Construction du FW190-A4 (1ère partie-construction)

Construction d’un FW 190 A4
(première partie)
fw190a4ua7
J’ai repris l’aéromodélisme après de nombreuses années d’arrêt. J’ai acheté le plan Brian Taylor du FW 190 à l’âge de 18 ans avec le projet de le réaliser.
La vie à fait que sa construction se fera plus de 20 ans après.
Caractéristique de l’avion :
–          envergure 1m55
–          poids 3,8 kg
–          il sera motoriser par un moteur 4T – 15 cm3
A l’heure actuel, vu le prix des Ready tout fly et entre autre, Kiocho, qui propose cette avion pour 170€ environ, il ne faut pas construire pour gagner de l’argent.
Personnellement je prends autant de plaisir à construire qu’à voler, je voulais un avions qui soit jolie à regarder et très proche du réel, une finition maquette.
Cet article n’a que la prétention de montrer une construction pour ceux qui souhaiteraient découvrir les joies de la construction.
Place à la construction :
REALISATION DE L’AILE.
Construction classique, un plan de travail bien droit, avec une surface tendre sur le dessus pour pouvoir piquer les épingles.
Je fais toujours une copie sur papier calques du plan, j’ai trop souvent vu des différences importantes entre les dessins de l’aile droite et gauche.
Je place le calque sur le plan de travail recouvert d’une feuille plastique (couverture de livre).
On peut remarquer que certaine nervure ont été renforcée avec du ctp
Le bord d’attaque est réalisé en balsa de 3mm, le tout maintenu par des épingles de couturière.
Les chutes de balsa servent à réaliser des cales et maintenir le BA.
La fixation du train est mis en place à ce stade

Coffrage de l’aile, ici balsa de 1,5mm

Bien laisser sécher avant de libérer le chantier

On peut maintenant finir le coffrage de l’aile.
L’aile a été replacée sur ses cales par précaution.
Une fois sec, détacher l’aile, placer les cales sous l’aile pour conserver le vrillage du plan et coffrer une partie de l’aile.
Ici j’ai coffré la partie entre le BA et le longeron. Cette manipe est importante car elle rendra l’aile pratiquement indéformable durant la phase d’aménagement intérieur

L’autre aile à été réalisée de la même manière, le calques ayant été inversé.
Les ailes ont été collées après avoir placé la clé d’aile. Ici ctp collé à l’araldite
L’aile à été aménagée intérieurement.

Voici l’aile coffrée, les saumons et bords d’attaques ont été collés après coffrage.

REALISATION DU FUSELAGE.
Découpe des première pièces, et collage.

Mise en place des couples qui serviront à supporter le coffrage du ventre
J’ai décalqué sur le plan la pièce qui sera au contact de l’aile. Petit soucis, en vue de dessus on ne tient pas compte de la taille réelle de la pièce.
J’ai donc tracé la pièce sur un carton pour la positionner comme le plan, c’est à dire droite. J’ai ensuite reporté sur le fuselage les repères de la découpe.

Ensuite on place la pièce ou elle doit se trouver (positionnée suivant nos repères). On peut remarquer qu’elle est trop courte, je l’ai donc allongée des deux cotés. J’ai ensuite découpé mon gabarie pour réaliser la pièces en ctp.

Mise en croix, le support du stab est mise en place.

Réalisation de la profondeur.
J’ai suivi le plan et réalisé la profondeur en deux parties qui ont été collée ensemble ensuite.
Après séchage je me suis rendu compte qu’il était vrillé…….
J’ai donc décidé de faire autrement car c’est difficile de contrôler ce que l’on fait avec toutes les pinces.
J’ai donc redessiné les nervures avec des talons comme pour l’aile.

Un ordinateur, un plan et on redessine toutes les nervures. Avec BA et BF.

Découpe des pièces, mise en chantier

Une fois la profondeur réalisée, mise ne croix et vérification de la géométrie.

