Construction d’un FW190 (3ème Partie)

Construction d’un FW 190 A4
(troisième et dernière partie: réglages, premier vol et sorties de l’avion)
j’ai réalisé les réglage radio, pour le moment j’ai mis les réglages du plan avec un petit peu plus en débattement
par exemple pour ce qui est des ailerons, il était donné 10mm, j’ai mis 12mm.
le CG sera pour le premier vole celui donné par le plan..
le moteur est sur le banc de rodage
j’ai monté le petit pots pour entendre le son, et estimer le bruit, il est plus petit que celui d’origine
donc plus facile à intégrer….dès qu’il fera beau démarrage…
autrement je doit vous avouer que j’ai réalisé cette construction sous les conseils avertis
de la mascotte de la maison, qui a une grande expérience dans le vol indoor
le rodage moteur est en route, un plein sur le banc d’essais déjà…..
autrement une petite sortie du FW190 au terrain, pour qu’il commence à prendre l’air….
réalisation de pièces de présentation pour notation en statique  et oui peut être quelques sorties…
Maintenant que je suis inscrits, je peux vous le dire, première sortie en statique à Coëtquidan,
je pofine donc la finition et les détails……
voici l’avion à la veille du départ, il reste que l’hélice à vieillir….
les écritures sont toutes placées
le fil d’antenne à été mis en place….
et l’hélice statique et le ventilateur à été réalisé
les feux de navigation ont été réalisé
maintenant voici quelques photos d’ensemble

un petit retour de coëtquidan ou la météo n’était malheusement pas au rendez-vous
voici une petite photo des modèles présents sur au show
ne cherchez pas le mien dans le tas vous ne trouverez pas, il est certainement sous un autre….
voici quelques modèles présents
le fougat magistère de marc Lévi, du moins le mulet, car la maquette vice championne du monde n’était pas là…
par contre les anglais sont venue avec la maquette qui à concourru au championat
quel plaisir pour nos yeux..
allez encore une c’est trop beau
il y avait aussi ce magnifique fokker, très bien fini et très détaillé
bon, je ne vais pas tous vous détailler, il y en avait quand même 49,5 …..et oui le mien comptais pour un demie
mais il s’est fait des copains, et je crois même qu’il avait une touche avec le DORA d’à coté
heureusement qu’on les avait pacé dans cet ordre, car si on avait placé mon p’tit n’avion à coté du premier
voilà ce que ça aurait donné
mais remarquez, le gros avantage, c’est quand on a eu l’averse, je me suis caché facilement sous une aile
blague à part, superbe ambiance, plein de rencontre intéressante, riche en renseignement…
merci à tous ceux qui m’ont aidé à être présent à cette rencontre, plus particulièrement
Roger Niéto, Bruno Gicquel et Jean Claude qui m’a présenté….
grand merci à vous tous, ça donne envie de continuer….
voilà pour le résumé de cette journée
fin du rodage moteur, le saito a été démonté une fois de plus pour être placé sur le banc d’essais
quelle merveille le bruit de ce 4T, ça part au quart de tour, et même quand on s’y attends pas….
ensuite, grand nettoyage, puis montage définitif sur le FW190. La fin du rodage se fera en vol.
suivant de nombreux conseils, j’ai avancé au maximum toutes les charges pour limiter le lest.
j’ai donc réalisé une tôle aluminium servant de support pour les accus
(préchauffage embarqué et réception)
et il supportera aussi le servos des gazs….quelques grammes de gagné…
la tôle est fixée sur la cloison coupe feu et sur le dessus du bati moteur
le servos est mis en place dans son logement,
l’accus sera fixé sur le dessus et en travers du support, la prise sera accessible par la trappe mitrailleuses
sur le dessus du nez de l’avion, ce qui permettra d’intervenir rapidement en cas de soucis pour couper l’alim réception
et avoir un accès facile pour la recharge de l’accus, se qui évitera le montage démontage du capot moteur.
voilà pour les quelques modifs apporté, donc il ne me reste plus que le lest couler et à placer.
