Réaliser un nose art

Bonjour, beaucoup de nos modèles ont sur leur fuselage des figurines peintes, des insignes, des publicités, autant de détail qu’il n’est pas facile d’appréhender au premier regard….

je vais ici vous montrer comment peindre ces détails, c’est juste pour vous proposer une méthode….

tout d’abord les outils, pour la peinture j’utilise mon aérographe paatche déjà présenté dans la réalisation des marquages, et un jeux de pinceau

comme on va devoir faire ces teintes, vous pouvez aussi voir sur la gauche des pinceaux, deux seringues très utiles pour doser la peinture, la grande est une seringue à anti-biotique pour les jeunes enfants, la deuxième est une seringue à piston classique, il est préférable d’avoir un piston plastique plutôt qu’il piston caoutchouc comme ici sur la photo.

indispensable des pots, j’emploie des pots jetables, comme des pots de yaourt en verre, lorsque la teinte est faite, je recouvre avec du film alimentaire les pot pour éviter que la peinture ne sèche trop vite

une fois les teintes faites, un nuancier, pour vérifier les couleurs, la peinture en séchant peut changer légèrement de couleur, je l’ai fait sur une surface lisse et foncé pour vérifier le pouvoir couvrant de la peinture. c’est comme ça que j’ai remarqué que le rouge ne couvre pas, il m’a fallu trois couches pour recouvrir mon support, ce genre de détail est très important pour la réalisation des masque, on verra plus tard pourquoi…..

le nuancier réalisé, on peut voir plusieurs essais sur le marron clair, on fait évoluer la teinte lorsque le résultat obtenu n’est pas satisfaisant.

 

pour peindre on va réaliser des masques, il existe dans les magasins de modélisme des film plastique prévu à cet effet, mais ils sont généralement de format A4 maximum et surtout assez cher, je me suis donc tourné vers du vénilla (feuille plastique autocollante pour recouvrir les meubles) mais je n’était pas satisfait par le collant qui était trop important. Je me suis donc retrouvé à quatre pattes dans un magasin de bricolage pour ouvrir discrètement les rouleau de film collant, sur une extrémité seulement, pour vérifier le collant du film. Il faut que ça colle, pour tenir, mais pas trop car on peut arracher le support ou laisser des traces de colle, et ça devient vite galère pour nettoyer le support…..

perso je penses avoir le bon produit, sauf que j’ai pris un rouleau pour essayer sans pour autant relever le non du produit, donc je suis dans l’impossibilité de vous communiquer le nom, je peux juste vous dire que c’est un produit concurrent à vénilla en moins collant, J’ai pris translucide, mais il est préférable de l’avoir coloré pour mieux le visualiser sur le support.

 

voilà pour le matériel nécessaire, pour la peinture, j’utilise de la peinture spectra de chez Aérokit, peinture à l’huile, donc une bouteille de white spirit pour le nettoyage des outils ou diluer la peinture, et un jeux de couleurs pour faire les teintes

Il faut se documenter sur le modèle à représenter, la plupart des nose art sont peint à la main directement sur les avions, ça peut être une appartenance à une unité, comme ici le coq, ou des représentations de femmes sur des bombes que l’on retrouve sur des bombardiers par exemple, on peut vraiment voir tout style.

voici un exemple d’artiste à l’oeuvre, le capot moteur démonté, posé à même le sol, et on peint l’emblème de l’untié

du fait que chaque emblème est peint indépendamment en fond une oeuvre unique, si on observe plusieurs insigne d’une même unité, il y aura toujours des différences, voyez plutôt.

C’est bien jolie de voir tout ça, mais on a pas encore commencé le nose art……après avoir recherché des photos sur le modèle reproduit j’ai retrouvé quelques photos ou l’on pouvait visualiser le coq,  j’ai redessiné le coq sur papier. la mailleur représentation que j’ai vu était sur un film d’époque ou l’on voit évoluer le modèle, j’ai donc fait une pose sur l’image et décalqué sur l’écran de la télé la représentation suivante,

la forme du capot moteur étant arrondi, j’ai du tenir compte de « l’écrasement de l’image », voici les deux représentations, droite et gauche. le document couleur est uniquement là pour les couleurs, ce coq est différent de celui représenté.

Ca y est, on a tout ce qu’il faut pour commencer le travail, on masque le capot et on va réaliser l’anneau rouge sur le nez

la collerette à été placé pour mieux positionner visuellement le nose art

on travail à partir de photo, ça permet de valider sa représentation et ce qui est le plus important l’aspect visuel. on place des repère pour coller les premiers masques…..

une règle importante, on commence toujours par les couleurs les plus clairs et on fini par les couleurs foncés. Si lors de l’échantillonnage des couleurs, on c’est redu compte qu’une couleur couvre mal, on va éviter de la placer sur une couleur foncée, sous peine de multiplier les couches, donc de l’épaisseur.

première étape, on place un morceau de film plastique sur une planche puis on trace sur ce film un cercle du bon diamètre, on fini part découper le cercle à l’aide d’un couteau de modéliste

on colle le masque ainsi réalisé en place, on cache les parties à ne pas peindre pour les protéger des projections de peinture puis on applique deux couche de blanc avec un ponçage entre les couches.

ne vous y trompé pas, le gris est masqué, je vous rappel que j’ai un masque transparent, voici la première partie réalisée

on aperçoit une ou deux petites coulures, rien de bien méchant, sur la partie basse c’est un reflet, l’alu c’est terrible pour ça !!!!!