Mise en place du réservoir et de la platine radio (que l’on collera plus tard en fonction de l’équilibrage).

La profondeurs et ses gouvernes.

La profondeur à eu deux couches d’enduit nitro et est maintenant entoilée au papier japon.

Puis deux couche d’enduit nitro et deux couche d’enduit carrossier en bon. Entre chaque couche ponçage à l’eau.
On commence à réaliser les lignes de tôles, feuille blanche collée à la colle blanche et plastifiée à l’enduit nitro.

Après avoir mastiqué l’arrête que l’on ne voulait pas voir, petit ponçage et peinture d’apprêt.
On distingue les épaisseurs simulant les lignes de tôles.

La dérive a été mise en place, elle a été collée provisoirement avec quatre points de colle pour la réalisation puis décollée pour évider la maximum les blocs de balsa.
On peut voir la pièce de balsa mouillée et maintenu en place par des scotchs pour qu’elle prenne la forme.

Bloc évidé.

Coffrage du corps, le passage des commandes ont-été prévu avant.

Finition de la profondeur, les lignes de rivets ont été tracée. Les rivets seront réalisée à l’aide d’un fer à soudé.

quand le chat n’est pas là, les souris dansent (ma femme était au travail j’en profite pour être dans la cuisine)….

Une fois peint

Ça commence à ressembler à quelque chose……
On va réaliser les karmans

J’ai placé des petites nervures qui me serviront de repères pour le profil du karmans

réalisation de son petit ventre, le plan n’étant pas très précis dans ce domaine, je me suis inspiré d’un document donné dans une monographie.

A l’aide d’une baguette, je relève la forme de la nervure à réaliser sur un gabarie carton, pour ensuite la réaliser en balsa.

L’opération est renouvelée à chaque nervure

Coffrage, puis ponçage et masticage pour effacer les quelques défauts

Pour le plaisir des yeux une petite mise en croix.

Pour la finition de l’aile même technique que pour la profondeur (enduit nitro plus papier japon)

une couche d’enduit carrossier, puis ponçage à l’eau.
puis on rebouche les gros défaut au mastique carrossier.
bien poncer (huile de coude) pour laisser le minimum de matière quitte à revenir sur le papier japon.

Une petite pesée s’impose, on a besoin de se rassurer sur le poids…….

2kg800, il faut ajouter 300gr de train d’atterrissage et 400gr pour la finition fuselage (à la louche)
donc on peut espérer 3kg500 en état de vol.
cela nous fera 92gr/dm² ce qui est convenable pour ce type d’avion.
après avoir ajusté le capot moteur, j’ai mis en place les fixations
je l’ai ai réalisé en ctp de 3mm peuplier (bois légé) que j’ai collé à l’araldite

j’avais pensé faire un couple en cercle à l’intérieur du capot, mais j’aurai bouché les évacuation d’air chaud,
déjà que je ne suis pas sur de  respecter la règle des 1/3….
je vais m’occuper de la tôle avec les aération derrière les échappements.
je commence par réaliser en balsa de 10mm le karman que je vais rattacher avec le fuselage.
j’ai modifié cette partie du plan, Brian taylor l’avais collée sur l’aile, mais je pense qu’il est préférable de le modifier.
je commence par réaliser un gabarie en carton qui suit le capot moteur et ensuite je le place sur le plan pour évider le trou
nécessaire pour l’échappement. j’ai légèrement agrandi l’évacuation de l’air chaud.
puis on colle les premières pièces
le karman sur l’aile est juste placé à blanc.

ensuite je réalise un gabarie en carton (j’aime les biscottes heudebert )
pour réaliser le développé de la tôle. je compte réaliser cette partie en tôle d’aluminium pour garder le même aspect
« tas de tôles » du grandeur. une fois le gabarie réalisé je le trace sur la tôle

découpe des ouies en premier, puis le pourtour.
je fini par les plies après avoir ébavuré.
ensuite on présente l’enfant à sa mère.