à attacher les fils, à faire du propre quoi.
des ouvertures supplémentaire ont été réalisées sous le capot moteur,
pour faciliter l’échappement et éviter de graisser l’intérieur du capot moteur et du puis du train
deux trous ont été placés sous le capot moteur pour le reniflart du carter et pour le plein du réservoir..
ces trous restent discrêt et dénature pas l’aspect maquette du modèle…
centrage du modèle, le FW190 est un avion à nez court, donc très difficile à centrer sans ajout de lest
et oui je n’échappe pas à la règle, pour limiter au maximum le lest embarqué
j’ai donc opté pour le mettre le plus en avant possible, j’ai donc réalisé un moule décri en partie deux je crois
puis je me suis glissé furtivement dans la cuisine pour piquer une casserole….
attention cette manoeuvre est très très risquée, la maîtraisse des lieux n’est pas fine
puis ensuite à l’aide d’un bec propane chauffer le plombs puis réaliser la coulé
ensuite ébavurage et légère rectification du lest à la rappe à bois, le plomb étant un métal tendre
il faut des grosses dents pour évacuer les copeaux, puis mise en place
vous pouvez voir sur la photo l’ajout d’une rondelle en plomb sur l’avant du lest, je pourrai dire que c’est fait exprès
afin d’ajuster plus facilement le poids nécessaire en coupant un morceau, mais je me suis trompé d’un chouille dans
mon calcul, il m’en manquait un peu, j’ai donc placé cett rondelle, de ce fait je suis un peu en avant du CG du plan
après le premier vole j’ajusterai le lest
grace à la coulé, le lest est bien intégré à l’avion et reste très discret…. une petite pesée pour avoir une idée:  4kg400
réservoir vide et accus plein, ça change tout  300gr de gagné par rapport à la dernière pesée, j’ai bien fait de faire les modifs.
encore deux ou trois bricolles à finir, puis vérifications radio, derniers régalges ….
voilà, l’heure du premier vol est arrivé, normalement, si le temps le permets samedi l’oiseau fera son premier envole..
Jean Claude à commencé une préparation physique pour se muscler les pouces
et s »est mis au yoga pour le zen et le stress….
bon blague à part, j’avoue que je ressents un petit peu de stress à la veille du premier vol,
j’ai quand même passé 14 mois pour réaliser se projet, la première maquette
et oui j’ai l’intension de poursuivre dans ce sens, j’adore les avions qui ressemble au vrai…
Compte rendu de la première sortie au terrain….
j’ai pas pu essayer
arrivée au terrain montage de l’avion, dernière vérification, quelques photos, enfin le truc habituel quand un nouvel avion arrive au club
Jean Claude vérifie le centrage puis les commandes radio, et la premier problème, les volets n’entrent pas…
démontage de l’aile, j’avais déjà rencontré ce problème, c’est le ralentisseur de servos qui bug, donc je l’ai enlevé
pour mettre les flaps en direct……
ensuite remontage de l’aile puis démarrage moteur, le moteur démarre pour la première fois sur la cellule
l’amorçage est un peu délicat, le moteur démarre assez facilement….attention au retour très fréquent sur les 4T
mon batoon c’est pris quelques coups…. moteur en route soucis de ralentis, quelques réglage de trim
engorgement, enfin les soucis de départ pour les réglages moteurs, Didier entre dans la danse et nous aide aux réglages…
et c’est partie, l’avion roule bien Jean Claude fait le clown et cours après, il fait le malin, très détendu, et là après quelques péripécie, plus de dérive,
on ramène l’avion et on étudie le problème, au départ on pensait à un problème radio…
et non la fixation de la roulette de queue qui à cassé au roulage sur notre terrain en herbe
comme le servos commande la roulette et que la dérive est reprise sur le guignole de la roulette
la dérive n’était plus fonctionnelle…. voici en image
voilà le problème radio…..
bon la première sortie n’est pas aussi concluante que je l’espérais, mais voyons le positif
l’avion n’a pas subit de domage important, lors de la perte de la commande de dérive
c’est facilement réparable, et je vais mofifier les commandes suivant les conseils des moustachus
un petit soucis sur l’intégration du pot d’échappement, rien de bien méchant non plus
mais la peinture supporte mal les gazs d’échappement
de plus la chappe plastique qui commandait la porte à fondu, la trappe est devenur libre,
donc heureusement pas de fermeture du train, sinon la trappe aurait été cassée…
bon maintenant remise en état… si vous faites cet avions à partir du même plan,
je vous conseil d’apporter quelques modifications, modifier le système de commande
attaquer directement la dérive et la roulette sur le servos, de cette façon si la roulette casse vous aurez encore de la dérive..
deuxième choses, la fixation de la roulette, sur le plan on vous montrait de réaliser les trous puis de liguaturer
le tube permettant de faire l’articulation de la roulette, trop fragile pour un terrain en herbe
le support roulette à cassé précisément à cet endroit
voilà pour le premier bilan, maintenant entre les réparations……
première étape se rappeler de la structure de l’avion, c’est là que l’on est contend d’avoir des photos….

