Réalisation des jambes amorties d’un P47

Bonjours à tous,

je vais vous montrer ici comment réaliser des jambes amorties pour nos modèles. Dans cet articles je vais prendre exemple sur le train du P47. je profites du fait de devoir le refaire pour vous détailler sa réalisation.

pour commencer on travail à partir du plan, de photos, puis il faut bien sur que la jambe d’adapte sur le mécanisme. Pour ma part, c’est un mécanisme E-retract modifié pour être conforme au plan Brian Taylor. Il faut que ma jambe entre sur une corde à piano de 6mm de diamètre.

Autre contrainte, lors de la réalisation des premières jambes, je me suis aperçu que je ne pouvais pas respecter rigoureusement l’aspect du grandeur, personne ne viendra prendre son mètre pour vérifier les côtes, il faut juste que ça soit cohérent et plaisant à regarder….

pour commencer il faut la matière première, après avoir regardé des jambes robart, j’ai constaté qu’elles étaient en acier, j’ai donc décidé de faire mes jambes dans des tubes ferreux, j’ai donc acheté trois tubes chez casto bidules, un de 12mm de diamètre, une de 10mm et un de 8mm. les tubes entrent les uns dans les autres sans trop de jeux. j’ai aussi acheté une corde à piano de 6mm.

maintenant l’outillage, le choix des matériaux a été fait en fonction de mon outillage, je n’ai ni fraiseuse, ni tour pour réaliser des pièces d’un seul morceau. Je vais donc opter pour une accumulation de morceaux, de ce fait mon outillage se limite pour cette première étape de très peu de choses

un marteau, un jeux de limes, une scie à métaux et pour finir un étaux sur un plan de travail fixe, jusqu’ici rien de bien onéreux et facile à trouver dans le commerce. Une petite remarque, pour le modélisme, je préfère prendre des lames de scie 32 dents, c’est plus facile pour couper les tubes.

pour commencer un petit croquis pour visualiser le travail, la jambe sera en deux parties

pour la première il faudra couper un morceau de tube de 8mm de 22mm de long, un autre de 10mm et de même longueur et enfin un tube de 12mm et de 112mm de long

voici les premières pièces

elles sont ébavurées et ajustées à la bonne longueur, pour ébavurer on procède de la sorte, on bloque la pièce dans un étaux bien perpendiculaire, puis on pause la lime bien à plat pour ajuster la surface et effacer les coups de scie, elle sera parfaitement plane

maintenant que la coupe est propre, on va ébavurer l’extérieure de la pièces, on place la lime à 45° puis on vient faire un léger chanfrein sur le tour de la pièce

il nous reste plus qu’à ébavurer l’intérieur à l’aide d’une queue de rat ou d’une petite lime demie ronde

ici ma queue de rat est un peu grosse une plus fine aurait été préférable…..

pour ceux qui connaisse, j’ai très détaillé, mais j’ai préféré bien détailler pour que ceux qui ne connaissaient pas puissent faire correctement cette étape importante. Toutes les coupes, donc chaque extrémité des tubes doivent être ébavurées.

passons à la deuxième partie de la jambe, elle est un peu plus complexe et présente plus de pièces, voyons le croquis

nous allons commencé par les longueurs de tubes, on procède comme avant et on va découper deux morceaux de tube de 8mm un de 15mm et un de 25mm, j’ai un peu augmenté les longueurs que ce qui est donné sur le croquis

puis une longueur de 70mm de tubes de 10mm et enfin on prend le tube de 12mm pour couper un morceaux de 10mm. Chaque tube est bien sur ébavuré comme vu précédemment. Pour ce qui est de la corde à piano on verra un peu plus tard.