cela ne me conviens pas, j’ai réalisé les plies à la main et ça ne rends pas bien,
de plus je viens de voir que j’ai fais ma blonde, les ouies sont à l’envers..

voilà qui est mieux, non !!!!
autrement les quelques défauts de l’aile on été enduite et poncés, puis un petit coup d’enduit en bombe carrossier

a ce stade, le dessous de l’aile est presque prête à recevoir la finition.
prochaine étape légé ponçage à l’eau pour enlever l’effet peau d’orange.
l’aile a été poncée, puis j’ai tracée les lignes de tôles.
j’ai ajustée la tôle derrière les échappement et le capot moteur.
le karman est en cour de réalisation sur cette partie, je vais ajuster le ctp qui applique sur l’aile de façon à pouvoir
placer les premières lignes de tôles et le bossage de l’aile pour cacher la mitrailleuse.

FINITION DE L’AILE

réalisation du bossage du capot mitrailleuse
je commence par scotcher à la bande cache un morceau de toile n°50
sur l’aile à l’emplacement du bossage.

Ensuite je viens poncer le pièce de balsa, de cette façon l’arrondi sera parfaitement ajusté à l’aile

la pièce repose parfaitement sur l’aile, on peut donc enlever la toile.

ensuite mise en forme du capot, il sera recouvert de scotch aluminium.

Réalisation des premières lignes de tôles. tenir compte de l’écoulemet de l’air sur les tôles,
placer les tôles de façon à ce que l’air ne vienne pas buter contre l’épaisseur…
les épaisseurs de tôle sont réalisées à l’aide de papier que l’on vient coller à la colle blanche
légèrement diluée.

on mastique ensuite l’épaisseur de la feuille que l’on ne souhaite pas voir.
ici j’ai mastiqué avec de l’enduit carossier, pas facile à poncer le papier s’encrasse

il faut distinguer deux types de lignes de tôle:
– les lignes de tôles superposées (celle que l’on vient de réaliser)
– les lignes de tôles justaposées
pour réaliser ce type de lignes de tôle, il suffit de prendre un fer à souder avec une panne en pointe
de venir suive une règle métallique (de préférence ) pour graver une rainure sans trop entrer
dans le revêtement pour ne pas fragiliser la structure de l’aile
on peut distinguer ici ce type de ligne (celles qui sont dans le sens de l’écoulement de l’air) qui ont été réalisée
avant de placer les épaisseurs de tôles du bords d’attaque.
dans un but pédagogique j’ai réalisé de deux couleur différentes les feuilles de papier collée
afin de vous montrer que l’on prévoit la coupure sur une ligne de tôle justaposée pour éviter
de voir le raccord ( en réalité je n’avais pas de papier A3 blanc)

mastiquage au sinto finition (plus facile à poncer)
puis ponçage
après avoir placer une bande cache sur le contour de l’arrête à préserver
passer deux couches d’enduit nitro sur le papier puis légé ponçage avant de
mettre une couche d’enduit carrossier en bombe

voici le résultat, on distingue bien les différentes tôles qui constituent l’aile

ensuite vient le moment où l’on trace l’emplacement des rivets. il existe deux types de rivets:
– les rivets à tête ronde (que l’on verra plus tard)
– les rivets à tête fraisée

après avoir tracer toutes les lignes de rivets
impressionnant non?
je vais réaliser chaque rivet à l’aide d’un fer à soudé sur lequel j’aurai fixé une panne adaptée
à l’empreinte que je veux laisser. en générale pour un rivet on fait l’empreinte avec un tube
ici j’ai préférer la faire avec un embout plat car pour l’échelle le tube n’aurait pas bien rendu.
voici le rendu