ça nous rajeunie pas tout ça, qu’est ce qu’il a changé…. c’est toujours ce que dit ma mère en regardant les photos
bon on voit que nous avons plusieurs cloisons pleines entre le point de sortie en queue et le servos…..
plusieurs solutions s’offre à nous, la première le tiré poussé sur le dérive en plus de la roulette
ça voudrait dire deux gaines à passer et charcutage de la dérive pour changer le guignol….
je préfère donc la solution du CAP passé dans une gaine pour commander la dérive
de cet façon, pas de charcutage et une seul gaine à passer…
voilà pour le moment, je vous mettrais les modifs, prochaine tentative au pont de l’ascencion
il devrait monter plus facilement comme ça
après une tentative infructueuse au terrain le samedi suivant, l’accus de préchauffage ayant rendu l’ame, le moteur n’a pas démarré, résultat encore déçue de ne pas le voir prendre l’air. De retour à la maison, je redemonte et je commence à me refaire les accus de préchauffage( Merci Didier pour les accus. j’en profite pour alonger et ajouter une prise pour couper l’alimentation plus facilement. donc après plusieurs modifs de retour au terrain mercredi après midi..
Jean Claude et moi nous nous sommes retrouvé à 15h40 au terrain comme convenue, et à 15h35 la pluie commençait à tomber…
la pouasse une fois de plus, petite discution avec Jean Claude et on décide de braver les éléments, on monte l’avion et on se planque sous les arbres pour laisser passer les averses.
enfin une éclairci, démarrage moteur, vérification d’usage, roulage, puis dernier controle.. JC me dit: ta plus de dérive, horreur le sorts s’acharne…
on arrête le moteur, et démontons l’aile pour rechercher le servos, et là, boulette, j’avias oublié de serrer la vis que tient le guignole sur le servos. on repousse et on resserre la vis…
on se replanque pour laisser passer unenouvel averse, et hop, on profite d’une acalmi pour une nouvelle tentative, démarrage moteur dernière photo
votre serviteur tout heureux
puis démarrage moteur près à décoller
l’avion prends de la vitesse gentilment, et s’arrache en douceur du sol…..ça y est, il vole. Un peu tendu tout de même, je le regarde monter gentiment, JC ne le brusque pas, et monte en sureté pour réglage des trims. petites retouche mais rien d’important, j’en profite pour une petite photo
je sais il est haut, Jean Claude me dit qu’il s’apprète à faire les essais décrochages, et je lui demande s’il peut faire un passage plus bas avant pour avoir des photos. il s’exécute et voici deux photos.
puis il remonte pour les tests de décrochage. l’avion parachute, il compense à la profondeur, il est presque à l’arrêt avant de tomber lourdement sur le nez. Il se récupère assez facilement et nouvel essais, car avec le vent on voulait voir si même réaction. Il refait exactement la même chose. ensuite Jean Claude essais quelques figures, tonneaux, glissade, virages, enfin les figures classiques, jusqu’au moment ou il décide de monter à la verticale, et là………………………….le moteur cale…
Mon JC pas de panique, alors que l’on devait remonter les trois quart du terrain avant de s’aligné, pousse gentilment pour prendre un peut de vitesse et le replace à plat tout en remontant le terrain, puis repousse car il perd de la vitesse et écourte le virage pour s’aligné en bout de piste, et le pose gentilement, avec un jolie roulage..
voici la fin de l’atterrissage…
il n’a jamais aussi bien posé…
par contre je dois vous avouer que j’ai eu un coups de pression supplémentaire…..
