AVIA BH5 (quatrième partie)

Déjà une quatrième partie, nous allons aborder ici la peinture et les finitions de notre modèle.

Tout d’abord, l’avion est entoilé, deux couches d’enduit nitro sur le fuselage puis papier japon, et deux couches d’enduit nitro. une fois sec, on ponce pour enlever toutes granulosité du support, puis on passe deux couches d’enduit carrossier en bombe.

On ponce l’enduit carrossier au plus près de l’entoilage sans l’abimer. Attention on ne recherche pas un miroir, c’est un avion bois peint, donc la surface est veineuse.

Ca y est, on est prêt à peindre notre modèle.

Procédons par étape:

  1. choisir la peinture: j’ai décidé de motoriser le modèle en électrique, donc pas de soucis de tenu au carburant moteur, pour des raisons de commodité, j’ai donc retenu la peinture TAMIYA (peinture à l’eau). Elle présente plusieurs avantages, nettoyage facile à l’eau, séchage rapide. Inconvénient, elle est commercialisée en petit pot.
  2. choisir les teintes: Sur internet il existe beaucoup de photos du sujet que l’on souhaite représenter, j’ai donc retenu trois photos, avec un éclairage correcte, pour réaliser les teintes de notre modèle. Pour vous faciliter la tâche, voici les mélanges et teintes appliqués.
                     pour le marron rouge: trois pots de RED FLAT XF-7 pour un pot de HULL RED XF-9
                     pour le beige:  dix pots de FLAT WHITE XF-2 pour deux pot de DESERT YELLOW XF-59
                     pour le bleu du drapeau  un pot de SKY BLUE X-14 et un pot de FLAT BLUE XF-8
                     pour le blanc FLAT WHITE XF-2
                     pour le noir FLAT BLACK XF-1
                     pour le rouge RED FLAT XF-7
j’ai commandé la peinture chez OUPSMODEL.COM pour le blanc, le rouge,  le marron rouge et le beige j’ai pris des pots de 23ml.
pour le bleu et le noir j’ai pris des pots de 10ml.
maintenant que les teintes sont définis, il est temps de se mettre au boulot.
sur le beige deux couches seront nécessaire pour couvrir correctement et obtenir la bonne teinte. la première couche sera réalisée à l’aérographe, seul la couche de finition sera appliquée au pinceau. en 1923, la peinture au pistolet n’existait pas, donc je conserve le coté peint à la main.
le stab a été peint avant de le coller sur le fuselage (une seul couche), puis une deuxième couche a été passé sur le fuselage et le stab.
la première couche de peinture est passé sur les ailes, puis on va masquer pour peindre le drapeau, on travail sur les deux coté en même temps pour gagner du temps, j’ai aussi réalisé les drapeaux sur la dérive de la même manière. de cette façon on peint en une seul fois se qui évite les nettoyage fastidieux et répété de l’aérographe.
les ailerons sont démontés, puis préparé pour la peinture
je commence toujours par les couleurs clair, la couche de blanc est donc passée
on masque ensuite pour réaliser le rouge
puis on finit par le bleu, voici la dérive
je ne vais pas montrer tous les étapes sur chaque partie de l’avion, voici comment j’ai procédé pour le marquage de l’avion, sur le plan découper le gabarie du marquage souhaité, puis le fixer sur un morceau de carton.
ensuite on découpe le lettrage au cutter.
on place le gabarie sur le drapeau, puis on vient tracer le contour du lettrage à l’aide d’un feutre peinture noir, couleur de notre lettrage.
voici le lettrage tracé
ensuite perception d’un pinceau fin et de la peinture noir mat, et on vient colorier l’intérieur du marquage.
on procèdera de la même manière pour chaque lettrage.
très important, la photo servant de modèle doit être toujours au pus près, pour visualiser le positionnement et le rendu de notre travail, les juges vérifieront à partir de ces photos…..
on fait de même avec les autres marquages, un gabarie que l’on place à l’aide d’une photo,
puis on trace le contour des lettres
enfin on rempli à la peinture à ‘aide d’un pinceau le texte, il faut avoir la main précise.
on travail ainsi pour la réalisation de tous les marquages…..après plusieurs heures de travail voici l’avion bien avancé
tous les marquages sont placé en fonction de nos photos
le dossier est très important, c’est avec ces photos que les juges noteront la qualité et l’exactitude du marquage.
le gros du travail est fait, j’ai remonté l’avion pour visualiser le rendu, et c’est important pour le morale de voir son modèle avancer…..
j’adore ce modèle, on ne le voit pas souvent, et il a une fier allure le bougre !!!!
le travail de finition est fin, c’est important pour le rendu
