Construction d’un AVIA BH5 (première partie)

Un peu d’histoire (source wikipédia)

L’Avia BH-5 est un avion de sport biplace tchécoslovaque de l’entre deux guerres.

Cet appareil dérivé de l’Avia BH1, dont il conservait les lignes générales, était équipé d’un moteur NZ 60, premier moteur d’avion réalisé par le motoriste tchéque Walter. Surnommé Boska en raison de son immatriculation [L-BOSA] se fit remarquer par sa participation au Concours des avions légers organisé par l’Aéro Club Royal de Belgique les 30 juin et 1er juillet 1923. Piloté par Zdeněk Lhota, il quitta Prague le 28 juin 1923 pour rejoindre Evere le 30 juin après avoir dû faire escale à Cheb et Mayence en raison de conditions météorologiques défavorables. Il remporta la compétition dans la catégorie des moins de 100 ch. Quelques semaines plus tard le même appareil s’attribuait le Prix du Président de la République Tchécoslovaque.

Ce fut le début d’une série, la Belgique passa une commande de 44 exemplaires de BH21.

Une réplique

Construit par Marcel Sezemský avec le soutien de l’Association Historique de l’Aviation Tchécoslovaque, une réplique grandeur du BH-5 [OK-BOS] prit l’air le 1er juin 2007, équipé d’un authentique moteur 5 cylindres Walter NZ 60 datant de 1923. Le 29 juillet 2008 cet appareil a réalisé un vol Pragues-Bruxelles pour commémorer la victoire de Zdeněk Lhota en 1923.

http://www.historicflight.cz/en/pdf/prezentace_bh5_en.pdf

http://www.sbap.be/events/2008/avia08/avia08.htm

Pourquoi cet avion?

je recherchais depuis un moment un avion à maquettiser, facile à réaliser, de façon à partager avec le plus grand nombre, le plaisir de construire une maquette.

Son ailes type « trainer » et le fuselage est de type « caisse » en font un excellent sujet pour tout ceux qui souhaitent se lancer dans la construction. Je vous propose ici, de vous accompagner dans ce projet, différents articles vous montrerons comment mettre en place les chantiers, et comment monter l’avion. Comme je vous le disais, cet avion ne présente pas de difficultés particulières, il est peut onéreux, pas de volet, pas de trains entrants et sera motorisé en électrique ce qui facilitera la mise en oeuvre sur les terrains.

Du débutant au moustachu, voici les coulisses de la maquette, tout le monde peut réaliser un bel avion, il suffit parfois de se lancer !!!! Alors à vos tubes de colles et cutters….

Que faut-il comme matériels?

j’ai choisi d’accompagner les débutants dans cette construction, c’est pour cette raison que je détaillerai beaucoup de choses, pour les constructeurs confirmés, il vous suffira de survoler rapidement et d’aller à l’essentiel, pour les autres, suivez le fil, on est partie pour votre première réalisation.

En modélisme on peut se contenter de peu de choses et souvent on fabrique une partie de ces outils à commencer par les cales à poncer, rien de bien difficile, un morceau de contre plaqué de 5mm minimum, un peu de double face, et du papier de verre de différents grains.

la papier marron a été récupéré chez un menuisier, il change les bandes de sa ponceuse régulièrement, et généralement il met les bandes usagées à la poubelle. pour nous elles sont encore utilisable, je les récupère pour le modélisme. Le papier bleu est un papier du commerce au grain de 60. Je commence par coller le double face sur la cale.

puis on colle sur la toile de verre. Comme je vous le disais, rien de bien difficile, j’ai différentes tailles de cales, la forme peut aussi changer suivant ce que je souhaite réaliser, il m’arrive d’en tailler en pointe pour faciliter certain ponçage.

j’ai aussi des jeux de cales sur mousse, je les récupère sur les chantiers, ces mousses servent à caler les fenêtres neuve, comme pour les cales bois, double face et c’est fait.

dans le commerce on trouve aussi dans les magasins de bricolage des cales en mousse, elles ont une surface en scrach pour coller les papiers de différents grains, vraiment pratique, il faut en avoir une dans son équipement.

on a fait le tour des cales à poncer, maintenant on va présenter l’outillage.

une règle en aluminium de 50 à 60 cm, un réglet métallique de 20 cm environ, un gros cutter, un couteau à lame fine et une pair de ciseaux.

maintenant je vais vous présenter la rappe, outil indispensable, mais attention il ne faut pas prendre n’importe quoi. les rappes du commerce ont de grosses dents qui arrachent tout, il faut vraiment ne pas prendre ce type de rappe. Demander au vendeur une rappe douce, à denture fine.