Un grand merci à toi Jean Claude pour ce premier vol, je suis très contends de l’avoir vu voler, maintenant j’ai hate de le prendre en main
débriefing:
d’après Jean Claude, ça vole bien, c’est pas un trainer mais c’est pas vicieux, il est passé en grand débattement durant le vole, car il trouvait les ailerons un peu mou, sans moteur ça plane bien, même s’il perd rapidement de la vitesse… que de bon présage pour l’avenir…
une nouvelle averse, nous nous abritons sous les arbres une fois de plus, on avait le sourire jusqu’aux oreilles, on a enfin vu cet avion voler.
recherche du pourquoi du calage, alors que le moteur tournait très bien, et là vient le plongeur….. et ça fait tilt….
on décide de ramasser, je voulais vérifier différentes choses avant de revoler….
une fois à la maison, je démonte le réservoir et vérifie le plongeur, et là je voit ma connerie,……
je suis un boulet, j’ai bien pensé à vérifier qu’il tombait dans le fond lorsque que l’avion était à plat, puis sur le dos, mais pas lorsqu’il était à la verticale.. le plongeur balottait lamentablement à un peu plus de la moitier du réservoir, d’ou l’arrêt du moteur….
après une vérification complète de l’avion, seul un pantalon de train c’est décollé, mais comme je dois refaire les jambes, car j’ai des problèmes pour entrer le train, je reverrais tout ça en même temps… puis remontage et faut être près pour le symposium maquette de Pleurthuis, le 3 juillet…
Symposium, maquette:
un jolie plateau pour une première, très bien représenté avec la présence de Rogé Niéto, 4 pilotes étaient là pour ce qualifier au national, autant dir equ’il y avait du beau monde…
voici la photo de famille ou malheureusement tous les pilotes n’étaient pas présent…
le mien une fois de plus ne parrait pas sur la photo
ensuite présentation aux juges
épreuve de vol, ou Jean Claude nous a fait un magnifique vol maquette, tonneau barriqué, glissage, huit à plat, boucles et j’en passe…le tout parfaitement linéaire et en douceur….qu’il est beau en vole cet avion………
et remise des prix, pas beaucoups d’illusion sur mon classement étant donné du plateau, et c’est avec grande surprise que j’ai entendu mon nom pour la deuxième place maquette, derrière Rogé Niéto….
voici pour un compte rendu restreint de la journée, mais je vais vous détailler ça plus en détail sur un nouvel article « Mon premier concour ». Beaucoup de personnes, dont moi même, se demande comment ça se passe, que doit contenir un dossier maquette, que doit on faire en vol, enfin plein de questions que l’on se pose, les réponses ne sont pas toujours claire et facile à avoir….dans cet article je vous donnerai mes impressions, et conseils au vue de mon expérience….
maintenant il va falloir prendre en main ce bel oiseau, donc je vais commencer par bien me débrouiller avec le ME108 puis passer sur le FW190. Avant, je ne pourrai pas m’empêcher de finir de régler l’avion et de le prendre en double commande, pour essayer…..
voici un lien pour une vidéo d’un FW190 A8, qui est vraiment bien restauré. Vous assisterez au 1er vol d’essais dans sa totalité
des nouvelles du FW190, au cours d’une double commande ou j’essayais de prendre en mains la bête, l’approche finale c’est faites un peu lentement et il a décroché à 2m du sol, grosse peur, l’avion c’est mis en tranche et heureusement que Jean Claude était en double car autrement ça aurait fait un jolie fagot de bois. Il a réussit avec un coups de gaz ratatouilleur car réglé gras (cause de rodage) à le remettre droit avant un apontage dans les règles. Par précaution j’ai préféré arrêter les vols sur cet incident, car le coffrage de l’aile s’était légèrement soulevé, La question était quel dommage a t-on au niveau de la fixation du train.
voici les blessures
le pantalon de train s’est décollé et le tube carbone s’est ouvert lors de la flexion de la jambe.
on peut distinguer une légère cassures au niveau du coffrage à gauche de la jambe.
ça peut ne paraitre pas grand choses mais ma peur est que la nervure supportant la fixation du train soit ouverte, ce qui aurait pour concéquance d’arracher le support au prochain choc. les renforts de trains se sont des carrés en bois dur collé sur des nervures renforcées avec des ctp. si ça s’arrache s’est une grosse partie de l’aile qui part avec!!! donc il est impératif de vérifier.
j’ai donc ouvert dans les pronlongement des déchirures du coffrage, en aidant avec le cutter pour faire une coupe propre. lorsque j’ai écarté j’ai remarqué que les déchirure correspondent à la largeur du pantalon du train.
je décide d’ouvrir, j’ai l’impression de faire de la chirurgie sur un proche, que vais trouver?????
une fois ouvert, j’ai pu voir le renfort ctp et les bourlets de  en parfait état, j’ai essayé de pousser le coffrage coté dessus de l’aile pour voir si c’était décollé, rien. j’ai beau regarder dans tous les sens, apparemment rien n’a bougé, le support a parfaitement encaissé le choc, l’élasticité de la corde a piano à absorbé une partie de l’énergie.
je penses que c’est le pantalon du train qui a appuyé sur le coffrage et a provoqué les fissures, car comme je le disais, ça correspond pile poil à la largeur du pantalon.