le gros du travail de finition sur l’aile est terminé, il reste à poncer légèrement pour éléminer toutes les petites bavures
avant de peindre la surface. 4 heures pour réaliser les rivets d’une aile (dessus uniquement)
j’ai encore les saumons à réaliser et le bords d’attaque.
ce n’est pas très dur en soit, c’est un peu long à réaliser c’est tout, mais le résultat en vaut la chandelle!!!
lorsque j’aurai fini le dessus de l’aile je mettrai les photos.
Comme promis voici les photos du dessus de l’aile terminée

j’ai essayé de jouer avec les contre-jours pour voir le épaisseurs de tôle et les rivets,
mais les photos rendent mal l’effet. on remarque toutefois les détails….
pour une première je suis content
voici pour le plaisir des yeux le FW190 monté, le train à été mise en place, il est réalisé avec une corde à piano de 5mm. Merci à Didier pour l’adaptateur me permettant de passer d’un diamètre de 5 à un diamètre de 9,5mm.
il est pour la première fois sur ces roues…..

On remarque le train bien en avant du bord d’attaque de l’aile, petite particularité de FW190.

ça commence à prendre de l’allure.

entoilage du fuselage, on profite des derniers rayons de soleil avant le froid
même principe que pour l’aile, papier japon plus enduit nitro

ensuite ponçage, enduit nitro, ponçage enduit nitro, ponçage enduit nitro épaissi au talcque,
ponçage et enduit en bombe et ponçage à l’eau.
maintenant la surface est prète à recevoir la finition.
j’ai opté pour la solution de préparer les morceau du fuselage indépendemment
car à mon avis c’est plus simple pour placer le papier japon.
mise en place de la roulette de queue et de sa commande.
sur un guignol de servo j’ai entré à fort un écrou dans le logement prévu au pignon cranté
collé à l’époxy. il sera bloqué par deux écroux, de chaque coté le tout collé à l’époxy.
vaut mieu que cela ne bouge pas car ensuite impossible de revenir sans charcutage

 

de l’autre coté fixation de la platine radio. pour ça position j’ai remonté l’avion avec tous ces éléments une fois de plus pour estimer le centre de gravité, et surprise il est très avant, je vais donc reculer la platine servos au maximum, et les accus vont pouvoir revenir un peu plus en arrière. j’en ai aussi profité pour la pesée (il est pratiquement dans sa configuration final) 3kg360. je suis toujours dans les clous pour les 3kg800 du plan malgré la finition maquette.
j’ai choisi de mettre des câbles de 7kg de résistance (câble acier de pêche) il sont fixé sur une chappe de 2mm, la tige fileté laiton servira de réglage. les oeillets ont deux rôles, le premier fixer l’émérillon pour éviter de vriller le fil lors du serrrage le deuxième s’ouvrir lors d’un choc important sur la dérive ou la roulette de queue ce qui limitera la casse

maintenant il faut installer la profondeur finition des volets
les lignes de colle blanche simulera les soudures
(du moins je penses que ses reliefs sur le grandeurs sont des soudures)

pendant le séchage je vais finir les tôles qui sont derrière les échappements.
pour la représentation des rivets sur l’aile, on a vu que c’était fait à l’aide d’un fer à soudé,
sur la tôle j’ai procédé autrement.
à l’aide d’une pointe dont j’ai aplati à la lime l’extrémité
j’ai marqué à l’aile d’un petit marteau l’alu sur l’envers

après quelques minutes de patiences voici le résultat

il me faut encore attendre d’avancer sur la finition du fuselage pour finir d’ajuster et de coller cette pièce
je commence donc le poste de pilotage. les pièces sont découpées dans du ctp 0.4mm puis je colle dessus un scotch aluminium

lors du découpage du pourtour penser à laisser un peu dépasser pour faire aussi les tranches du ctp

les trois pièces de la planche de bords sont réalisées

recherche de photos sur le net du poste de pilotage, puis ensuite impression des instruments de bords
puis à l’aide d’un emporte pièce découper les ouvertures des instruments

pour le verre de l’instrument j’ai placé un scotch incolore qui plastifiera le papier.
après peinture il restera à coller l’instrument sur le dos de la planche de bord

la profondeur a été collée et peinte.
une corde à piano sur laquelle j’ai soudé une plaque époxy double face, pour que la soudure tienne mieux
permettra de commander la profondeur.