les pièces sont faites, on va procéder au montage, on commence par la première partie de la jambe, on prend les deux petits morceaux puis on va les emboiter l’un dans l’autre, il sera entré à fort à l’aide du marteau, mais avant il faut « blanchir » le tube au papier de verre pour nettoyer les surface à braser, intérieur, extérieur du tube sur une seul extrémité

on se place bien sur le talon de l’étau, on ne tape pas sur les mords ( les mâchoires),

voici ce que vous devez obtenir après voir placer cette ensemble de tube à l’intérieur du plus grand morceaux

on vois bien les trois épaisseurs des trois tubes, de cette manière, le ressort qui sera placé à l’intérieur, reposera sur une surface plane et la corde à piano du mécanisme entrera sans jeux dans la jambe.

cette partie est maintenant prête, on va passer à la deuxième partie. voici vos pièces prêtes à être montées

on emboite à chaque extrémité du tube, les morceaux de tubes de 8mm

du coté du tube de 25mm de long on va ajouter par dessus le morceau de tube de 12mm de diamètre ce qui nous donnera ceci

on voit aussi de ce coté les trois épaisseurs des différents tubes, comme pour l’autre partie, le trou au centre est pour recevoir la corde à piano, le tube de 12 mm sert de buté et correspond aussi à l’aspect de la jambe réelle.

pour l’autre extrémité, voici ce que vous devez avoir

cette partie a été épaissi pour recevoir le ressort

voici les deux pièces à ce stade de la réalisation, on a bien sur quatre pièces, car on réalise les deux jambes en même temps

passons à la deuxième étapes, la brasure et le pliage de la corde à piano. Pour ce faire on aura besoin de l’outillage suivant

pour brasé j’ai un poste bi-gaz acheté chez brico truc pour une soixantaine d’euros donc très accessible

il faut aussi la brasure argent, perso, je l’ai acheté chez Tony Clark, mais on en trouve aussi en France dans les magasins de bricolages. donc baguette décapant, une pince pour tenir les pièces chaudes et une troisième main, très utile pour maintenir une pièce durant les soudures.

Lors de ces opérations de brasures ou de pliage de la CAP, attention, les risques de brulures sont important, il est préférable de procéder seul (sans enfants pour vous distraire) et faire attention à la flamme, on peut bruler sans le faire exprès une surface ou un outil trop près du poste de travail.

il est temps de ce mettre au boulot, on place la première partie de la jambe dans l’étau, puis on règle la flamme

on commence par chauffer un peu la baguette d’apport puis on la trempe dans le décapant pour la charger en poudre décapante. ensuite on chauffe les pièces à braser, et on enlève la flamme pour déposer le métal qui doit fondre, on peut ensuite chauffer les pièces pour répartir la brasure, le but est de maintenir ces trois pièces en place. attention à ne pas remplir le trous au centre.

il est temps de travailler la corde à piano, on chauffe un peu pour rougir la CAP sur une pointe seulement puis on vient la plier à l’équerre.

une fois froide, on place la CAP sur le plan pour repérer le deuxième coude. on fixe la CAP dans l’étau, il faut s’assurer qu’elle soit bien parallèle pour avoir deux coude dans le même plan

ensuite on chauffe et on réalise le deuxième coude, puis le dernier coude.

on a bien sur repéré l’endroit exact du deuxième coude, cette fois il faut cintrer un peu la CAP

il est important de bien laisser refroidir la corde à piano, si on la refroidi rapidement dans de l’eau froide par exemple on va modifier les caractéristiques de l’acier il sera plus cassant, on appelle ça la « trempe ». Je préfère avoir un métal plus souple quitte à ce qu’il se plie, que d’avoir un acier très dur et cassant.

il est temps de finir avec le dernier coude, on repère sur la première jambe ou sur le plan si c’est la première, petit coup de crayon

puis on coude la CAP

voilà la corde à piano cintré et prête à être brasée sur la jambe.

elle est coupée en longueur à ce stade, puis on la place sur la jambe, on mesure pour s’assurer du positionnement

la troisième main maintien les deux pièces a assembler ensemble

ensuite on peut braser les pièces ensemble

les deux parties de la jambe sont maintenant achevées, on va donc les assembler ensemble, sur les jambes des grandeurs, c’est le compas qui assurait cette fonction et qui empêchait en même temps que les deux parties ne pivote.