PLUS DE PEUR QUE DE MAL
je décide donc de recoller bord à bord le morceau de balsa .
voilà premières cicatrices de  combatant, il ne me reste plus qu’à réparer les jambes du train et c’est reparti pour le combat, car avec moi aux commandes, c’est périlleux.
coté positif, on a fait un test grandeur de la solidité du train, au vu du choc je penses pouvoir dire que c’est concluant. pas beaucoup de bobo.
 Maintenant remise en état, puis on y retourne, si mon coatch, que dis je mon maitre est toujours OK pour écoler un pauvre neuneu comme moi!!!! lol.
bon voici une petite vidéo du FW190 en vole, merci à Antoine pour ce film …..
Le FW190 a maintenant une vingtaine de vols et a essuyé quelques blessures. Comme tout avion volant régulièrement, il se prend des coups…..Je ne l’ai pas fais pour le laisser en vitrine.
Lors d’un passage sur le dos, j’ai cassé un volet de profondeur, il y a déjà quelques temps, j’avais réparé provisoirement en recolant à la ciano et en plaçant un morceau de scotch alu pour refaire l’entoilage
j’ai donc décidé de refaire les volets et je vais profiter de cette réparation pour essayer de gagner un peu de poids. Vu le balancier, 1gr récupéré sur la queue c’est 3.3gr de moins en lest sous le capot moteur. Ca vaut le coups d’essayer de gagner des grammes. J’ai donc réalisé cette fois une construction sur nervures, j’ai redessiné les plans des volets, car initialement ils sont réalisé dans un bloc balsa mis en forme par ponçage avec en sont milieu une feuille de ctp 8/10.
place à l’étude
une fois le plan fait, on découpe les pièces et on commence à coller
il a été réalisé pour cette première partie à plat car c’est plus facile à réaliser, mais maintenant avant de coffrer le dessus, il va être calé pour prendre sa forme définitive.
les deux volets sont maintenant fini, je vais passer à la finition, enduit nitro et tout le toutime, vous avez l’habitude maintenant, la méthode n’a pas changée.
pendant que l’avion est en révision, j’ai aussi viré le siège pilote en résine pour en faire un en tôle offcet, le siège résine faisait 12gr et le nouveau 4gr, donc 8gr de gagné.
La tête de mon pilote est aussi très lourde, elle se décolle régulièrement lors des ressource ou autre figure accro, surtout quand mon coatch pilote d’ailleurs!!!
j’ai donc redessiné la tête du pilote sur son profile, puis j’ai découpé le contour à la scie à chantourner
une fois fait on maintien la découpe et la pièce en place par une épingle puis on répète l’opération pour la face avant du visage, de cette façon la pièce se tient bien sur la scie et il est plus facile de faire la découpe.
il nous reste plus qu’à enlever les découpe et découvrir la tête
sculptage du bloc, au cutter, puis petit ponçage. Une fois fait, enduit nitro plus nitro plus talc. voilà le résultat
il est temps de passer au maquillage et le tour sera jouer…..
résultat, la tête faisait 20gr et la nouvelle 4gr….encore des précieux grammes de gagné.
vous allez me dire que c’est du gagne petit, mais sur un avion de cette taille c’est important de réduire la charge ailaire, dans ces deux seul modifs, j’ai gagné au total 24gr sur le pilote et son siège. Mais il est derrière le centre de gravité de l’avion donc pour garder le centre de gravité il va falloir que j’enlève du poids devant.
20cm x 24gr = 25cm x poids à enlever, voici l’équation d’après mon calcul le poids à enlever sera de (20×24)/25 ce qui nous donne 19.2 gr .
dans la manip j’ai donc gagné 24gr + 19.2gr donc 43.2gr au total.
je pèserai les volets que je vais démonter du FW et je ferai de même avec ceux de remplacement et je verrai ainsi le poids gagné.
