Construction du FW190-A4 (2ème Partie)

Construction d’un FW 190 A4

(Deuxième partie: détails, peinture et vieillisment)

petit rappel: voici l’état de l’avion avant peinture……

dans la première partie nous avons vu la construction et la réalisation des détails. la finition prends une grande part (nombreuses heures)

j’ai choisi de prendre la peinture à l’eau warbird color, c’est une peinture à l’eau
donc nettoyage et utilisation relativement facile du fait du temps de séchage et du peu d’odeur.

pour appliquer la peinture, j’ai acheté un aérographe avec plusieurs buses me permettant de choisir la précision du jets….

maintenant au travail…
la couche d’apprêt est passé sur l’ensemble du corps après avoir poncé superficiellement l’ensemble du corps à l’eau.
seul la tôle à été dégraissée à l’acétone.

pour l’apprêt j’ai pris 15 ml de peinture pour 5ml d’eau et 5 gouttes d’additif (sert de catalyseur et de fuel proof)

voici le résultat

quelques coulures ont été poncées.

ensuite égrainage au papier de 800 à sec et peinture.

pour la peinture 15ml de peinture et 4ml d’eau pour 4 gouttes d’additif.
le voile est un peu plus épais mais moins de risques de coulures.
voici le résulat après deux couches.

ce qui est marrant c’est que les détails de la finitions ne se remarque pas trop lorsque l’on est en face,

mais avec un contre jour, regardez ….

la peinture fait ressortir tout notre travail …… n’est ce pas jolie????

maintenant que la peinture de fond est réalisée, je vais pouvoir commencer le camouflage.
même dosage pour la peinture. j’ai masqué le maximum du fuselage pour mettre en couleur les parties foncées,
puis j’ai réalisé les nuances.
l’emplacement des croix a été masquée pour éviter les surépaisseurs et pour que le blanc
couvre plus facilement ….

première étape terminée, maintenant j’ai plus qu’à attendre que cela sèche….
découpe des pochoires qui me permettront de réaliser le marquage..

ils ont été réalisé dans du vénilla….

le camouflage à maintenant ces trois couleurs

petit soucis lorsque j’ai enlevé les scotchs sur l’alu la peinture est venu avec

je vais donc être obligé de recommencer. je vais poncer entièrement ces deux pièces
avec du papier très fin et appliquer une couche d’apprêt et remettre en peinture..

les marquages ont été commencé, là aussi quelques soucis, les masque de vénilla laissent passer la peinture
au niveau des différences d’épaisseur (lignes de tôles) et aux rivets

je vais devoir être plus vigilant lors de l’application des masques. en attendant grattage et retouches peinture
bon, vous avez quand même le droit de regarder le travail……

j’ai fait un petit essai pour patiner un peu la peinture, à l’aide de paille de fer.
les détails ressortent très bien, il me restera à le vieillir et le sallir.

les retouches peintures ont été faite autour de la croix, la patine et les sallissures finiront le reste.
voici le résulat des premiers marquages.

sur les petits marquages comme la croix gamé, j’ai utilisé la méthode pochoire.
j’utilise toujour un masque vénilla, mais la peinture est appliquée à l’aide d’un pinceau à pochoire.
une fois le masque retiré voici le résultat.

réalisations de marques de groupes et numéros de l’avion

la première étape consiste à mettre en place les masques, bien coller les masques en place
en prenant soing de bien appliquer le bord en contact avec la peinture pour éviter les bavures…

ensuite une couche de jaune puis une de blanc. on peut se demander pourquoi une jaune puisque l’on recouvre avec du blanc???
l’astuce consciste à passer une couche de jaune, la peinture a peut de pouvoir couvrant, de ce fait si ça bave ça se vera moins.
ensuite le blanc sert à donner une bonne couleur de fond, pour ensuite finir au jaune.

ensuite deux couches de jaune puis on vient coller un vénilla par dessus le chiffre deux par exemple légèrement plus petit que le deux peint
une couche de noir peut être passée.

c’est horrible !!!!!!!!!!!

et non on a plus qu’a enlever les deux vénilla pour obtenir le marquage suivant….