mis en place du stab sur le fuselage. il sera collé à l’époxy

les câbles de commande ont été placé avant de coller, c’est plus facile surtout pour celui du dessous.
ensuite préparation de la dérive, comme d’habitude, deux couche d’enduit nitro puis une avec tacque.
ponçage et enduit en bombe poncé à l’eau. la dérive est collé à la colle blanche pour
tout ce qui est balsa sur balsa, seul sur la profondeur j’ai mis de la colle époxy.
elle sera maintenu pendant de temps de séchage par une planche de balsa qui
servira de règle et permettra de s’assurer qu’elle est bien droite.

les commandes sont maintenant effacées (du moins presque) l’inconvénient c’est en cas de problème on sera obligé de charcuter, mais esthétiquement c’est quand même plus jolie…..
le fuselage est maintenant fermé, il me restera à soigner le raccord dérive fuselage pour ensuite commencer la finition du fuselage, lignes de tôles et rivets….
je viens de m’acheter un aérographe capable de couvrir des surfaces importantes et d’être suffisament précis pour les détails.

la peinture à été aussi commandée, j’ai choisi de la warbird color…

l’avantage de cette peinture, elle est a l’eau donc pas trop d’odeur, facilité pour laver les outils.
revenons au fuselage, comme pour l’aile et le stabilisateur, la technique est la même papier collé à la colle blanche puis masticage de l’épaisseur que l’on ne souhaite pas voir.
la trappe de visite pour le mécanisme de la roulette est une feuille qui est directement tracé puis découpé sur une photocopie du plan. Les lignes de rivets sont tracées.

maintenant réalisation des rivets toujours de la même façon, à l’aide d’un fer à soudé. j’ai quelques rivets tête rondes, ils sont réalisé à l’aide d’une seringue dont l’aiguille à été coupée à la dremel pour faire un embout droit. ensuite on dépose une goutte de colle blanche à l’endroit souhaité.

je pensais que l’on distinguerait plus facilement les gouttes de colle… tant pis je ferai mieu la prochaine fois pour prendre la photo
Réalisation de la charnière de la trappe: j’ai récupéré du fil informatique (ou téléphone) puis j’ai dénudé une grande longueur. ensuite j’ai coupé l’isolant en petite section correspondant au articulation de la charnière. Ensuite il reste à enfiler les petits bout d’isolants sur le fil de cuivre que l’on a gardé.

il faut un peu exagérer l’espace entre deux parties isolante, car avec la peinture ça va atténuer l’effet. une fois fait, je vais la mettre en place et terminer la finition de la dérive….
elle est collée à la cyano

j’aurai du faire une saignée avec le fer à soudé pour placer la charnière dans le fonds. elle aurait moins ressorti
se sera pour la prochaine fois…..
je continu les lignes de tôle vers l’avant, sur la photo on peu voir la bande cache qui préserve l’arrête.

la bande cache a été enlevé on distingue les lignes de tôles

il faudrait que je prenne en photo sans flash en contre jour pour mieu visualiser le rendu.
pour une prochaine fois.
maintenant je vais finir ce petit travail de patience avant de vous montrer de nouvelles photos.
voilà l’arrière du fuselage est fini, voici un aperçu :

on voit un peu mieux les lignes de tôles et les rivets.
réalisation de l’avant du fuselage, j’ai collé la tôle derrière les échappements à l’araldite
après avoir soigneusement poncé au gros grain les surface à encoller.
par précaution j’ai préféré placer quelques clous qui imiteront parfaitement une tête de rivet.