les compas ne sont pas des pièces aisées à réaliser, j’ai donc choisi de fixer ces deux parties différemment. pour être conforme à l’aspect du train réel, cette fixation sera faites sur la face du tube qui est masqué par le pantalon. je vais donc faire une fente sur le coté du tube de la partie fixe, pour ce faire on commence par tracer son emplacement en s’assurant que le tube à l’intérieur entre suffisamment, il faut le voir par l’ouverture réalisée.

on donne quelques coups de pointeau pour positionner les trous à réaliser, ce qui évitera au forêt  de glisser dans tous les sens au risque de le casser ou de faire un trou décallé

pour percer j’utilise une perceuse à colonne, de petite taille le premier pris est de 60€ environ, mais c’est très utile pour faire un peu de bricole, on commence donc par percer à 1.5mm

puis on agrandira les trous à 3mm

les trous doivent être les plus proche possible, on prend une lime fine puis on vient ouvrir les espaces entre les trous pour réaliser une lumière, au début c’est assez « chiant » il faut le dire car la lime n’entre pas facilement, et a fur et à mesure que l’ouverture s’agrandi, c’est de plus en plus facile

on mets le trou en forme petit à petit en s’assurant que le tête de la vis CHC de 2mm entre dans l’ouverture et coulisse facilement sans avoir un jeux important.

il faut penser à enlever les bavures à l’extérieur mais aussi et surtout à l’intérieur du tube en glissant une lime à l’intérieur

La première partie de la jambe est maintenant presque terminée, on va placer la vis de montage de l’ensemble, on commence par placer le ressort

puis on glisse la jambe dans la première partie, les deux tubes coulisse librement et on sent le ressort agir en amortisseur

je comprime le ressort pour régler le jeux de compression de 16mm, puis je trace l’ouverture sur le tube situé à l’intérieur

une fois tracé on ressort la partie basse du train, on va maintenant placer la vis de fixation, comme je vous le disais, on va placer une vis de 2mm, donc on va percer à 1.5mm puis on va tarauder le trou.

comme précédemment on pointe puis on perce le trou dans le tube

avant de tarauder il faut choisir le taraud, on les définit de deux manières, le diamètre de la vis et le filetage. il faut donc avoir un taraud correspondant à la vis, pour contrôler rien de plus facile, soit on prends un peigne de calibrage, mais à deux millimètre de diamètre je n’en ai pas, on peut placer la vis contre le taraud et vérifier qu’elle s’emboite correctement sur le taraud

les filets des deux doivent correspondre parfaitement sous peine de blocage et foirer le filetage.

petit rappel, on avait doublé l’épaisseur du tube en insérant un morceau à l’intérieur pour augmenter l’épaisseur du filetage, donc la résistance du filetage.

on amorce le taraud, puis trois quart de tour en avant pour un quart en arrière, cette manœuvre permet de dégager le copeau et évite le blocage du taraud,

il faut donc visser le taraud dans le trou, faire attention, le trou ne débouche pas, donc on va faire toucher le taraud à l’intérieur du tube, il ne faut pas forcer, autrement le taraud va casser. On a parler de trempe pour les acier précédemment, un parfait exemple, le taraud est en acier trempé pour être très dur et usiner les métaux, mais qui dit acier dur dit aussi outil très cassant, ils sont fragile, surtout avec des diamètre très faible, donc prudence, dégager bien les copeaux comme indiquer, trois quart avant, un quart arrière, trois quart avant, un quart arrière et ainsi de suite….

voilà c’est fait, il nous reste à placer la vis pour vérifier notre travail

c’est nickel plus qu’à assembler le train, on place le ressort on comprime un peu puis on place la vis de montage, voici les deux jambes assemblées

pour ajuster la tension du ressort donc la force d’amortissement on peut couper un peu le tube intérieur ou ajouter une cale avant le ressort, rien de plus facile. A ce stade les jambes sont fonctionnelles, le reste ne sera que de l’habillage, donc n’est pas indispensable.