Il est conseillé d’avoir un étau, un petit à vis est très bien et permet de travailler sur n’importe quel plan de travail.

Les indispensables, des épingles de couturière, préférer des tête en verre, plus facile pour piquer et surtout moins douloureux pour les doigts.

et un jeux de pinces, prendre de différents tailles de de forme.

lors des assemblages on peut aussi avoir besoin de poids pour maintenir en place les pièces, j’utilise de vieux accus à pile, des morceaux de plombs que l’on peut récupérer chez un couvreur par exemple.

autre possibilité, des sacs de congélation replis de sable, c’est très bien pour maintenir un coffrage en place et ça prend facilement la forme.

voilà pour l’outillage, comme vous le voyez, rien de bien méchant. Bien sur on peut avoir un atelier plus rempli, je vous ai présenté le minimum nécessaire.

Place à la construction…..

Comme vous pouvez le remarquer sur le site, j’ai plusieurs projets en route, j’ai donc choisi la facilité et demandé à Aérokit de découper mes pièces. Pour ceux qui comme moi voudrons aller à l’essentielle, vous pourrez en faire de même, Jérome vous proposera un kit, pièces seules ou le kit complet. Vous trouverez un lien dans mes fournisseurs sur ce site.

voici les pièces

c’est pas parce que les pièces sont découpées, qu’il ne faudra pas les ajuster, les baguettes ayant des tailles différentes suivant les fournisseurs, je préfère avoir à ajuster les encoches que d’avoir du jeux, se sera un gage de solidité.

mais avant de se lancer dans la construction, il faut commencer par faire une copie des plans, je vous déconseille de travailler sur vos plans. A la suite d’une mésaventure vous serez heureux d’avoir des plans en excellent état pour reconstruire une aile ou tout autre partie abimée.

Pour les plus courageux, voyons comment réaliser ses pièces.  On découpe la copie du plan pour ressortir les pièces à réaliser. On collera les morceaux à la colle écolier sur le balsa.

sur les pièces d’ailes on peut superposer les planches pour découper les pièces en doubles en une seule fois, dans ce cas faire de simple points de colle sur les pièces, passer une épingle au travers de la planche pour visualiser l’emplacement du point de colle, il vous en faudra deux par pièces.

ensuite je découpe à la scie à chantourner, je ne vous en ai pas parlé dans l’outillage car ce n’est pas indispensable, on peut découper au cutter à lame en pointe.

ensuite on décolle le papier et sépare les pièces à l’aide du cutter  que l’on glisse entre les deux planches si on est sur l’option découper les pièces en doubles.

Vos pièces étant découpées, il est temps de mettre en chantier. Première chose avoir un plan de travail parfaitement plan. personnellement j’ai opté pour un table achetée à petit prix sur leboncoin, sur laquelle j’ai collé au double face, une feuille de contre plaqué de trois millimètre en peuplier. Vous aurez ainsi une surface dur et permettant à vos épingles de se piquer facilement.

Commençons par la dérive, on découpe le plan puis on le place sur le plan de travail. On recouvre d’un film plastique pour éviter que la colle n’adhère au plan.

on va placer le montant de la dérive, elle doit être calée en arc, sur le bas de la dérive, la baguette suit le plan de travail, sous la nervure D3 on place une cale de 1mm et sous D4 2mm.

on s’assure que la baguette est bien droite à l’aide d’une règle, puis on fixe à l’aide d’épingles, petite astuce, on les pique en biais pour éviter que la baguette ne glisse sur le corps de l’épingle. les épingles sont placées entre les nervures.

on découpe le bord de fuite et on place des cales de 8mm dessous, de cette façon la dérive sera parfaitement tenu durant son montage, gage du respect de se forme.

on monte une première fois la dérive à blanc, cet à dire sans colle pour s’assurer que toutes les pièces s’emboitent parfaitement. on collera les pièces à la colle à bois, colle blanche rapide ou la colle vinylique que l’on trouve chez topmodèle, j’utilise les deux suivant mon humeur. Ce sont des colles à l’eau, donc pas de danger particulier lors de leur utilisation.