maintenant réalisation de l’aigle sur le flanc de l’avion

même technique on place une bande cache pour venir faire une bande de couleur blanche

ensuite on décalle légèrement la bande pour faire de même en noir.

et voilà le résultat……

j’ai fini l’autre coté, j’ai passé la paille de fer pour user un peu la peinture, de plus les détails sont mis en valeur
par cette opération. ma paille de fer est un peu grosse peut être, pourtant j’ai pris la plus fine que j’ai trouvé.

voici le résultat:

voilà pour le moment

je suis très satisfait du résultat obtenue, maintenant je vais réfléchir pour salir et écailler un peu aux endroits stratégiques.

voici quelques photos supplémentaires, faites à la lumière du jour…


le vieillissement rend vraiment bien, je réfléchi maintenant comment salir et rendre les couleurs moins pétante……

réalisation de la dérive. J’ai commencé par réaliser un masque en vénilla
puis j’ai coupé les ouverture réalisé avant entoilage (sur le grandeur)
j’ai maintenu en place les morceau par des petits bouts de bande cache
enfin j’ai enlevé le papier protecteur des parties collantes que sur les évidements

j’ai retourné puis collé en place les morceau de vénilla, on voit bien les scotchs qui maintiennent les morceaux

on retire la partie inutile du masque pour ne laisser seulement les évidements

maintenant il ne reste plus qu’a peindre en blanc au pinceau et donner de l’épaisseur
c’est une autre méthode pour donner du relief, on aurait pu aussi le faire pour les lignes de tôle (gravées) de l’aile
mais j’ai préféré les faire au fer à soudé pour un gain de poids.

revenons à notre dérive, voici le résultat après deux couches de peinture
biensur j’ai enlevé les vénillas

j’ai comme pour la profondeur réaliser les bandes d’agraphes de l’entoilage à la colle blanche,
puis appliqué deux couches de blanc et deux voiles de jaune

le résultat est sympas, faut bien que je me donne des fleurs personne ne le fait….

pour le plaisir voici l’avion en croix

OUPPS, je crois que j’ai oublié de peindre quelques parties.

mise en peinture des capots moteur et mitrailleuses

regardez la différence de teinte entre la peinture vieilli à la paille de fer et la peinture fraichement faites ….

MESSAGE PERSONNEL
Père Noël,
si tu vois du haut de ton nuage cette merveilleuse construction, et sachant que j’ai été très sage toute l’année
vraiment très sage, sur cette photo tu peux constater qu’il me manque un petit détail…

je te serai reconnaissant de penser à moi durant les fêtes. je sais que c’est pour les enfants
Mais je penses que je le mérite, puisque ma femme me répète souvent que je suis un grand gamin
et dit à qui veut l’entendre qu’elle a en faites trois enfants
si ça c’est pas une preuve, je souhaiterai donc un tout petit moteur 4T comme un saito FA 91S
merci par avance Pascal

désolé pour ce message mais qui ne demande rien ….

IL existe regardez ce que j’ai trouvé au pied du sapin

maintenant il va falloir le roder puis le monter.

les marquages du capot moteur on été réalisé par la même méthode que les autres marquages.
voici la tête de coq

et l’aigle

maintenant vieillissemment à la paille de fer puis sallissure.

réalisation des sallissures.

j’ai commencé par faire un jus vert marron, enfin bien dégueulasse.
je l’ai dillué à l’eau pour faire plus transparent (ça couvre moins)

puis j’ai pris une vieille chaussette de madame (bas très court) que j’ai mouillé avec le jus.

la technique consiste à mouiller et sècher alternativement à l’aide de la chaussette de façon à réaliser l’effet souhaité
on essuie dans le sens de l’écoulement de l’air pour simuler l’effet du vent sur le fuselage.

si cela ne vous convient pas, pas de panique, un petit coups de paille de fer pour atténuer ou effacer suivant votre souhait.

une fois la fuselage ternis, salli, j’ai accentué les sallissures sur les rivets et les lignes de tôles.

