouveau sur l’autre jonc.

les ligatures sont assuré par un point de colle époxy

voilà le mécanisme est achevé, d’un coté on a deux pion de centrage carbone

de l’autre les deux joncs rétractable

Pour faciliter les explications et pour que vous compreniez plus facilement ce que je viens de réaliser, rien ne vaut une petite vidéo

http://youtu.be/KjL_dJKtPfY

on va commencer les finitions, j’ai placé un scotch d’emballage sur le ventre

idem pour l’autre coté

puis j’ai placé le ventre sur le fuselage. ensuite j’ai mélangé à de la colle époxy du microballon pour faire une pate et boucher les petite ouvertures et différence de niveau qu’il peut y avoir entre les deux pièces

on applique contre le scotch

on a plus qu’a attendre que se soit bien sec et on poncera . une fois fait on devrait avoir une arrête parfaite et dur.

je vais finir cet article sur ces photos et ouvrir prochainement une sixième partie pour la suite de la réalisation du P47.

merci de suivre ces articles, et n’hésitez pas à laisser vos commentaires, vos questions ou encouragement, c’est un espace libre de parole.

Pascal

 

9 commentaires sur “Republic P47 razorback (5ème partie)

  1. C’est absolument splendide. Ça va être mon avion préféré. Et dit moi Bigloche si Bartouze casse pas ton avion au premier vol, tu pourras me le faire essayer STP.

    Continue comme ça le vacancier.

  2. Aller mon Pascoual fait péter les photos que l’on se régale te ton superbe travail. Quand je vois la qualité de tes Karmans c’est vraiment à tomber par terre. Si tu oses lui faire faire son premier vol sans moi je ……. GGGrrrrrr. Allez continue comme ça.

    Biz – pépé qui admire ton travail 🙂

  3. Somptueux!!!

    Je suis avec beaucoup d’attentions votre reportage photo sur la réalisation de votre « Hun Hunte XVI ». Les détails sont à couper le souffle. Encore merci de faire partager vos conseils et astuces de maquettiste.

    Alexandre VILLERS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.