J’ai 82cm entre les volets et le CG et 25cm de l’autre coté pour le lest en place donc le rapport est de 3.28.
voici le nouveau siège en place
avouez que l’on a pas beaucoup de différence!!!! seul le pilote sera un peu différent, mais le résultat me parait acceptable surtout pour le gain de poids…..
il est pas beau mon pilote….il a fini son régime
honnètement si on ne voit pas les deux l’un a coté de l’autre, on ne voit pas la différence!!!!
le stab a été entoilé puis peint
ici l’intrados et l’extrados on été peint, il ne reste que le camouflage à finir. Vous pouvez voir aussi que je m’amuse à peindre des petit carré de bois, c’est pour les échantillons couleurs que l’on doit fournir au dossier maquette
le camouflage est fait, il ne reste plus que le vieillissement et les salissures à faire. A ce stade un volet fait 12gr, reste a savoir combien pesait les anciens volets.
entre temps je volais avec le FW190 pour dompter ce pur sang…. comme tout animal sauvage, il peut être imprévisible, surtout avec un pilote comme moi.
lors d’une approche, l’avion descend bien pour se placer en bout de piste tout se passait bien, de peur de décrocher, j’ai donné un filet de gaz pour arrondir ce qui a allongé la course, et au lieu de poser les roue en bout de piste je les aurais posé un peu plus loin….c’était sans compter sur l’avion, il en a décidé autrement, il s’est décaler de l’axe de la piste et j’ai voulu ramener avec la dérive qui est resté sans effet, résulta l’avion arrivait droit sur nous et il a fallu donner un coup d’ailerons pour changer de cap…..seul soucis pas beaucoup de vitesse et décrochage à 1m du sol. l’aile a touchée avant les roues, et c’est jamais bon, résultat l’avion en trois morceaux……
le couple moteur c’est détaché de la cellule, mais il faut savoir casser propre c’est juste coupé au collage et c’est coupé droit en plus
les fixations de l’aile se sont arrachées, évitant ainsi de casser l’aile
on m’a souvent demandé si je le cassais ce que je ressentirai, et bien, je confirme ça fais chi… mais bon ça fait malheureusement partie du jeux, je ne construis pas pour garder les avions dans le garage, c’est fait pour voler et se faire plaisir avec……
après quelques jours sans avoir touché à l’avion, j’ai commencé par déposer la mécanique de façon à mieux visualiser les dégats. Je compte profiter de cet évènement pour essayer de faire évoluer la bête, dans un premier temps placer un réservoir plus grand, car on a seulement une autonomie de 5mn de vol à trois quart gaz… essayer de revoir la balance de l’avion, je compte avancer le moteur de 5mm, ça ne se verra pas et de cette façon je compte enlever un peu de lest…..
une fois le couple moteur nu, je l’ai replacer à blanc pour voir ce que ça donne
il s’emboite parfaitement en place, il ne manque même pas un petit morceau de balsa
je casse vraiment propre, c’est un art!!!!!
plus sérieusement, après avoir vu comment ça se présente, je vais recoller directement le couple en place à l’araldite lente de façon à avoir une meilleur tenue… j’ai aussi remarqué que le couple derrière le réservoir est décollé, je vais donc finir le travail pour le reculer un peut et placer un réservoir plus grand. le balsa sur le dessus du réservoir est cassé, je vais donc l’enlever pour le remplacer….enfin vous verrez au cour de la réparation, mais plus de peur que de mal, il devrait être rapidement réparé……
bon maintenant y a pu ka…..
j’ai déménagé dans le garage, ma femme m’a viré du salon, c’est une honte!!!! j’étais bien au chaud…..
voici mes nouveaux locaux
pour ceux qui ont connu mon garage avant, il y a eu du changement!!!!! j’ai enfin fini le doublage, je pourrai donc être au chaud l’hiver à travailler sur les avions.
le FW est debout, le couple moteur est en cour de collage
il faut maintenant le laisser comme ça 12h.
il faudra du temps pour effacer les blessures…..
de retour à l’atelier, j’ai découpé une nouvelle cloison pour placer au dessus du réservoir, j’ai placé une ouverture pour visualiser le niveau du réservoir plus facilement et estimer ainsi la consommation…..