après avoir tracé sur le BF (bord de fuite) l’emplacement des nervures, on encolle les queues de nervures

puis on les place sur le BF.

on encolle la partie avant puis on fini le montage.

on s’assure que tout est maintenu correctement

à ce stade, on attend au minimum une heure que la colle sèche.

les blocs supérieur et inférieur sont découpés et collés.

puis c’est au tour des Bords d’attaque (BA)

on redonne de l’épaisseur et on finit de coller les dernières pièces.

des blocs de renfort sont collés pour renforcer la mise en place des charnières et du guignol de commande. Ponçage pour mettre en forme les blocs et BA. on ponce en léger arrondi. Voilà votre première pièce est terminée.

Vous voyez, rien de bien méchant !!! Maintenant que vous êtes chaud, on passe au stab…

toujours la même méthode, on prépare son plan de travail, on découpe le plan du stab que l’on place sur le plan de travail, protégé par un film plastique.

pour la mise en chantier, on a une petite difficulté supplémentaire, le centre du stab est plus épais que les extrémités, On devra donc tenir compte de ce profil dégressif pour la mise en chantier. J’ai parlé de petite difficulté car il n’y a rien de bien méchant. Notre chantier tiendra compte de cette particularité, on va réaliser un support de longerons dans une planche de balsa de 5mm.

découper le support suivant le plan ci-dessous, j’ai exagéré les formes pour visualiser plus facilement la forme de la pièce. Suivez scrupuleusement les cotes indiquées.

le support de longeron est fixé en place à l’aide d’épingle, il faut le placer à la règle pour qu’il soit parfaitement droit.

ensuite on dépose un goutte de colle sur le support de longeron au centre, au milieu et à l’extrémité.

on va coller provisoirement le longeron sur son support, il est maintenu à l’aide d’épingle

on s’assure qu’il suit parfaitement la longeron à l’aide d’une équerre

ne vous fier pas à ma photo, le support ne fait que trois millimètres d’épaisseur, d’où le décalage par rapport au trait du plan, mais vous vous devrez avoir le support et le longeron parfaitement aligné sur le tracé du plan. si toutefois votre baguette est d’épaisseur différente du plan, ça peut arriver, il faut choisir un coté du tracé comme référence et ne pas s’occuper de l’autre, par exemple le tracé face à vous.

on vérifie une dernière fois que tout est droit.

ensuite on ajuste toutes les pièces pour s’assurer que tout entre parfaitement sans jeux. les longerons doivent entrer sans forcer et sans jeux. Pour ce faire généralement j’ai des morceaux de longerons et je les place pour faire un essais.

petit ponça pour éliminer les quelques pluches et la pièce est prête. On monte le stab à blanc (donc sans colle) pour s’assurer que tout ce place correctement, puis on colle les nervures perpendiculairement sur le longeron.

j’ai une petite équerre « maison » que j’ai réalisé dans un morceau d’alu, mais vous pouvez aussi en faire dans un morceau de contre plaqué. On est pas obligé de tout acheter, comme je vous le disais on peut commencer à moindre coup sans gros outillage.

Pour caler les talons de nervures, comme pour la dérive on va utiliser les morceaux de balsa, dans notre cas, un morceaux de 10mm d’épaisseur surmonté d’un morceau de 5 mm ce qui nous fera une cale de 15mm au total, si vous souhaitez réutiliser les morceaux de 8mm de la dérive, vous pouvez en mettre deux l’un sur l’autre, ça ne changera pas grand chose, il sera très légèrement en biais, donc piqueur, mais n’affectera pas la géométrie du stab, dans ce cas vous serez calé à 16mm.

on encolle des queues de nervures puis on place le BF.

la nervure centrale à été doublée comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus. On peut y voir aussi le tube de colle Topmodèle que j’utilise.

Les longerons intermédiaires sont collés ainsi que le BA.

noté que les longerons dépasse toujours plus que nécessaire, c’est fait exprès, on les ajustera après.

Ca commence à prendre forme, les dernier longerons sont placés.

il est temps de placer les bords de fuites et blocs, puis une fois sec on retire le stab de son chantier et on commence le ponçage. Pour faire sauter les points de colle et libérer le support de longeron, rien de plus facile, on glisse une lame de cutter entre les deux pièces puis on « coupe » le point de colle.