voici quelques photos avant rivetage des flancs.

le rivetage est réalisé comme d’habitude, on trace l’emplacement puis on marque le rivets au fer à soudé
voici le résultat fini, j’ai placé les trappes de visites et les tôles du karman.

les karmans ont été réalisé avec du scotch alu que l’on peut acheté chez Nauroto par exemple, il est très fin
trop fin même, c’est pourquoi j’aurait du placer une feuille de papier avant de coler le scotch
afin de donner de l’épaisseur à la tôle
ce sera pour le prochain…

pour les prises de vues j’ai enfin compris comment faire pour voir les détails, sans flash et à la lumière du jour,
il faut bien sur jouer avec le contre jour. Je vais finir photographe

les trappes on été ajoutées, elle sont faite en papier collée à la colle blanche diluée à l’eau
elle seron ensuite enduite à la nitro avant une couche d’enduit bombe.
j’ai encore une charnière à faire sur la trappe du compartiment radio.

l’ouverture du mécanisme de roulette de queue à été réalisé comme décrit précédemment
on voit l’épaisseur et la charnière en place.
il reste encore pas mal de petit détail à faire, qui prennent beaucoups de temps, mais le résultat
me plait, c’est déjà ça. voici quelques photos….

réalisation du capot mitrailleuse. la tôle a été ajusté et les rivets ont été poinçonnés comme vu précédemment.
j’ai ensuite ouvert pour les verroux, pour leurs réalisation j’ai collé un scoth alu au dos de l’ouverture
pour ensuite collé deux épaisseurs en face avant. de cette façon j’ai réalisé une gravure autour du verroux
reproduisant ainsi l’aspect du verrou qui était déjà réalisé sur le capot moteur acheté.
voici le résultat

ensuite j’ai réalisé la mise en place du capot, j’ai collé deux charnières aux emplacement du grandeur de de me permettre
d’ouvrir ce capot à l’identique.

il me restera à réaliser le système de verrouillage pour éviter qu’il ne s’ouvre.
je penses le faire avec les deux mitrailleuses ….. à réfléchir…..
autrement voici le nez presque fini, il reste à faire les rivets sur le capot moteur qui est beaucoups trop lisse….

notez les karmans, on distingues les fausses charnières permettant l’ouverture des panneaux
des mitrailleuses (pour l’aile) et l’accès aux différents parties moteurs..
les charnières sont en bleu et orange (pour le moment )

réalisation de la verrière, j’ai fait des ouverture dans le plastique au endroit des enfoncements, puis j’ai collé un carré de balsa
à l’intérieur réalisant ainsi le montant.

ensuite j’ai découpé des bandes de scotch alu pour pour finir les montants (pour l’extérieur)
on peut se demander si je ne suis pas un maniaque du scotch alu
en fait il nous servira après peinture pour la finition …….

le cockpit a été avancé, j’ai peint à la peinture humbrol les parties de la planche de bords
ensuite j’ai collé les instruments de bords. voici le résultat.
il me reste encore une partie du tableau de bord à réaliser, mais je n’ai pas l’emporte pièce adapté
je le ferai plus tard……

j’ai mis en place les tôles autour du canopy et j’ai gravé le volet qui servait à l’aération de l’habitacle.

la première partie de la verrière a été collée à la colle époxy, une bande de scotch alu est placée pour finir le pourtour .

il reste encore quelques vis de fixations permettant de maintenir les tôles sur la bases des vitres.
le capot moteur a été riveté, cette fois j’ai gravé à la dremel les rivets à l’aide d’une toute petite fraise.
le fer à souder n’aurait eu aucun effet sur la fibre recouvert de gel coat.