Il est temps de commencer l’habillage, tout d’abord, avec le mécanisme qui maintiendra l’habillage de jambe. vous pouvez voir la pièce en question entourée sur cette photo

cette pièce est importante car c’est elle qui maintien le pantalon, voici la pièce fini

on va commencer par la réalisation du cerclage, on va découper dans une tôle de laiton une petite bande de 4mm de large. Pour découper cette bande on va prendre un cutter, un réglet et bien sur la tôle. On place le réglet à 4mm du bord puis on vient rayer la tôle en limite de la règle, on passe plusieurs fois pour bien marquer la feuille de laiton de 4/10éme d’épaisseur.

voilà la feuille est bien marquée, on va maintenant la placer dans l’étaux, le haut du mord bien sur le train

on plie en avant, puis en arrière, bien sur la marque et la tôle va se couper sur la rayure, si comme moi, le mord n’est pas assez large, on déplace la tôle pour finir de la découper.

Vous allez me dire pourquoi ne pas l’avoir coupée à l’aide d’une cisaille, tout simplement qu’avec un tel outil, on écrase et allonge le bord de la tôle, ce qui a pour effet de l’allonger et de faire un morceau en hélice d’avion au lieu d’être parfaitement droite comme ici

reste à ébavurer un peu les bords et la pièce est prête à être travaillée. On commence à l’aide d’une pince plate à faire un plie de 30° environ, puis on enroule la bande autour du tube en prenant soin de bien suivre le tube.

ensuite on repère ou on devra finir la boucle en laissant deux millimètres de jour et on vient plier à nouveau la bande de laiton.

la première pièce est presque fini, on va maintenant ouvrir un peu la pièce pour pointer les deux petits trous qui permettront la fixation et le maintien sur la jambe. comme précédemment, un coups de pointeau pour centrer le percement et ensuite on perce à 1.5mm de diamètre les deux petits retours.

sur cette photo, on peut voir la bande avec ces deux percements, on remarque aussi que l’on a pas mis en longueur, on le réalisera juste après. on peut voir aussi un morceau de tube de laiton de 2mm de diamètre et de 14mm de longueur et la micro visserie en laiton, une vis de 1.6mm de diamètre avec son écrou

on reprend la bande, puis on coupe le surplus de tôle, un coup de pince coupante, puis on plie à droite puis à gauche la pièce est coupée. On met en forme à la lime plate ou demi-ronde. On positionne la languette et on la fixe avec la vis sur le tube, pour préparer la soudure de l’écrou. Préalablement j’ai bien nettoyé les pièces à souder ensemble, à la toile émeri.

ensuite on soude l’écrou à l’étain. L’avantage du laiton c’est que les pièces se soude facilement à l’étain à l’aide d’un fer des plus classique.

Une fois l’écrous soudé en place, on va maintenant souder la petit tube sur la bande de laiton, on place la bande correctement et on prend soin de bien placer l’ensemble dans l’étaux pour que le tube soit à l’opposée de la fixation, puis après avoir nettoyé les pièces on étame les deux partie à souder ensemble

ensuite on a juste à chauffer les deux pièces en place et elles vont se souder ensemble très facilement. une fois ensemble et en place, on charge un peu en étain, point par point pour éviter de dessouder les pièces pour apporter un peu de matière que l’on mettra en forme à la lime pour avoir un ensemble homogène et respectueuse au mieux de l’apparence du grandeur.

voici ce que vous devez avoir

reste maintenant à réaliser les biellettes, j’ai simplifié au maximum leurs réalisations, un tube de 2mm de diamètre en laiton, on aplati l’extrémité sur le talon de l’étaux à l’aide d’un marteau, faire un peu plus large, puis on donne un coups de pointeau pour ensuite percer à 1.5mm. rien de bien difficile en soit, si ce n’est de bien le faire ne longueur, pour cela suivre les indications du plan.