Voici notre stab

la partie fixe et mobile sont toujours attachées, on va maintenant les séparer à l’aide d’une simple lame de scie à métaux.

et voilà le travail

On répète la manoeuvre sur l’autre partie pour enlever les morceaux superflus, puis on ponce un peu à la cale à poncer pour que se soit parfaitement lisse et droit.

Pour finir notre stab il nous reste a colle la bande arrière de la partie fixe, on découpe une pièce de balsa dans une planche en excès, on ajustera après.

On procède de même sur la partie mobile.

on ponce en forme.

PHOTO PROFILE

Une nouvelle pièce de faites…..

On passe maintenant à la réalisation des ailes. Ca devient maintenant un réflexe, première étape la mise en chantier de l’aile. on place le plan bien a plat, puis on le recouvre d’un film plastique.

Le longeron en tête d’aile sera posé à plat sur des cale de 2mm.

il est impératif de le placer parfaitement droit, on utilise une règle pour s’en assurer, c’est ce longeron qui sera le repère pour le montage de l’aile.

l’aile est vrillée, ce qui garantira les qualités de vols, comme pour le stab on va réaliser un support pour le longeron arrière de l’aile, on prend une planche de 5mm puis on repère la longueur total du longeron

on travail toujours par excès. à l’amplanture de l’aile, donc coté fuselage on tracera 7mm

coté saumon, donc l’extrémité de l’aile, on tracera 12mm

ensuite on découpe le support et on le place sur le plan

on fixe le tout sur le plan de travail, j’ai chois des pointe aiguille car on a un peu d’épaisseur.

Il est temps de passer aux nervures, on ajuste tous les passages de longerons, et on vient placer un tube plastique dans la charnière  de l’aileron, attention c’est très fragile, il faut procéder avec douceur sous peine de casser la pièce. on peut toutefois supprimer ces impadices pour placer des charnières crayons à la place, il faudra seulement prévoir des blocs de balsa pour coller les charnières.

chaque nervure est tracée sur les longerons, on reporte le trait du plan à l’aide d’une équerre.

les nervures sont placées une à une, montage à blanc avant collage des pièces.

chaque nervure est collée perpendiculairement, on vérifie à chaque étape du montage.

Attention, seul la première nervure, celle à l’amplanture, n’est pas perpendiculairen il faut découper le gabarie de calage que vous trouverez sur le plan, je vous conseil de coller la feuille un morceau de balsa et de découper le gabarie pour qu’il soit plus rigide qu’une simple feuille de papier. On repère l’angle sur le gabarie pour éviter les erreurs.

on vérifie que les dos de nervures s’aligne à l’aide d’une règle, mais attention l’aile à une forme particulière, elle est plus épaisse en sa nervure 5, donc de 1 à 5 on s’aligne et de 5 au bout d’aile, on a deux versants.

on vient coller les longerons supérieur, le longeron principal en bois dur est coupé au niveau de la nervure 5, car il est difficile de plier le longeron, par contre le longeron arrière en balsa est collé d’une seul longueur.

on procède de même avec les longerons intermédiaires

Le dessous de l’aile est parfaitement droit, donc les longerons seront d’une seul longueur. pour couper la baguette au bon angle on la place sur le dos des nervures puis on vient tracer la coupe.

on procèdera de même pour l’autre coté de cette façon on aura un ajustement parfait, ce qui garantira le solidité du collage.

La structure de l’aile est en place.

on va finir le longeron principal, on va le cloisonner pour augmenter la solidité. ce que l’on va faire n’apporte pas beaucoup de poids, mais ça augmente considérablement la rigidité du longeron. on découpe de bande de balsa dans une planche de 20/10, les fibre doivent être verticale, c’est très important. si vous placer les fibre dans l’autre sens, c’est comme si vous ne faisiez rien, le longeron s’ouvrira au moindre choc.

Les bandes doivent être légèrement forte, quand on les place elle doivent bailler un peu. Si on pousse elles doivent prendre leur place définitive sans trop forcer.

Une fois les pièces découpées, on les colle en place.

il faut mettre en place les renforts pour soutenir la pièce d’alu permettant la fixation du hauban, on prendre deux chutes de bois dur (morceaux de longeron que l’on a coupé) que l’on colle entre les longerons.

ensuite on place l’âme du longeron, puis on superpose un morceau de ctp 3mm pour renforcer la fixation du support.

Le support est découpé dans un morceaux d’aluminium.