à l’aide d’un petit pinceau j’ai déposé la peinture

ensuite on essuie avec le doigt pour donner l’effet souhaité

voici les coulure sur le capot avant

c’est bien cradot , il va être temps de laver l’avion non ??????

le reste du fuselage à été réalisé et voici le résultat

il faut que cela ce voit tout en étant discret..

maintenant le ventre….

une fois de plus les photos masque une partie du travail

le fuselage est maintenant bien avancé, je vais reprendre l’aile,
je commence à être impatient de le voir entièrement peint

l’apprêt a été passé sur le dessous de l’aile, elle est au sèchage.

l’aile a été peinte, mise en place des bossages des capots mitrailleuses sur l’aile

ensuite réalisation des pochoires pour le marquage, idem que pour le fuselage

maintenant quelques photos pour le plaisir des yeux

les flancs de l’avion

les détails de l’aile

on voit bien la différence de couleur entre la partie vieilli sallie et la partie fraichement peinte

je n’ai pas encore vieilli il faut attendre que la peinture durcisse quelques jours.
maintenant le dessus de l’aile est finie en peinture à par un petit détail que vous avez peut-être remarqué…

maintenant son petit ventre


sur le ventre, par contre, il me reste encore le marquage à faire sur les ailes.
on voit bien les salissure, le dessous du ventre et certaines partie de l’avion ne sont pas usées
le ventre en fait partie, seules les pièces mobiles sont écaillées ou les parties ou les mécanos montent pour l’entretien

on voit mieu les salissures sur cette photo

pour finir cette série de photos; voici le dessus

ici on remarque bien le petit détail que je n’ai pas encore fait sur l’aile

et voilà, un Week end bien rempli…..

voici le dessus de l’aile avant viellissement

un peu d’huile de coude et de la paille de fer, voici le résultat

la peinture devient plus mat et les détails ressortent

encore une fois avant

après usure

maintenant la peinture est usée, il reste l’écaillage de la peinture sur les pièces en reliefs
les mécanos montaient sur les ailes pour l’entretien du moteur et le réapprovisionnement en munition
le faite de démonter remonter les capots et tôles, écaillait la peinture
pour les parties alu, c’est simple, on gratte légèrement la peinture
pour les autre détails, il suffit d’appliquer un peu de peinture alu (humbrol 11) au pinceau
voici le résultat

le karman de se coté est beaucoups plus usée que sur l’autre aile, la raison est simple
le pilote montait dans le cokpit par ce coté, le karman étant arrondi il glissait et usait ainsi la peinture.
il ne manque plus que les traces de pas

bien voilà pour le dessus de l’aile, maintenant je vais m’occuper du dessous de l’aile.

les ailerons ont été fini, ils sont montés à blanc, le marquage sous l’aile est fini aussi
voici le dessous de l’avion avant vieillissement et salissure de l’aile
il faut encore attendre que la peinture seiche avant la paille de fer….

on voit bien le saito 91fs en place, seule les caches culbuteurs dépassent un peu…

voici les beaux ailerons tout neuf

j’ai démonté l’hélice pour vous montrer mon beau cone….
il faudra encore faire les ouverture pour passer les pales de l’hélices

le dessus des ailerons, encore trop neuf……

une dernière le capot moteur, on voit bien les salissures en forme de coulures

la peinture a seichée plusieurs jour, j’ai passé la paille de fer pour user un peu la peinture.
ensuite j’ai réalisé un jus comme pour le dessous de l’avion et avec un bout de bas
j’humidifie avec une partie du bas puis j’essuie avec l’autre, le jus s’applique irrégulièrement sur l’aile.
les lignes de tôles et les détails que l’on souhaite faire ressortir, sont mise en valeur au pinceau très fin.
voici le résultat

on remarque bien les ombrages et les tôles ressortent, le travail de finition ressort vraiment bien

on croirai presque le vrai

merci au filston pour sa participation
une remarque importante, il faut travailler à la lumière du jour, car le rendu des nuances
sont persu différement à la lumière d’une lampe….

réalisation des canons

on commence par découper des longueurs de tube alu
un premier tube est évasé au bout à l’aide d’une pointe à tracé maison, puis coupé en longueur
un deuxième morceau pour le collerette
puis une longueur plus importante qui sera percé pour simuler la protection ajourée du canon
un dernier morceau de tube carbone cette fois.
pourquoi le carbone, tout simplement car le tube est noir, il servira de verrou du capot mitrailleuse
et le fait de coulisser dans l’autre tube écaillerait la peinture le fait de prendre un tube noir élimine se problème.