on va finir le marquage, il nous reste le dessous de l’avion à réaliser.
on va détailler un peu la méthode pour faire les gabaries. On commence par imprimer sur papier de machine à écrire le texte. Puis on monte les feuilles A4 pour faire le lettrage en une seul fois, ce qui garantira la bonne implantation.
ensuite on prend une planche martyre, nous allons découper au cutter la feuille et un carton. Le matériel nécessaire pour cette étape est simple à rassembler
de la bande cache pour fixer le support, un cutter, une paire de ciseaux, une règle et un crayon. On se fournira chez le libraire du coin pour la feuille de carton, une feuille légèrement rigide fera l’affaire. On commence par la fixer sur le support de travail, puis on place le tracé sur le carton.
ensuite on commence la découpe, toujours commencer par le centre, Dans notre cas, on ouvre l’intérieur du A en premier. Attention on garde tous les morceaux.
Dans le coin en haut on fait une petite marque pour repérer le coin du drapeau sur l’aile, ça facilitera le placement du gabarie.
Les lettres sont découpées une à une, les morceaux sont maintenus à la bande cache en place. De cette façon les lettres ne se déformeront pas au placement ou dans la poursuite de la découpe.
Le gabarie est prêt, on maintient les ailerons en place, puis on positionne les gabaries sur les deux ailes. On garde un œil sur les photos du grandeurs, on doit reproduire exactement la même apparence.
les gabaries sont maintenu à l’aide de la bande cache. on vérifie les alignements à l’aide de la règle.
Vous pouvez voir, que je ne colle pas les angles de la bande cache, c’est une astuce pour faciliter le travail lorsque l’on décollera les bandes.
On peut aussi replier un peu la découpe pour visualiser le positionnement sur l’aile.
j’ai aussi découpé le masque au contour de l’aile, toujours pour faciliter le placement du masque.
On relève les cotes pour que les deux ailes soient identiques…A ce stade, il faut prendre son temps et placer correctement les gabaries. Il faut vérifier deux fois, c’est plus sage.
Pour tracer le marquage, j’utilise un crayon peinture acrylique noir, donc de la couleur du marquage.
pareil on les trouve dans les magasins de travaux créatifs…
Poupouille vérifie une dernière fois, c’est l’architecte…..
La vérification est minutieuse, l’archi fait du zèle !!!!
Il est temps d’attaquer la peinture, on enlève la lettre à tracer, dans notre cas le L, puis nous allons tracer le contour en s’appuyant sur le carton.
le tracé est précis contre le carton, si on dérape pas de soucis, on trace sur le carton, ou sur l’aile mais pas de panique la surface découverte est la surface à peindre….
le premier masque est enlevé, la lettre est tracée.
On poursuit sur les autres lettres. pour les lettres avec centre, comme le B par exemple, on place un dois sur le centre, puis on ouvre la lettre, on fait attention de bien garder la position sans bouger. ensuite on trace autour du centre.
On pourrait se demander, mais pourquoi ne pas avoir tout simplement placé la lettre et tourner autour avec le feutre peinture…. tout simplement pour avoir un tracé propre, si on aurait procédé ainsi, tout dérapage coté aile aurait été vu, et ce n’aurait pas été très jolies de voir tout ces petites imperfections.
On procède de la même manière pour le haut de la lettre.
Puis on replace le contour pour finir le travail.
Notre première aile est faite, on procèdera de la même manière pour la deuxième. ici je vous ai montré un éventuel dérapage de chaque coté, coté gabarie, on écrit sur le carton, coté lettrage se sera recouvert par la peinture….
la deuxième aile est faite
Ensuite comme dans décos, on dégage les angles….
l’avantage du tracé, c’est que l’on vient contre le trait, on ne cherche par forcément à le recouvrir, ce qui garanti la netteté du contour. Ensuite on rempli le marquage à l’aide d’un pinceau plus large, ce qui limitera les coups de pinceau.
Une aile de faite
Il arrive que l’on peut déborder un peu, j’ai fait exprès pour vous montrer…. ou presque… là aussi il y a une astuce, surtout ne pas essayer d’essuyer, se serait PLUS PIRE, j’ai toujours rêvé d’écrire ça !!! on laisse sécher, puis on reprend le pinceau mais cette fois avec le beige, et on vient recouvrir la bavure. On le fait à l’envert tout simplement, et bien malin celui que le verra.
Voilà pour le détail des marquages. maintenant à vous de jouer !!!
à suivre….
en attendant, vous pouvez toujours aller voir ce magnifique AVIA BH1….
a lire sans modération……
A+ Pascal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.