je désolé, lorsque j’ai réalisé cette peinture, je ne pensais pas forcément faire un tuto sur les nose art, je n’ai pas toutes les photos pour montrer le travail, mais le principe est simple, on place sur une planche un morceau de film transparent (dans mon cas) en l’immobilisant à l’aide de bande cache, puis on vient placer par dessus le dessin du nose art que l’on immobilise aussi (c’est pareil que pour réaliser les marquages) puis on vient découper sur le tracer la forme à peindre. Une fois fait, on colle en place le masque puis on peint, je travail toujours sur les deux cotés en même temps

ici j’ai fait le rouge du coq, le fait de procéder ainsi ça garanti les formes et les proportions, et c’est assez facile à réaliser.

cette fois j’ai les masques des pattes tout juste découpés

toujours pareil, deux masques, droite gauche, on les positionne puis on colle. Cette fois je vais travailler au pinceau, car on est sur de l’infiniment petit, les pattes entre dans une pièce d’un euro, il est impératif pour découper les masques d’avoir une lame neuve et un support martyre pour ne pas abimer la lame et de maintenir avec l’ongle les angles pour ne pas déchirer le papier.

on aperçoit le masque en brillance, vous pouvez aussi voir qu’un seul masque servira à deux couleurs, au pinceau c’est possible de procéder de la sorte, et ça évite de multiplier les micros masques.

la deuxième couleur

puis une fois sec on décolle le film protecteur

lorsque l’on avait réalisé le masque pour le cercle blanc, j’ai gardé la partie intérieur, on avait tracé au compas le cercle, j’immobilise à nouveau ce morceau sur la planche à découpe puis trace un nouveau cercle inscrit, après découpage, j’obtiens une collerette qui servira à masquer le blanc. j’ai aussi fait un micro masque pour cacher la tête du coq et garder le fond blanc, deux raisons, comme je vais peindre la couleur olive drab (très foncé) ça va faciliter le recouvrement, je vous rappel que le rouge couvre mal.La deuxième raison, est que la tête sera dessinée en proportion et ça facilitera ça représentation.

voici les masques en place

j’ai essayé de jouer avec les surbrillances pour que vous puissiez voir les films en place. Comme vous le voyez, je me retrouve avec des parties masquées, et des parties non maquées et en couleurs, si j’aurai décidé de faire avec l’aérographe, j’aurai été obligé de tout masquer et compliquer considérablement la réalisation du masque et surtout son positionnement sur le travail déjà réalisé. C’est pour cette raison que j’ai choisi cette option de ne pas tout masquer, et de travailler au pinceau. Ca présente cependant un inconvénient, on apercevra les coups de pinceau sur les grandes surfaces lorsque l’on aura le nez dessus…. mais bon, les juges regardent à 5m.

Ensuite on met en couleur

j’oubliai, les masques sont enlevé peinture juste sèche et bien sûr après avoir appliqué le nombre de couches nécessaires, c’est pour cela que vous voyez ces surbrillance sur l’olive drab.

je profite de cette photo pour vous montrer ce qu’il ne faut pas faire, j’ai tracé sur le film plastique avec un feutre noir permanent, lorsque j’ai appliqué le film sur le capot, j’ai frotté le doigt pour bien coller les arrêtes et éviter que la peinture ne passe sous le film. seulement avec les reste du feutre, j’ai essuyé du doigts l’encre sur le rouge, c’est pour cela que vous voyez un ombrage noir décrivant le contour du masquage blanc sur la queue et l’aile….. pas très jolie et à éviter !!!!!

pour l’autre coté on a pas refait la même bêtise

il est temps de sortir le pinceau à trois « poils de cul »

je vous conseil d’acheter ces pinceaux en magasin d’art, ils sont meilleurs qualités et les poils sont plus dur donc plus précis, ce genre de pinceau il faut garder le tube plastique protégeant les poils lorsque l’on ne s’en sert pas pour éviter de les déformer.

l’étape suivante est de loin la plus délicate, il faut régler la dilution de la peinture, trop épaisse on beurre et on a du mal à faire une ligne, trop liquide, on risque de poser une bulle de peinture qui va s’étaler comme une Mer……., de plus ça aura du mal à couvrir et on aura un effet de transparence…

c’est pour cette raison que je parle de réglage de dilution, il faut faire des essais. De plus ne soyons pas bête, les juges note les détails à partir de photos, pour mon cas c’est sur le flanc gauche de l’avion, je vais donc commencer par le flanc droite, ma technique va évoluer avec l’expérience du premier, de cette façon je compte faire mieux de l’autre coté, le coté jugé…..

Alors là il est préférable de picoler un coups pour ne plus trembler, de souffler un bon coups, du yoga n’est pas exclu, et au travail…. (bien sûr l’abus d’alcool est nocif pour la santé, boire avec modération)

et voici le premier

ça prend tout de suite une autre gueule, il y aura aussi quelques corrections, dans ce cas on prend la couleur rouge par exemple et on vient recouvrir la bavure à effacer….si mon frère lit ça il va se poiler, c’est ma technique pour peindre les angles dans une pièces, lorsque je déborde sur l’autre teinte, reprend avec pour l’autre couleur pour couvrir la bavure, et si je déborde à nouveau, je recommence avec l’autre couleur… il y a un angle à la maison ou j’ai abandonné, j’y serai encore !!!!!

pour la tête il faut maintenir les proportions, j’ai donc fait un masque pour les lunettes, que j’ai positionné et peinte, puis le reste c’est à main levé avec la photo sous les yeux.

l’autre coté

comme je vous le disais, le trait est plus fin et le tracé plus précis plus « propre ».

 

voilà j’espère que ça vous aidera dans vos travaux et vous permettra de vous lancer pour vos premières oeuvres….

sur un modèle c’est quand même mieux qu’un autocollant grossier, non !!!!!!!

le premier coté avec quelques corrections

ça y est c’est fait, à vos pinceaux

A+ Pascal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.