voici les pièces

quatre canons seront réalisé par le même principe, le petit bout de cure dent servira à assembler l’extrémitée du canon.
n’ayant pas de toour on se débrouille avec les moyen du bord….

les tube servant de coulisseau ont été collé à l’araldite, ici on peut voire les trous que je vous parlais.

le capot mitrailleuse fermé

maintenant il reste à réaliser le reste du mécanisme,
une chute de circuit imprimé servant de platine
deux vis on été collées dans le prolongement des tubes carbones pour fiver cette platine
deux vis ont été vissées à fort (très fort) ça évite le collage, elles serviront d’ergots
une vis avec un ressort permettra de maintenir fermé le verrou

voilà la première partie du verrou est faites. on pousse sur les canons pour libérer le mécanisme.
simple et discret. il reste l’autre partie à faire sur le capot mitrailleuse…
une autre pièce en époxy à été découpée, pour augmenter la force du collage
un morceau de balsa à été collé sur l’aluminium, des trous ont été réalisé pour une meilleur adhérence
on voit la colle ressortir, ensuite il faudra arraser

maintenant on peut coller la deuxième partie du mécanisme

une fois sec, remontage à blanc, essaie du mécanisme puis ajustage si nécessaire

j’en ai profité pour faire les canons de l’aile un tube alu coupé en longueur
à sont extrémité, pour donner de l’épaisseur, j’ai emboité sur l’extrémité seulement un autre tube (qui entre dedans)
et à l’autre extrémitée, j’ai collé une vis nylon. les canons sont prévu démontable pour éviter la casse lors de la manipulation de l’aile..

après avoir percé l’aile, j’ai cherché un insert pour permettre de visser le canon
en fouillant de mon bric a brac, j’ai décidé de faire l’insert avec l’extrémité d’une cheville moly
j’ai donc coupé la partie fileté de la cheville

ensuite je l’ai collé à l’araldite dans le bords d’attaque

sur la photo ci dessus  on peut voir un canon en place et l’autre sa vis nylon

vu de dessous

les canons en milieu d’aile ont été réalisé sur le même principe que ceux servant de verrou
pour l’insert cette fois j’ai coupé un bout de fixation de poigné de porte, j’ai prélevé le tube fileté.
même principe l’insert est collé dans le bord d’attaque puis le canon vient se visser dedans

j’ai pré réglé les servos dans l’aile, les commandes sont en place, reste que les débattements à finir d’ajuster
voici ce que l’on peut voir des commande des ailerons

il me restera à mettre un petit carénage pour couvrir la chappe comme sur le grandeur
pour la commande des volets, désolé je ne peux vous la montrer, elle est invisible

Réalisation de la verrière

je me suis creusé la tête depuis un petit moment, je voulais réaliser la verrière ouvrante.
seul soucis était la glissière de chaque coté du cockpit.
ne trouvant pas de profil adapté, j’ai donc décidé d’essayer de la faire.
j’ai acheté un carré laiton 3×3 mm extérieur, puis j’ai réalisé une ouverture sur toute la longueur d’un coté
à l’aide d’une petite meule dremel, montée sur la perceuse à colonne

un trou a été percé dans la planche de sapin pour permettre à la meule de descendre très près de la planche
la moitié de 3mm, c’est pas haut, puis avec un peu de patience ça se fait bien,
il faut simplement laisser travailler la meule à sa vitesse
voici ma glissière, il reste à ébavurer biensur

on trace puis vient le charcutage du fuselage pour intégrer les glissières

la partie mobile de la glissière sera réalisé avec une tôle aluminium repliè sur elle même pour créer un bourlet

des trous ont été percé pour une meilleur tenu de la colle

il restera à découper la longueur voulue en fonction du rebord de la verrière
en parlant de la verrière, j’ai arrondi un carré balsa dur 4×4 pour imiter un tube
j’ai gardé une partie droite pour le collage, meilleur tenue
toujours collé à l’araldite