on les réalise de suite par paire pour l’autre jambe

voici les deux pièces réalisées, une droite une gauche, mais pas de soucis, on fait les deux même et on en retourne une au montage……

je suis bloqué pour le moment car je n’ai plus de matière première, j’ai donc passé une commande cher micro modèle, pour prendre des cornières en laitons, de la micro visserie, des rivets et deux ou trois truc….vous trouverez le lien dans ma liste de fournisseurs…..

aller, la commande est arrivée, j’ai pu reprendre la réalisation de l’habillage de la jambe. j’ai réalisé un cadre comme le grandeur, j’ai choisi de la faire en laiton car c’est facile à souder à l’étain, mais le revers est le poids de ce métal. mais pour dégrossir le montage et expérimenter le mécanisme se sera parfait, je modifierai peut être sa réalisation plus tard. JE détaillerai la réalisation de cette partie lorsque j’aurai adopté définitivement le principe, là je suis dans l’expérimentation.

donc comme je vous le disais, j’ai réalisé un cadre en laiton qui a été soudé sur un ctp 8/10 à la colle époxy.

on peut voir la charnière en nylon qui est collée sous une feuille de laiton, elle est collée de façon à ne pas voir l’articulation de la charnière et suis le bord du ctp, cet à dire elle est en biais.. ensuite elle est fixée sur l’aile à l’aide d’une vis de façon à permettre la rotation de l’habillage.

ici on vois l’habillage « droite » et sur la photo suivante elle est légèrement inclinée vers l’avant, c’est important d’avoir cette articulation, c’est elle qui permettra à l’habillage de se placer naturellement le long de la jambe.

la première partie est faites, il reste à fixer l’habillage sur le haut de la jambe,

pour le moment ça ressemble à l’originale, il faut mobiliser la jambe pour régler ce mécanisme. Lors de la fermeture, je me suis rendu compte que l’habillage entre en contact avec la jambe, il va falloir que je bouge la fixation sur le cadre et que j’allonge les biellettes je penses, c’est pour ça que je vous disais que l’on est dans l’expérimentation, il faut avoir le bon « SETUP » donc beaucoup de patience ……

les biellettes ont été allongées de 4mm environ, la fixation a été remonté de 5mm sur le cadre, ensuite , on remonte le mécanisme sans serrer la bague sur la jambe et on commence à manœuvrer la jambe de façon à pouvoir glisser facilement et d’ajuster la position à la demande. Ne pas hésiter à ajuster la longueur des biellettes en fonction des observations pour que la trappe se place correctement.

http://www.youtube.com/watch?v=H0Fa9n7mNRs&feature=youtu.be

Je penses avoir trouvé le SETUP correct avec l’aide de Bernard sur modélisme.com qui m’a aiguillé sur une méthode de réglage, j’ai placé l’habillage de roue pour visualiser l’apparence du train ouvert.

vue de coté

une autre vue

Maintenant que le principe est expérimenté, je vais pouvoir réaliser les modifications et finaliser le train du P47 et surtout le maquettiser, mais on verra ça plus tard.

il est temps de finir de valider le principe avant de passer à l’autre jambe, je vais traiter ici la partie fixe du pantalon qui se place sur la jambe, ainsi que le compas.

pour ce qui est du compas, j’ai choisi de le réaliser dans un morceau de hêtre, c’est un bois dur qui n’a pas de fil, donc plus facile à travailler. le compas est purement décoratif, je vous rappel qu’il n’a pas sa fonction première donc on n’a pas à réaliser quelques choses de solide.

j’ai donc creusé toute les forme avant de découper la pièce. Le fait de procéder ainsi simplifie grandement le travail et surtout évite de casser la pièce. je vous détaillerai la méthode plus tard, car j’ai expérimenté la réalisation et je n’ai pas fait de photos pour montrer correctement la réalisation. Je détaillerai cette partie lors de la réalisation de l’autre jambe.