la cloison était cassée en plusieurs morceaux, je l’ai refaite un peu plus grande
le dessus du nez va pouvoir être recollé, cette partie c’est du remplissage, donc aucune contrainte mécanique, je vais donc recoller les morceaux en place, comme je les ai récupérés et qu’ils s’emboitent parfaitement, le premier morceau est donc collé et maintenu par des presses en place.
le reste des pièces est collé en place, le nez est maintenant reconstitué…
le capot refermé, il retrouve son apparence d’avant
le nouveau réservoir a été monté, j’ai placé de la durite blanche pour méthanol et j’ai trouvé sous les conseils de Jean Claude un morceau de durit souple pour le plongeur. Une fois le réservoir monté, vérifier que le plongeur touche bien les parroies du réservoir sans se bloquer……
il est temps de mettre en place l’aile pour vérifier sont implanttaion avant de coller le support des écrous prisonniés. l’aile est donc positionnée à blanc
j’en ai profité pour vérifier la mise en place du capot moteur
ce que je redoutais arrive, le couple moteur lors du collage est légèrement décallé. J’ai pourtant bien serré pour qu’il n’y ai pas de jeu, mais j’ai un légé décallage de 1mm environ, du certainement à l’épaisseur de colle et au légé jour d’emboitement. je vais donc placer une calle sur le bord d’attaque de l’aile pour ajuster ce petit jeux.
noté quand même que je maitrise la casse!!! la classe, il est brut de crash en peinture, pas une retouche!!!
bon me voilà rassuré sur la fixation de l’aile, je vais pouvoir coller le support des écrous prisonniés et finir ainsi la fixation de l’aile…
maintenant on va pouvoir s’occuper du train d’attérrissage, car il a vraiment prix cher lors du retour au sol.
Deux possibilitées s’offre à moi, soit le détordre, mais il est tordu dans les deux sens et ce sera vraiment dur de le ramener, ou de le refaire.
j’ai opté pour la deuxième solution, donc perception du chalumeau et de la corde à piano, puis on se rend à l’atelier….
après deux heures de tarvails, voici le résultat
je suis bloqué pour le moment car n’ayant plus de perceuse à colonne, je ne peux finir les jambes…….
sur la version précédente des jambes, les pantalons avaient tendende à tourner, déséquilibrant ainsi l’avion en vol, après avoir essayé plusiseurs solutions sans résultat, j’ai donc décider de réaliser l’habillage des jambes différemment. Je vais cette fois souder sur les jambes deux morceaux de tôles qui supporteront les pantalons, après ça si ‘ils tournent je ne comprends plus….
Impossible de percer la CAP, j’ai donc opté pour détordre le train existant et je vais réaliser des bagues d’arrêt en alu pour maintenir les roues en place. Je vous montrerai ça plus tard. j’aurai donc deux par de jambes, une pour les entrainements, sans pantalon et une pour les sorties avec les pantalons.
Maintenant que les jambes sont en place, j’ai réaliser le centrage de l’avion, donc on le passe sur le dos et on place les doigts sur le CG puis on lève l’avion, pas de surprise l’avion est très avant. Je démonte donc le lest pour en enlever un peu. Je commences par l’arrière du plombs, pour en enlever le maximum, puis on remonte l’avion. nouvelle vérification, encore avant, donc on recommence la procédure plusieurs fois car il faut faire attention de ne pas trop en enlever.
Après avoir enlevé pas mal de plombs, le doute s’installe, car je tape dur dans le lest et il est encore avant. Donc je ressort le plan pour vérifier la position du CG puis vérifie mes repères sur l’avion, pas de soucis le repère est OK. ensuite je vérifie que j’ai rien oublié sur l’avion et qu’il est près à voler. j’ai beau faire le tour, tout est OK.
Je démonte une fois de plus l’avion pour retirer du lest, et j’arrive enfin à centrer l’avion. Il est encore un poil avant, mais c’est préférable pour ce nouveau premier vol où il va falloir reprendre les réglages radio…
voici le plomb avant le délestage
et après le dégraissage
on voit bien que le plomb est moins épais et sur la face arrière il est fortement creusé….