et oui une verrière c’est transparent, on ne la voit pas très bien

bon présentons la verrière en place on la verra mieux

le travail est maintenant bien dégrossi, reste à maquettiser un peu tout cela

réalisation du dossier blindé, pour permettre l’écartement de la verrière lors de l’ouverture
j’ai collé un tube au dos du dossier. une CAP en fibre de verre coulissera dedans.
elle sera collé sur les montant de la verrière. enfin regardez plutôt la photo

ici on voit les deux pièces permettant de fixer le CAP et les deux guides qui se glisseront dans les glissières

la verrière est ensuite habillé de scotch alu, puis les rivets seront marqué

le dossier ainsi que le renfort on été scotché aussi

la verrière est maintenant fini voici le détail du dessus

la verrière a été peinte et vieilli

ici on peut voir les détails du dossier blindé, et de l’appuie tête
il a été réalisé dans un bout de dépron, une fois peint il fait parfaitement illusion du cuir
c’est une bonne surprise….

il reste encore une couche de peinture a passer….

j’en profite pour faire un appel:
je recherche une personne intelligente, gentille, serviable ….. un ange quoi !!!
qui souhaiterai participer à cette construction, en m’imprimant une étiquette.
je fourni la feuille autocollante spéciale imprimante et le fichier
et vous m’imprimez sur votre imprimante couleur ma petite étiquette.
si vous êtes intéressées (sur Rennes biensûr)vous pouvez me contacter
par mail ou par la messagerie de l’article  MERCI 

petite minute de poésie,
ce matin pendant que je réalisais les carrenages des commandes d’ailerons
je relevis la tête et je vis les rayons du soleil caresser le fuselage de l’avion

cette lueur matinale embellis ma journée, je compris qu’il faisait soleil dehors

OHHH il est temps que j’arrête de sniffer l’araldite

les carennages d’ailerons ont été fait, une feuille de laiton de quelques dixièmes
une pair de ciseaux, un fer à soudé et HOOP c’est partie

deux pièces de laitons sont formée puis soudée ensemble. celle de gauche est fini
celle de droite est soudé, mais il reste encore à ajuster le pourtour.
il est plus facile de souder sur « grande » pièce que de s’embêter à détortiller une feuille de papier à cigarette..

maintenant voici ces pièces en place après peinture

j’ai profité du soleil pour monter l’avion et prendre quelques photos afin de vous montrer
ou on est rendu dans la construction. ne vous trompez pas il reste encore beaucoup de travail

ce qui est impressionnant, c’est que de loin on ne voit pas ou presque pas les détails
dès que l’on se rapproche, on ne voit que ça …

je vous rappels la photo de départ, l’avion à réaliser

fw190a4ua7

et maintenant la réplique


OOOUUUFFS ça ressemble …. je suis soulagé

Réalisation du poste de pilotage

j’ai commencé par réaliser le siège du pilote, merci Loic pour le principe du moule perdu avec le scotch d’emballage….
j’ai donc réaliser le moule du siège en polistyrène recouvert de scotch, ensuite j’ai résiné le tout


j’ai laissé deux jour le temps que ça seiche, ensuite découpe sur le moule de siège
et démoulage, avec le scotch le démoulage c’est fait rapidement et facilement
de plus la surface au contact du moule est parfaitement lisse

bon je n’ai pas insisté sur la finition, le siège est peu visible, le pilote occupe le siège et l’autre coté est encore moins visible
ce n’aurait qu’alourdi l’avion…

ensuite finition de l’intérieur du poste de pilotage, découpe de planches de balsa de 1.5mm habillé en alu
puis ensuite on réalise les détails avec tout ce qui traine et qui ressemble à ce que l’on veut faire
les tiges d’interrupteur sont réalisé avec les pointes de cure dent,
le bouton rotatif avec une tête d’épingle limé pour avoir la forme voulu,
etc …… voici les deux tunnels


les écriture ont été réalisé par grattage à l’aide d’une pointe de la peinture avant sèchage complet.