voici le compas, vous pouvez constater les pièces en bois

voici ce que ça donne

j’ai entièrement dessiné ces pièces en fonction des photos du grandeur…..

pour la jambe je l’ai habillée de balsa puis poncé en forme pour donner l’apparence de la jambe. j’ai ensuite monté tout ça à blanc pour visualiser le résultat.

le résultat me convient, je vais finir cette jambe pour m’assurer que tout est OK

j’ ai collé le panneau sur la jambe à l’araldite, du moins à la colle époxy sader puisque c’est le nom qu’elle adopte maintenant, je dois avouer que je ne suis pas adepte et que je vais certainement changer de colle époxy….

une fois sec j’ai comblé les ouvertures à l’aide de balsa pour faire du remplissage et limiter ainsi le poids car le mastic c’est assez lourd. une fois fait un coups de mastic de rebouchage puis de finition…….

voici le résultat

on trace les lignes de rivets, puis on vient déposer un à un les points de colles qui imiteront les rivets.

il reste maintenant à peindre l’intérieur du panneau

lors des premiers essais j’ai remarqué que la charnière nylon était trop souple, le pantalon se mettait en crabe et le mécanisme coinçait…..pas cool !!!

j’ai donc décidé de changer cette charnière et j’ai acheté chez micromodèle des charnière laiton (enfin elle sont plaqué laiton car en les ajustant j’ai remarqué qu’elles changeaient de couleur)

elle sera soudé à l’étain ensuite on remonte le tout et on procède aux essais. Cette étape est très fastidieuse, il faut essayer puis démonter pour changer les biellettes, pour recommencer et ainsi de suite jusqu’à obtenir le bon setup…..j’ai du faire 4 jeux de biellette avant de trouver quelque chose qui me convienne…..

voyez plutôt.

http://www.youtube.com/watch?v=dxUmd…ature=youtu.be

voici à quoi ça ressemble

 

maintenant voici le setup:

les biellettes ont un entraxe de perçage de 28mm

la bague de fixation sur la jambe est à 83mm réglet posé sur la noix à l’axe de la vis

pour la fixation sur le pantalon on pose le réglet sur le support noir du mécanisme et on a 105mm

voici les principales cotes, ensuite il faut essayer et ajuster la bague au millimètre près.

la fixation du pantalon

l’aspect est conforme au grandeur,

je doit toutefois reprendre une ou deux choses, la première décoller le ctp pour le recoller avec de l’araldite, je l’ai collée à la colle époxy sader mais elle n’a pas la même tenu et je la déconseille. Je vais aussi passer à la maquettisation de l’ensemble.

beaucoup de questions sur la modification du mécanisme E-retract, je vais donc vous présenter la modification, c’est sur la noix du mécanisme que l’on a réalisé la modification, si vous regardez sur le plan de Brian taylor

on voit sur cette photo que le morceau de CAP est implanté dans la noix avec un angle de 4° environ, la jambe est pas droite mais en biais par rapport au mécanisme.

j’ai donc demandé à E-retract de faire la même chose, et comme vous pouvez le voir la jambe à un angle de 4° par rapport au mécanisme

En procédant ainsi l’implantation du mécanisme de place naturellement dans le logement prévu par le plan il suffit de placer les carrés de chaque coté du mécanisme (on les resserre un peu).

Voilà j’espère avoir répondu à vos questions et que cette fois c’est plus clair pour vous.

 

maintenant je vais pouvoir passer à la deuxième jambe et détailler, comme promis, la réalisation.

voilà pour le moment… A+ Pascal

33 commentaires sur “Réalisation des jambes amorties d’un P47

  1. Bonsoir,
    J ai tiré un plan pour un p47 de 1m60 que je compte faire en depron et kraft.
    Votre post est une merveille!
    Je compte faire des jambes en tubes aluminium..on verra bien!