à l’amplanture, l’âme de longeron est réalisée en ctp3mm. on renforcera en tre les longeron en bois dur pour placer ensuite les vis de fixations du support d’aile. il doit être placé au milieu du longeron.

on va aussi placer le BF, une bande de balsa 2mm est collée devant les ailerons.

une fois la colle sèche, on ponce pour être à fleur de la nervure, puis on colle a bande de coffrage sur le dessus de l’aile.

Remarque: sur la photo ci-dessus, on peut voir que pour gagner un peu de temps on peut coller plusieurs choses en même temps. Les âmes de nervures sur le longeron principale, pendant que ça sèche on colle le BF des queues de nervures, que l’on détaillera juste après , et on colle aussi le dessus du coffrage devant les ailerons. Puis on revient sur les âmes de nervures car la colle à eu le temps de sécher, et ainsi de suite. ce qui permet d’enchainer le montage de l’aile sans attendre à chaque fois les temps de séchage…

Le BF est réalisé dans une planche de balsa 15/10. on découpe une bande tel qu’indiqué sur le plan, puis on va faire un chanfrein. placer provisoirement la bande en place puis tracer l’emplacement des nervures, ça facilitera l’encollage. On trace ensuite un trait parallèle à 8mm du bord environ.

On place la bande en bordure de la table puis on va poncer pour faire un biseau. de cette façon on préserve la bande tout en réalisant un beau chanfrein permettant le coffrage du dessus de l’aile.

on encolle et on place la bande sous le BF, on réalise le dessous du coffrage. on maintien le tout entre deux baguettes de bois dur pour avoir un BF bien droit. une fois la colle sèche, on colle le coffrage sur le dessus de l’aile et cette fois sans faire le chanfrein. on maintien une nouvelle fois entre deux baguette de bois dur.

On arase les longerons à l’amplanture, attention on ne le fait pas au saumon, on n’est pas prêt…..

votre aile est maintenant dans cet état, le longeron principal est fini, le support de hauban est placé, le support d’aile est en place. on a poncé les âmes de nervures et on est près à coffrer l’aile.

début du coffrage, on va commencer par placer un morceau de planche 15/10 sur l’avant de l’aile. on travail sur le bout d’aile, entre la nervure 5 et le saumon. ensuite on colle des dos de nervures, c’est une bande de balsa de 7mm de large que l’on colle sur la nervure pour l’élargir un peu.

le tout est maintenu à l’aide d’épingles.

on progresse sur le bout d’aile …..

on réalise un gabarie pour faire les arrondis derrière le longeron

de cette façon nous aurons des découpe en arc régulière.

on poursuit derrière la nervure 5 vers l’amplanture, en oubliant pas de placer le support de hauban sur le longeron arrière et la deuxième fixation d’aile.

Comme vous pouvez le voir sur cette photo, il nous restera à faire les saumons.

l’aile est détachée du plan de travail, on va réaliser maintenant le dessous de l’aile.

comme pour le dessus on va placer l’aile sur un chantier pour s’assurer qu’elle soit parfaitement en forme. c’est le coffrage de cette deuxième face qui validera définitivement la forme de l’aile….

je suis désolé, j’ai oublier de prendre des photos sur la réalisation des saumons, ils ont été réalisé l’aile en l’air (donc non attachée au plan de travail) un carré 8×8 en balsa a été collé à plat sur les nervures du dessous de l’aile. Des encoches ont été réaliser pour intégrer les longerons. puis sur le BA des blocs de balsa assureront le remplissage pour effectuer l’arrondi de l’aile. je détaillerai cette partie sur le plan, pour compenser ce manque de photo. Sur la photo suivante, vous pouvez voir le travail du carré et sa mise en place.

on place les support d’aile sur le plan tel qu’indiqué puis on cale l’aile en place.

ici on peut voir que j’ai placé un carré de balsa en guise de saumon. j’ai profité que l’aile était détachée pour le faire, c’est plus facile d’ajuster les découpes en procédant ainsi.

l’emplanture est aussi calée, on placera des morceaux de balsa en milieu d’aile pour éviter qu’elle ne creuse.

puis comme pour le dessus, on commence par le BA et BF puis on colle les dos de nervures.

après quelques heures, l’aile est maintenant finie. on procèdera de la même manière pour la réalisation de la deuxième aile. attention toutefois de changer de plan, il ne faudrait pas réaliser deux fois la même aile !!!! ne rigolez pas, ça m’est arrivé !!!!

maintenant que l’aile est faite, on va la remettre en chantier on procède comme au début. Nous allons réaliser les ailerons.

l’aile est posée à plat sur les deux longerons qui ont servis au montage, on va maintenant réaliser et placer deux supports supplémentaires sous les ailerons, on peut les voir sur la photo ci dessus.

comme pour le bord de fuite de l’aile, on commence par placer une bande de balsa que l’on bisotte.