voici le poste de pilotage

la protection du bord du tableau de bord est un fil électrique ouvert dans sa longueur et enfilé comme un joint  sur le stp
quelques points de colle le maintienne par précaution.
il est en caoutchouc noir, peint en marron, le fait de l’avoir manipulé pour le mettre en place
donne un vieillissement naturel, c’est la chance du débutant

finitions peinture, il ne me reste que les fumées à faire
fumée des échappements et des canons, je me suis inspiré de cette photo trouvé dans une documentation
merci Didier A. pour les photos et monographie qui mon beaucoup servie

maintenant y a pu ka …..
l’aéro est monté, la teinte est recherchée, puis on se lance, un peu tendu car on peut foirer tous le travail déjà éffectué
une fois fini, remontage de l’avion, cette fois les pantalons de train sont placé à blanc (maintenu par des élastiques)

ici les échappements, mélange d’huile et de suie d’échappement

sur les ailes on distingue, les traces de fumée des canons

il reste encore la dérive à finir en peinture, quelques victoires, et un peu de salissures
dommage que je n’ai pas rangé mon bordel derrière

il n’y a pas le moteur, il est sur le banc de rodage, mais normalement tout est prévu,
j’aurai certainement l’échappement à modifier, car Didier ma dit qu’il était mal monté
le carburant ne peut pas s’écoulé tel que j’ai prévu (merci Didier pour le conseil)
c’est là que l’on s’aperçoit que le modélisme, c’est convivial, c’est un échange permanent
entre tous les membres du club et entre modéliste biensûr….

maintenant le dessous

voila pour la peinture, il est maintenant fini à 95.5%, c’est précis hein !!!

il reste que des petits détails qui prennent beaucoups de temps, les karmans au niveau de bord d’attaque de l’aile
les trains à finir d’ajuster, je n’arrive pas à serrer les jambes sur le mécanisme
je vais être obligé de percer, tarauder et biensûr le tout sur l’aile car ce n’est plus démontable sans casse….
les pantalons sont terminé, reste quelques détails de peinture
les feux de positions, les réglages des débattements …..
enfin que des trucs qui ne se voyent pas ……

juste un exemple de petits détails……

la lumière de queue, j’ai récupéré les plastique que tout le monde jette à la poubelle (plastique translucide)
un petit bout de ctp 0.5mm, un petit bout de gaine plastique
voici pour la matière première


ensuite découpe et façonnage des pièces, qui sont au nombre de quatres
pour vous donner une idée de la taille, je les ai placées sur une pièce de 1 centimes


ensuite collage et  peinture

la lumière est en place…..

j’en ai profité pour peindre quelques victoires et de coller le guignol

restera à coller la dérive et a placer sa commande…..
voila vous avez maintenant une idée de ce que j’appels des détails……

le pilote est en place, il commence déjà à relire ses notes:
les ailerons sont au pieds
je tire le manche pour monter, je pousse pour descendre
je penche à droite pour tourner à droite et à gouche pour tourner à gauche
manette des gazs à gauche
altimètre, assiette, c’est bon tout y est …. du moins je crois

ou est le clignotant ???????

le montage radio est bien avancé, l’heure est au réglage du centre de gravité.
et hhhoooo , surprise, j’ai toujours fait jusqu’à présent sans pilote.
et avec le moteur ASP ……
et la le verdict tombe 800gr de lest…. inacceptable pour moi ……

j’ai donc tout remis en cause, le pilote est enlevé pesé et …


105gr et à 25cm en arrière du CG, donc rien que pour lui seul 200 gr de lest….
donc il faut qu’il arrête la choucroute, et qu’il fasse un sérieux régime…..
merci Loic pour ton article sur le biplan, j’ai lu que tu avait fait ton pilote en mousse
donc je me suis dit allez c’est partie. découpe ponçage


sauf que moi je ne suis pas un artiste sculpteur et pour le visage et les mains oupps c’est pas terrible….
donc décapitation et amputation dans les règles de l’art et le verdict de la balance


26gr, super le régime non ?????? allez hoppe peinture et finition du buste


et voici le résultat un jolie pilote maigrichon…
grace à cette manip, j’ai gagné 80gr sur le pilote et 120gr de lest….