    Olivier

  2. Hello Pascal,

    outstanding work. I’m deeply impressed.
    I’ve a question regarding the LADO-retracts.
    What kind of LADO-retracts did you use? These are RS 333? And what angel do they have?
    About an answer I would be very happy.

    Greetings,
    Dirk

  3. Hello Dirk,
    You will find the address of the site E-retract
    http://www.e-retract.com/fr/25-rs333
    I made modify the mechanism by E-retract, to be in compliance with the plan Brian Taylor.
    I bought a modified RS333 and made my legs.
    I hope to have answered your questions, my English is not very good.
    best regards Pascal

    • Hi Pascal,

      thanks for your answer and sorry for my late response.
      No worries, your english is very good. (Better than my french. :-))
      I’ve a another question, regrading the modified RS 333.
      how was the RS 333 modified?

      Greetings,
      Dirk

  4. Hi Dirk,
    I asked E-retract to adapt the mechanism to brian taylor’s plan.
    The leg is not in the axis of the mechanism, There is an angle of 5 °, E-retract drilled a hole to have this angle, You can see it on the photos of my landing gear.
    I hope to have answered your question
    best regards
    Pascal

  5. Hi Pascal,

    sorry, but could not find a photo where I can see you modification.
    I think (hope), I’ve read the complete building report.
    Do you have a hint or a tipp where I can see/find it?
    Sorry for the inconvenience.

    Best regrads,
    Dirk

  6. Hi Dirk
    I brought clarifications at the end of this article. You can see on the photo the leg which is positioned on the mechanism with an angle of 4 °
    Made, E-retract drilled a hole obliquely in the mechanism as indicated from the point of view of Brian Taylor.
    I hope to have clarified the modification in realized.
    And thank you to have asked(raised) the question, will be more clear so for all the world

    best regards
    Pascal

    • Hi Pascal,

      thanks for your efforts.
      Now I understand what you mean.
      Sometimes, a photo is worth a thousend words.
      Thanks again.

      Greetings from Germany,
      Dirk

  7. Félicitations: c’est du travail d’orfèvre. Je me posais des questions quant à la réalisation des trains d’atterrissage de mon projet de P47, maintenant c’est aussi clair que de l’eau de roche.

  8. Salut Pascal,
    déja bravo pour tes tutos, une vraie mine d’or!

    je compte m’inspirer de celui-ci pour le train de mon Simoun.
    J’ai déja les différents tube, mais j’ai une question :

    la partie fixe de la jambe est réaliser avec un tube de 12mm ext et 10mm int. La partie mobile avec un tube de 10mm ext 8mm int.

    quel traitement particulier fais-tu sur ces 2 tubes pour que le petit coulisse dans le gros sans forcer? poncage+graisse?

    merci d’avance

    Alex

    • Bonsoir Alex,
      le problème avec les tube c’est qu’il y a une bavure intérieur du à leurs fabrications. généralement une fois avoir effacé cette bavure les deux coulissent librement. je donne un coups de forêt dans le tube, il faut bien le fixer dans un étaux et percer dans le tube, en débourrant très très souvent pour éviter de coincer le forêt, c’est d’autant plus vrai quand le forêt est profond dans le tube et que les lisses du forêt ne dégage plus les copeaux.
      surtout pas de graisse ou d’huile, sinon les saletés vont adhérer et coincer les tubes…
      bonne soirée Pascal

        • Bonjour Pascal,

          j’ai commencé la réalisation du train du Simoun, mais j’ai une petite question pratique :
          Pour les soudures, puis-je utiliser un chalumeau mono-gaz, ou un bi-gaz avec apport d’oxygène est obligatoire?

          Merci d’avance.