le karman de la queue à été achevé

ouppsss la photo n’est pas nette…….
j’ai aussi fait un essais de peinture, j’avais recouvert avec une peinture à l’eau automobile grise pour le vieillissement
et avant de faire l’ensemble du fuselage je voulais voir si avec la peinture définitive si n’il avait pas de refus.
que j’ai bien fait d’être prudent, j’ai été obligé de reponser entièrement à l’eau la peinture car les peintures
n’était pas compatible. maintenant vous comprenez pourquoi je sui devenu maniaque du scoth alu, sur toutes les parties d’usures
le scotch alu me permettra d’écailler la peinture et faire ressortir l’alu
voici un avant gout de la couleur définitive….

rapellez vous, on avait estimé le poids de la bête à 3,5kg avec une louche de 500gr….
mais combien pèse-t-il ??????

oui le pot en verre est pour remplacer le cône que je n’ai pas encore…..
ici on est au grand complet il ne manque que la peinture et le pilote……
et oui il faut un pilote dans l’avion, car si c’est moi qui pilote on prends un risque ….

3kg452

ma louche est terrible n’est ce pas ??????
citation du jour: « un écoumoire qui n’a pas de trous c’est louche « 
le plan annonçait 3kg800 avec un moteur 2T, je suis assez contend de moi je serai plus légé malgré un moteur plus lourd…
pour le moteur j’ai changé de choix, je mettrai un saito FA 91S  (toujours en 4t)
j’avais pensé au DLE 20 mais avec son carburateur derrière le moteur j’ai pas assez de recul pour le mettre
il faudrait que je défonce la cloison coupe feu pour le loger…….
me revoilà sur la première partie pour finir l’article avec la réalisation du dessous de l’aile.
même technique que pour le dessus, traçage des lignes de tôles, puis bandes de papier pour réaliser l’épaisseur.
enduit et ponçage, voici pour faire court.

petit ponçage et apprêt puis réalisation des rivets.

le dessous de l’aile est maintenant presque fini, il reste à placer les bossages et quelques détails……
peinture de l’intérieur de l’aile et du volet,

le tringle de commande est placée dès maintenant car après ce serait très difficile de la mettre en place.
ensuite collage du volets à l’araldite.
on peut voir que j’ai réalisé le bossage pour le panneau mitrailleuse sous l’aile, le balsa à été recouvert du scotch alu
le volet est en place, je vais maintenant réaliser la finition des trappes pour pouvoir les fermer.
l’aile est maintenant fini, tous les rivets et toutes les tôles ont été réalisées.
par contre trop méticuleux et trop proche du moindre détail, j’en ai oubliè le principale
lorsque j’ai collé les volets, j’ai ajusté le jour autour du volets sans me soucier du fonctionnement
le déport de la charnière ne dégage pas assez le bord d’attaque du volets ce qui a pour effet de limiter l’ouverture.
voici l’ouverture maxi.

et oui BOULETTE
et avec un collage à l’araldire ça ne pardonne pas……
je vais donc devoir charcuter un peu le volets pour augmenter son ouverture.
idem des deux cotés biensûr.
Réalisation des pantalons de train

les pantalons prennent la forme de l’aile, j’ai donc commencé par réaliser le plan de travail,
les nervures ont été reproduite sur le dessous de l’aile uniquement à l’emplacement des puits
les deux profiles ont été placé dos à dos.
ensuite un ctp 0.5mm à été découpé en forme du pantalon,
des pièces de balsa 2mm ont été découpé, ils seront collé à l’intérieur du ctp.
l’idée est assez simple, pour que le ctp garde sa forme, on va profiter de la surépaisseur du pantalon pour le mettre en forme
le balsa de 2mm est placé sur le dos des nervures, ensuite le ctp sera collé dessus

une fois sec voici le résultat, la forme des nervures est conservée par le pantalon

un morceau de balsa 1mm est ensuite découpé pour donner le volume nécessaire et la forme de l’épaisseur,
un petit coups de ponçage pour finir la mise en forme avant de coller le scotch alu
sur la photo on voit avant après le scotch alu

maintenant la finition de l’intérieur du pantalon, des gouttes de colles on été placé à la seringue
l’aiguille a été coupée droite à l’aide d’un disque et d’une dremel
ensuite on mets un peu de colle dans la seringue et on dépose des petites gouttes de colles
qui imiteront les rivets tête rondes.
des détail ont été réalisé en ctp 0.5mm, des toutes petites pièces ont été découpées puis collées à la pince à épilée….