maintenant je vais avancer les accus sous le capot moteur, pour avancer au maxi les masses
et je suis en train de faire un proto, puis un moule et coulage du plomb pour qu’il soit le plus discrêt possible
et surtout le plus en avant possible… normalement 4kg300 RTF ….
ce qui lui fera une charge ailaire de 107,5gr / dm²
là je laisse au puriste le soin de savoir si c’est correcte ou pas !!!!

autrement ça y est il a une hélice, le cone à été ouvert,
et l’écrou a été adapté au filetage du moteur….

la solution retenu est une bipale 14×6 ou 14×7 on verra avec les essais de vole…
j’ai abandonné la tripale, je ne pouvais pas monter au dessus de12.5 pouces de diamètre
et l’hélice faisait ridicule derrière le capot moteur…..
avec une bipale, je pourrait aller jusqu’à 15 pouces. mais on verra ça quand le moteur sera rodé….

on me pose souvent la question, combien de temps pour faire un avion, a vrai dire je ne sais pas,
je fais , j’arrête, je reprends…… ça dépends du temps du moment, de l’envie, ..
c’est un plaisir que l’on prends quand on veut si on veut…..

je voudrais souhaiter un bonne anniversaire à mon p’tit n’avion..

ma petite femme m’avais donné l’autorisation de commencer cette avion pour mon anniversaire
et m’avais offert le capot moteur, la verrière et le bois…
n’est ce pas charmant  …. j’avais oublié de lui dire qu’il resterait le moteur,
le cone, les servos, le train, la peinture, et les différents accesoires

Alex_Anniversaire

et oui à quelques jours près, un ans déjà, j’étais à quatre pattes sur le sol à déplier mes plans, le pout en l’air,
grand moment de bonheur… je vous rassure j’étais seul à la maison..
on ne rigole pas avec la sécurité …..

Réalisation des trappes et de l’habillage des trains

les pantalons ont été réalisé, ils ont été peint et collé à l’araldite.
le tube carbone qui habille la corde à piano a été percé pour une meilleur prise de la colle

ensuite réalisation des petites portes et de la mécanisation. sur le grandeur, c’est la roue qui vient fermer cette porte
j’ai donc repris le même principe, sauf que j’ai peur avec le souffle de l’hélice que la trappe ne flotte et vienne se coincer avec la roue
j’ai donc préféré la forcer ouverte avec un petit ressort.
découpe des pièces, la trappe est réalisée en alu, deux charnières, un bout de ctp pour servir de guignol
un tube alu, qui servira de charnière, a ses extrémité deux petit morceaux de CAP collés sur un petit morceau de bois dur
et enfin un morceau de CAP plié en U, il a été inséré dans des trous réalisée dans le tube,
il sera collé en place avec de l’araldite…….et voila le travail

voici pour les pièces, ensuite collage des charnières sur la trappe en alu,
réalisation des rivets sur la trappes, puis collage sur l’aile, les charnières seront chevillées avec des cures dents.
ensuite découpage de petite pièces de laiton, qui serviront à fixer la commande et le ressort de rappel.
ces pièces seront soudées à l’étain… ensuite collage à l’araldite sur l’aile.

mise en place des commandes et du ressort. voici le mécanisme en place…

la roue lorsqu’elle entrera, viendra appuyer sur le CAP et fermera la trappe…
seul soucis de ce mécanisme, le réglage de la longueur de la commande,
et il faut avoir des doigts de sage femme pour entrer les mains..
ici j’ai travaillé avec une pince à épilé dans chaque main… très pratique, et il faut rester calme
se serait dommage de pèter un plomb maintenant……

un petit essaie pour voir si ça marche…

OOUUUFFSS ça ferme,  mais s’est au chausse pied, la petite échelle ne m’aide pas ….

maintenant que j’ai validé le principe, il me reste à faire le deuxième….

voici un croquis de principe pour le mécanisme


la charnière sur la trappe alu ne me plait pas, je l’ai donc recommencée en ctp doublé de balsa,
le tout recouvert de scotch alu, voici la nouvelle trappe

les charnières sont mieux intégrée et plus discrètes…
une fois fermé


autrement j’ai réalisé un master pour faire le lest,
une fois fais je l’ai coulé dans du plâtres pour réaliser un moule,


y a pu ka attendre que ça soit bien sec, une semaine voir plus, sinon le moule cassera par la chaleur du plombs.