          Alex

          • Bonjour Alex,

            pour chauffer la piéce, tu peux utiliser toutes sources de chaleur, seul obligation chauffer tes pièces à uen température supérieur à la fusion de ton métal d’apport…. pour ce qui est de l’argent ça doit être aux environ de 700°C, je crois, à vérifier sur la notice des baguettes….
            Maintenant si tu arrive à la température avec du monogaz,pourquoi pas !!!
            si tu dois te mettre en frais, j’achèterai un bi-gaz, qui peut le plus peu le moins.
            A+ PAscal

  9. Bonjour Pascal,

    merci pour le conseil. J’ai pris des baguettes 40% d’argent, la température de fusion est de 670°C. On verra bien ce que ca donne en mono-gaz, la température de la flamme est a 1700°C. Si ce n’est pas terrible je partirai sur un poste bi-gaz.

    Alex

  10. Bonjour,

    Votre travail sur le P47 est remarquable!
    J’ai néanmoins une question par rapport au ressort de compression utilise pour la realisation de la jambe de train. Quel doit être la « force » en kg restituée par le ressort à son maximum?
    Quand l’avion est en statique train sortie, le ressort est il comprime au maximum par le poids de l’avion?. Enfin ou vous êtes vous procure les ressorts ?
    Au plaisir de suivre l’évolution du P47!
    Cordialement
    Alexandre

    • Bonjour Alexandre,
      Je n’ai pas de recul sur la force à exercé, j’avais un train robart, je me suis collé à peu près au même ressenti, il pourra être réglé après le premier vol. il suffira d’enlever la vis qui maintien la jambe, pour retirer le ressort, une ou deux rondelles pour durcir, et pour assouplir on coupe un peu le ressort…..

      ça va être un réglage au feeling….l’avion au posé sur ces roues ne comprime pas le ressort, il faut appuyer ferment pour comprimer la jambe….

      j’espère avoir répondu, je ne peux pas être plus précis, je verrai après les premiers vols…..

      pour ce qui est des ressorts, c’est de la récup, je les ai depuis très longtemps, mais je ne sais plus ou je les ai eu… mais sur internet je penses qu’il doit exister des fournisseurs…..
      A+ Pascal

  11. Bonsoir

    Tout simplement remarquable, je vais appliquer ce principe à un Jurca Tempête
    Encore merci et félicitation pour votre partage

  12. Bjr Pascal,
    Superbe post! Concernant les matériaux de la bague et des cornières laiton quelles sont les dimensions / épaisseurs utilisée.

    La tôle serait elle du 0.5mm d’épais et les cornières du 3x3x0.5?

    J’ai un P47 de Hangar 9 de 2m10 sur leque ne ferais bien ce travail.

  13. Bonjour, j’ai un P-47 de Top-FLite de 2.16 m 9 / 10kgs et je compte réaliser les jambes de train montées sur 2 mécanismes électriques qui ont un axe de 10 mm de diam.

    Quel type de ressort avez vous utilisé (longueur, diam. du fil…)

    Merci

  14. Bonjour JP,
    pour ce qui est du ressort, j’ai prix ce que j’avais sous la main, mon père récupérait tout un tas de truc dont ces ressorts. je les ai placé dans la jambe et j’ai essayé de tarer le ressort sur une balance, on appuie sur la jambe qui est placée sur une balance et on regarde à partie de quel poids le ressort commence à agir. pour un avion de 8kg, j’ai réglé le ressort pour une résistance de 10kg environ. si le ressort talonne sur un posé dur c’est à mon avis pas trop méchant, mais je souhaite juste avoir un peu de souplesse ….
    désolé de ne pas vous répondre plus précisément, le modélisme c’est souvent des essais et expérimentation, et parfois on fait avec ce que l’on a sous la main. j’ai une jambe robart, et la résistance du ressort est comparable…
    Amicalement Pascal

  15. c’est très stimulant, ces explications très détaillées . … bravo
    et merci pour les références des fournisseurs au top.
    – pour les matériaux j’imagine que les articles du brico* suffisent ?

  16. Bravo j’ai un immense respect pour les modéliste qui construisent eux même et qui partage leurs savoir
    Je vais utiliser la technique des jambes amortie pour mon stuka qui sont de simple corde à piano de 6
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.