Ensuite elle est placée sur le support d’aileron, elle sera maintenu par des épingles.

une autre bande de balsa sera collée en tête d’aileron, et fixée sur le deuxième support d’aileron. Ensuite, on colle une à une les nervures d’aileron.

on place une bande de balsa en tête d’aileron, notre coffrage avance bien.

le coffrage du bord de fuite est collé à son tour, il est maintenu entre deux baguettes, pour être certain d’avoir un BF bien droit.

Il nous reste plus qu’à coller les dos de nervures

on retire l’aileron pour coller le bord d’attaque. Faire attention à bien garder la forme de l’aileron, il est facile de changer la forme que l’on a imprimé sur le plan de travail.

on va insérer le tube de charnière dans le BA de l’aileron. on colle deux bande de balsa de 3mm d’épaisseur de par et d’autre du tube plastique qui sera placé au centre du BA.

On place le tube dans la fente prévu à cet effet, puis on colle un nouveau morceau de balsa de 3mm d’épaisseur. On maintien le tout a l’aide de bande cache et on replace l’aileron sur son plan de travail pour s’assurer qu’il gardera sa forme vrillée.

On ponce pour mettre les morceaux de balsa que l’on vient de coller bien à fleur de l’aileron. On découpe les encoches face aux charnières, à l’aide d’une lame de scie à métaux et au cutter, puis on trace les repères pour le ponçage de l’arrondi.

A l’aide de la rappe on dégrossi la forme en venant faire un chanfrein tel que tracé.

on finit le travail à la cale à poncer pour obtenir un bel arrondi.

Les saumons de l’aileron sont taillé dans une planche de balsa de 5mm puis épaissi par la suite. c’est juste du remplissage, il fait le faire au plus près de la forme en laissant au minimum 5mm.

Notre aile est maintenant bien avancée, il nous reste plus qu’a finir le BA. on prépare un morceau de balsa que l’on découpe dans une planche de 10mm tendre. ensuite on prépare des morceaux de bandes cache,

on encolle le BA que l’on place ensuite sur l’aile, il sera maintenu à l’aide de deux épingles ou plus pour éviter que le BA ne glisse et reste bien en place. les bandes cachent maintiendra en pression le BA durant le sèchage.

Comme vous pouvez le voir, on colle toujours les pièces avec du déport, ça évite les mauvaises surprises, on obtient ainsi un ajustement parfait de la pièce. On commence par dégrossir au cutter, attention, ne jamais pousser la lame vers une main, ou autre partie de votre corps, ça coupe mieux la viande que le bois !!!. éviter d’avoir du monde autour de vous lors de cette étape, il est aussi facile d’écorcher le malheureux banbino  qui passait dans le coin…

Une fois dégrossi, on se fait un gabarie pour tracer et découper les saumons, c’est le même gabarie qui servira pour les deux ailes, il est préférable de les repérer pour s’assurer de les utiliser correctement. On fera bien sûr de même pour le BF.

On finira par poncer en arrondi le BA, on procèdera de la même manière que pour l’aileron.

l’aile prend forme, il nous reste encore à placer un bloc de balsa à l’emplanture de l’aile, il sera découpé dans une planche de 5mm.

traçage d’un gabarie à partir du plan, puis mise en forme du bloc.

Le servo de commande d’aileron est mise en place, ainsi que sa commande.

on procède au réglage radio, on doit avoir un réglage mécanique. on enlève la chape du servo, puis on allume la radio, le servo se place au neutre. on met la chape en place sur le servo, la chape et la commande doivent être, idéalement, perpendiculaire. Ensuite on vis pour raccourcir la commande, ou on dévisse pour l’allonger. l’aileron sera ajuster de cette manière, on ne touche surtout pas aux réglages radio à ce stage. Tout est à zéro sur la radio, trim et décalage de neutre.

j’ai une radio FUTABA, les ailerons seront sur la voie 1 et voie 6. Je préfère les placer sur deux voies, pour avoir plus de possibilités de réglages. Si vous avez une autre radio que Futaba, à vous de visualiser sur votre notice les voies à attribuer aux ailerons, Si vous êtes débutant, ne pas hésiter à demander aux moustachus de votre club.