Résultat nouvelle pesée, il faisait avant le crash 4kg500 et maintenant près à reprendre l’air, il pèse 4kg300… 200gr de moins, j’espère que ça se sentira sur le vol de l’avion.
de retour sur le terrain, l’avion est monté et près à reprendre le chemin des airs. dernier control des commande puis démarrage moteur, le FW190 se présente en bout de piste
on pousse les gaz et l’avion quitte le sol, il part sur l’aile gauche et on monte rapidement en sécurité, pour trimer l’avion,
il y a pas mal de vent 3/4 piste d’où le décollage ne travers pour être face au vent, l’avion se fait chahuter mais vol correctement, il à fallu cependant pas mal trimer pour équilibrer le vol. puis quelques figures et différents passages
profiter de ces quelques photos en vol, car se sera les dernière,
car ensuite le moteur à calé à l’aplomb de la piste, l’avion à entamé un 360° en plonger pour se présenter en bout de piste, l’avion arrive bien avec de la vitesse et s’aligne parfaitement, quand, un petit coup de vent de face vient arrêter l’avion, il perd rapidement de l’altitude train sortie et vient toucher l’herbe haute 3m avant la piste et fini sur le nez.
je pose la radio et on se dirige vers l’avion, à première vu pas de bobos, mais au pied de l’avion…..
le train à arraché la partie avant de l’aile, le longeron est cassé, l’aile est morte……
le pilote est encore sous le choc…..
voilà fin des aventures du FW190,
comme de nombreux grandeurs, il a connu un problème moteur qui à eu raison de ce petit modèle, dur loi que l’apesanteur, mais ça fait partie de l’aéromodélisme, il faut l’accepter autrement on ne met pas d’avion en l’air……
cet avion m’a fait connaitre beaucoup de plaisir, dans sa construction comme dans les vols, une deuxième place à un concours régional, mes premières photos dans des revues spécialisées, un ami qui m’a bien aider pour appréhender le vol, et les nombreux encouragements de tous ceux qui ont suivi ce projet….
voilà la fin d’un avion et le début de plusieurs autres projet de la sorte, avec dans les cartons pour après le P47 et le zéro, certainement un autre FW190 de plus grande envergure….
bonne lecture à tous, n’hésitez pas à laisser vos commentaires
c’est encore dans les cartons pour après le P47, il se peut, d’après un bruit de couloir, que je rattaque sur un FW190, mais cette fois fuselage fibre et aile balsa. échelle 1/3.5…….
chut mais faut pas dire c’est encore un secret.

9 commentaires sur “Construction d’un FW190 (3ème Partie)

  1. pffff pas de vidéo du fameux vol ?!!!

    superbe reportage, merci pour le temps passé, c’est passionnant.

    Bravo pour le résultat ;o)

  2. Mais c’est une honte, tu t’es fait virer du salon !!! Sans déconner je trouvais cool ta femme mais là c’est la goutte d’eau! Tu aurais dû déplacer le salon dans le garage 😉

  3. Le bonjour d’un sixty jeune et dynamique qui a fait du modelisme ado et qui veut revenir dans le jeu avec son expérience de pilote militaire et civile ainsi que ses petites compétences en bricolage sup.
    Vos articles sur la construction de votre FW190 sont super intéressants. Coté pilotage, il y a peut-être de la marge de progression, mais coté construction, chapeau l’artiste… Il en plus chez vous une grande modestie et une non moins grande générosité à partager. Combien de temps de construction, mais combien de temps donné à produire ce reportage précis et passionnant.
    Merci pour cette pépite trouvée par hasard à force de pêche aux infos sur la toile. Vous m’avez convaincu d’essayer à ma mesure de suivre vos traces… Mon épouse ne vous dit pas merci!!!

    • Bonjour Jean,
      Il n’y a pas d’âge pour ce faire plaisir, et si on en devais faire que des choses raisonnables!!!! et oui je suis plus constructeur que pilote, mais quel plaisir de voir ces modèles voler.
      Heureux de lire que vous allez sauter le pas, n’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions.
      Pour Madame, elle sera tellement heureuse de voir son mari s’épanouir dans un projet, que je penses me remrciera peut être plus tard!!! ou pas……
      Amicalement PAscal

  4. Ah si c’était de électrique il aurait pas calé…
    J’espère qu’il n’a pas fini sur un bucher.
    Presque intact…
    Magnifique construction en tout cas. Chapeau.

    • Bonsoir Camille, le FW190 a été mis aux rebus, mais il finira sa carrière au musée d’Angers avec ses petits frères, il a été remis en état et va parader en bonne place

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.