réalisation des fixations des pantalons
un planchette de hêtre de 4mm fera l’affaire
j’ai commencé par percé des trou de 8mm, ensuite j’ai tracé et découpé les fixations
sur la photo vous pouvez voir toutes les étapes

les pantalons ont été habillé d’alu, c’est par faignatise et rapidité, autrement s’était enduit nitro 3couches
puis papier japon, puis enduit nitro 2 couches, puis enduit chargé en talque
biensûr à chaque fois attendre les temps de séchage et nettoyage des outils
tandis que là, scotch découpe fini.

les rivets ont été marqué sur l’aluminium, avec les même pièces qui servent au reste du fuselage…
voilà, cette première partie est maintenant fini
pour le reste de la finition, il faudra vous rendre sur le deuxième article……

FIN
pour faciliter la lecture de l’article (temps de chargement du aux nombreuses photos) l’article sera en trois parties:
– la première qui traite de la construction et réalisations des détails
– la deuxième qui présentera la peinture, le vieillissement, et divers détails
– la dernière qui parlera des réglages, du premier vol, et des diverses sorties de l’avion…

 

n’hésitez pas à l’assez des commentaires à la fin du post, il y a un espace pour cela,
je remarque que l’article est souvent visité, je vous remercie de l’intérêt que vous portez à ma réalisation.
encore deux petites images pour pour remercier d’avoir suivi cette article….

11 commentaires sur “Construction du FW190-A4 (1ère partie-construction)

  1. merci pour tout ces encouragements, j’espère que cela vous donnera des idées et que d’autres se lanceront. Si vous le souhaitez, je serai à votre dispos pour vous aider…
    encore merci à tous ceux qui m’aide soit pour voler, pour me dépanner, me renseigner, ou ….

  2. bonsoir tres belle ouvrage ça donne envie.pourriez vous s il vous plait me procurrer une copie de votre plan frais evidemment a ma charge .car ce plan est tres difficille a se procurer .
    et on ma donner un 190 taylor a restaurer.dans l attente de votre reponse bonne construction merci
    laurent

  3. Bonjour , comment avez vous résolu le problème du moteur thermique trop long la distance entre le couple par-feu et le bout du capot étant faible ?

    en réduisant me semble t-il sur une photo « la boite moteur » et en repoussant le capot vers l avant ?
    Pour l angle anticouple de 2° vous l’avez inclus lors de la réduction de la boite ? ou par calage du bâti moteur la boite étant à zéro ?

    merci , j arrive pas à vous joindre par mail …et félicitations votre FW est superbe / jean-yves

    • Bonjour Jean Yves,

      j’ai mesurer la distance entre le plateau d’hélice et le support moteur, ensuite j’ai positionné la cloison pare feux à la bonne distance. il est très facile sur cet avion de l’avancer ou de le reculer … autrement si on doit avancer le capot moteur, on peut aussi tricher un peut, ça facilitera le centrage…..
      le calage moteur est à 0° à plat sur la cloison pare feu… si nécessaire caler le bati moteur, mais de mémoire j’étais à plat.

      oui j’ai des soucis avec la boite mail!!!
      Bonne journée Pascal

      • Merci pour ta réponse . Comme j ai avancé dans la construction j’ ai « calé la boite à 2° » comme sur le plan ….. Mon moteur est un laser 80 je serai également obligé de tricher en avançant de 1 cm le capot vers l ‘avant …En tout cas felicitations il est superbe ton FW

Répondre à tom Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.