Fin de ce premier article, on verra la construction du fuselage dans le deuxième article.

Comme d’habitude, vous avez un espace sous cet article dédié à votre intension, vous pouvez y laisser vos questions, de cette façon les réponses que j’apporterai pourront être utile à tous. De même, vous pouvez aussi laisser des commentaires….

Bonne lecture et à vos tubes de colles…Amicalement Pascal.

 

 

7 commentaires sur “Construction d’un AVIA BH5 (première partie)

  1. Salut Pascal ,

    J’ai suivi ta construction c’est vraiment de très beau travail !
    Je n’ai pas trouvé l’envergure de ton BH-5 .

    A quel poids penses tu le sortir et connais tu la charge à l’air ?

    Bon d’essai

    Christian

  2. Bonjour Christian,

    l’AVIA a été réalisé au 1/5 il mesure 1m94 d’envergure
    il pèsera au grand maxi 5kg500 en ordre de vol, (sonorisation comprise. il a une charge ailaire de 91gr/dm² dans sa configuration la plus lourde, normalement je serai un peu moins chargé….

    voilà pour la caractéristiques technique….
    A+ Pascal

    • Merci Pascal pour ces infos, as tu agrandi légèrement ton stab ou as tu gardé les proportions du vrai , ton stab me parait beaucoup plus grand que sur celui que je possède .

      Pour info le BH1 de vincent B fait 2.30 m et 6.200 kg réservoir plein .
      Je vais essayer de remettre le BH1 en service et suivre les essais du tiens pour en tirer des conclusions .

      Si tu as le temps peux tu me donner les dimension de ton stab stp ?

  3. Non je n’ai pas agrandi le stab, j’ai repris les proportions du plan trois vues que j’avais, j’ai comparé avec les photos et je suis cohérent. les dimensions du stab:
    corde au saumon 183, corde au centre 223, envergure du stab 584. avec une flèche de 17 sur le BA. voilà pour les grosses lignes. comme je le disais, je valide les caractéristiques en vol puis le plan sera dispo.

  4. Bonjour Pascal

    Voilà,on ma donné une boite top flite du corsair f4u giant scale de 2.19 m et a l’échelle 1.5,75 je pense que tu connais se kit gold édition.
    Mais la personne qui me la donné s’est rendu compte de l’ampleur du travaille et a abandonné le projet, seulement voilà, il a mis l’aile à la cheminé, donc il faut refaire les nervures et les autre pièces que je possède mais seulement sur format A4 avec le plan heureusement pour moi. Es-que ton ami Jérôme pourrais me rendre se service avec sa machine cnc car dans mon entourage il y a personne. J’ai bien demander a mes revendeurs mais pour me fournir les pièces, mais ils disent que s’est impossible car les ricains vend que les boites en Europe donc gros gros problème.
    Pourrais-tu te renseigné pour moi stp.

    bonne journée

    • Bonjour,
      je penses que tu peux lui demander directement, via son site tu trouveras son mail.
      pour ma part je ne penses pas qu’il puisse te le faire, il faut numériser les nervures, puis faire les parcours, ça demande beaucoup de temps, pour des pièces qu’il ne pourra pas commercialiser car il n’a pas le droit de vendre ce kit….

      Pour L’AVIA, c’est différent, c’est moi le concepteur du modèle, donc je possède les droits sur cet avion. le fait d’avoir fait mes pièces, il en trouve un intérêt, il pourra vendre le kit, ce qui rentabilise les heures de préparation, de plus les pièces était déjà informatisées, donc encore moins de travail….

      pose lui la question, tu verras bien ce qu’il te répondra.
      A+ Pascal

  5. autrement, tu peux faire tes pièces, il te suffit de photocopier les plans, puis découper les nervures, et coller les feuilles de papier à la colle d’écolier. ensuite tu découpes tes pièces au cutter ou à la scie oscillante. Sur une aile il faut découper les deux nervures en même temps, gain énorme de temps. j’ai expliqué ça un peu plus haut dans cet article.
    A+ Pascal

Répondre à Pascal K. Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.