Finitions des Karmans du bord d’attaque de l’aile.
j’ai protégé l’aile avec du film étirable alimentaire, puis j’ai placé deux bandes de fibre
une couche de résine époxy entre chaque bande et séchage


le verso


après séchage, démoulage puis découpe pour mise en forme…
une fois fait l’avion est mis en croix, les morceau de fibre sont placé et ajusté
il reste qu’à remplir les karmans avec du balsa très légé….

ensuite les bloc seront dégrossi à la rappe puis poncé.

ensuite deux couches d’enduit nitro, puis finition scotch


les karmans peint…..


les trappes du train on été vieilli et sali

reste encore un  petit soucis à régler, le train entre au chausse pieds, il faudra que je revoie ça

j’ai révu de faire quelques sorties avec l’avion, pour ce faire je doit encore pousser un peu plus la finition.
je vais donc placer tous les marquages techniques de l’avion,
pour commencer voici les marquages sur les jambes du FW ….


j’ai collé des lettres de transfert, elles seront ensuite fixées avec un vernis mat incolore..
sur le fuselage, les indications de calage du stab ont été ajouté..


j’ai enfin reçue les lettres de 1.5mm, j’ai donc fini les écritures

les lettres ont été fixées par du KLIR, qui fait office de vernis acrylique translucide,
puis ensuite le jus pour salissures et enlever le coté légèrement brillant du KLIR.

les indication près des trappes permettant le remplissage des réservoirs

l’écriture est trop petite pour être réalisée, je vais donc faire un trompe l’oeil..
au crayon permanent


j’ai réalisé le système de visé qu’il restera à placer sur la planche de bord


pour faire des sorties maquettes, il faut un book, j’ai donc recherché des photos du modèles
je n’ai trouvé que des photos d’une version A2, j’ai donc décidé de modifier pour être conforme avec cette version
j’ai donc enlevé le mat d’antenne sur la dérive, ce qui ne me déplait pas car je n’arrêtais pas
d’accrocher dedans, ensuite charcutage et modification du haut de la dérive

un bloc de balsa est collé puis poncer en forme

ensuite deux couches d’enduits nitro, ponçage, enduit carrossier, ponçage rebouchage syntho finition ponçage…..

les retouches peintures ont été réalisées


maintenant réalisation de l’hélice statique, les trois pales ont été découpées dans un blocs balsa
puis poncées jusqu’à obtenir la forme voulu…. dur dur d’avoir les trois identiques
mais je suis contant du résultat, ma femme les vois identiques donc c’est bon..


maintenant quelques retouches puis peinture… reste le cone à tourner et ensuite le ventilateur à réaliser

a suivre ……

pour le vole j’ai encore le plomb à couler, le moule est fait, les accus à placer sur le moteur
et roder le moteur… autrement dit c’est pour bientôt…..

Voilà pour la deuxième partie… je vais couper l’article encore une fois,
sur le troisième article on aura les réglages, le premier vols et les différentes sorties de l’avion….

voilà pour le moment il va falloir patienter pour la suite…..
n’hésitez pas à laisser vos commentaires, ou à poser des questions, il y a un espace pour ça en dessous….

je suis dans les temps pour le premier vole sous les première lueurs du printemps

ça y est, je rêve déjà de voir les mécanos sortir l’avion du hangar
les premiers rayons de soleil printanier caresse les lignes de l’avion
le pilote avance vers l’avion, le casque à la main, d’un pas souple et décidé
quelques gouttes de sueurs perlent sur son front, pourtant il ne fait pas chaud
Démarrage du moteur, la bête rugit, ….
bon d’accord je regarde trop les films, je retourne au boulot

je vous rappels que cet article a pour seul but d’encourager la réalisation de maquettes,
c’est toujours sympas d’avoir un tel avion, alors n’hésitez pas à laisser vos commentaires, ou de poser vos questions.

à suivre……

Un commentaire sur “Construction du FW190-A4 (2ème Partie)

  1. Pingback: Anonyme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.