P40 électrique (AEROKIT) 4ème partie

Nous voici dans la quatrième partie, je vraiment un grand bavard, j’espère que toutes ces photos vous encouragerons à vous lancer dans une construction….

notre projet est bien avancé, nous allons passer l’avion sur le dos et finir les karmans et habiller le dessous de l’aile avec le bombage….

On commence par découper les pièces du plan, personnellement je vais certainement apporter quelques modifications pour être un peu plus conforme au grandeur. Je souhaite un avion exact en forme, du moins le plus proche possible.

Dans un premier temps on suit le plan, on colle les couple sous l’aile.

Ensuite on mouille à l’eau chaude le coffrage balsa de 2mm, on les maintient sur les couples pour les former, on laisse sécher une nuit.

Je suis assez sensible à la sécurité et à la santé, lors de la construction d’une maquette, nous utilisons des produits plus ou moins dangereux, si je peux éviter, je le fais. Je sais que des modélistes utilisent l’ammoniac pour former le balsa, mais je trouves pas très bon de procéder de la sorte, si on peut éviter de respirer des vapeurs nocives. le formage à l’eau chaude marche très bien, elle est juste un peu plus longue, mais ça tombe bien, c’est du loisir !!!!

pendant ce temps on profite pour finir de travailler les karmans

Comme je vous l’ai dit, je vais coller au plus près de l’apparence du grandeur, donc on se documente, et les photos ne sont jamais très loin

une belle photo de l’avion sur le dos n’est pas de refus !!!

On commence le montage, la partie centrale est collée en place

j’ai ajouté un couple sur l’avant, puis on coffre à suivre, toujours la même technique

sur la photo du dessous de l’avion on peut voir, que la bossage est en trois parties, j’ai donc coupé la baguette pour finir la première partie, celle sous l’aile….

la partie avant est réalisé dans une planche de balsa de 10mm, elle sera mis en forme par ponçage

j’ai réalisé un couple supplémentaire, la partie avant sera réalisé en ctp 8/10, de cette façon on aura la même apparence qu’une tôle. on réalise un gabarie carton pour déterminer la forme du ctp puis on découpe la pièce.

on collera cette pièce plus tard, on la met de coté pour le moment.

on fini le coffrage de la partie arrière

Une fois sec, on découpe en forme, puis on ponce légèrement. Je me suis aussi rendu compte que l’aile dépasse légèrement du dessous de l’avion. je vais donc rectifier ce décalage en collant un morceau de planche de balsa de 15/10 très léger

on finit de bien combler sur toute la largeur

pendant que ça sèche, on réalise des gabaries pour finir la partie arrière des karmans.

on ajoutera un morceau de couple pour supporter le coffrage

je commence toujours par un gabarie carton, puis on découpe les pièces et on les colle en place.

le dessus du coffrage est enfin collé en place

on ponce les ajout de balsa pour avoir un dessous parfaitement droit

puis on corrige les imperfection à l’aide de mastique très léger.

la partie centrale de l’aile est passée à l’enduit nitro, puis on ponce pour égrainer. on colle ensuite la fibre 25gr à l’enduit nitro, le surplus est poncé pour avoir une bonne finition.

ensuite on passe une couche de G4.

le centre de l’aile est maintenant fini, le G4 est une résine donc on aura plus qu’a commencer la mise en peinture directement sur cette surface lisse et dur. On peut coller la partie avant du bossage.

le résulta est correct, ça ressemble aux photos du grandeur

On va faire les finitions de l’aile, on fait une découpe sur les BF des volets pour recevoir une baguette qui sera poncé en biais.

ensuite on colle la baguette en place

on mastique les imperfections, toujours avec le mastique très léger,

puis l’aile est poncée au plus près pour avoir le moins de matière possible et une surface lisse sans défaut.

les saumons sont mis en forme, on commence par dégrossir dans le prolongement de l’extrados à la rappe à bois

puis on affine à la rappe douce

et enfin à la calle à poncer, on vérifie à l’aide d’une règle que nous sommes parfaitement dans le prolongement de l’aile

une fosi fait on arrondi légèrement l’extrémité du saumon au plus épais.

On retourne l’aile, puis on trace un ligne repère à la limite de l’arrondi du BA

La particularité du P40, c’est que le saumon est en biais sur l’intrados, nous allons don réaliser un plat qui aura pour limite le trait repère que nous avons réalisé. on commence à la rappe puis on finit à la calle à poncer

ici on est encore un peu arrondi, on aplati encore une peu

ensuite on arrondi les extrémités. les deux saumons sont réalisés de la même manière.

Pendant que nous sommes sur l’aile, nous allons aussi corriger une petite chose, le train est implanté trop haut, la jambe doit être contre le coffrage

comme on peut le voir le mécanisme doit descendre de 3mm, j’ai modifié le plan, normalement sur votre modèle se sera correcte du premier coups.

j’ai donc creusé le logement du mécanisme

ouvert le coffrage pour renforcer le support et insérer les écrous prisonniers

puis on referme tout ça

et la jambe est bien en place

maintenant l’aile est prête à être entoilée, on commence par l’intrados, comme pour la partie centrale, une couche d’enduit nitro, voir deux suivant l’aspect de la surface

ensuite on ponce légèrement pour enlever la rugosité de la surface, puis on découpe la fibre 25gr. le tissus est fragile, il se découpe difficilement dans faire des files, j’ai une petite astuce qui consiste à coller une bande cache sur la découpe

ensuite on découpe sur la bande cache

de cette façon la fibre reste en bonne état, mais attention elle reste fragile. lorsque vous la poserez sur l’aile, il faudra éviter à tout pris qu’elle accroche, sinon vous ferez un trou ou vous tirerez des fibres et elle sera endommagée. La fibre est placée sur l’aile

puis on la colle à l’enduit nitrocellulosique, du centre vers les extérieurs, donc du centre de l’aile vers les BF et BA.

on ne cherche pas à découper les contour tout de suite, nous allons attendre que l’enduit nitro soit sec. ensuite j’ai ajuster la fibre au cutter d’un manière grossière, j’ajusterai plus précisément à la colle à poncer.

une fois fait on procède de même pour le deuxième aile. une petite astuce, pour que la fibre suive plus facilement les contours du saumon par exemple, on peut placer des pinces qui tireront la fibre vers le bas et la positionnera plus facilement.

pendant ce travail, on ne délaisse pas le fuseau, on colle des blocs de balsa tendre pour finir les karmans

cette partie sera mis en forme par ponçage, puis on mastiquera les imperfections du fuseau, toujours avec le mastiques léger

les karmans sont maintenant fini, on va passer au finitions du fuselage….

l’aile est sec, on ponce pour éliminer le surplus de toile, comme expliqué dans la partie entoilage fibre.

ensuite on retourne l’aile et on entoile l’extrados, on procède de la même manière.

On place la fibre, puis on colle à l’enduit nitro.

on encolle du centre vers les extérieurs

On retourne l’aile puis on soigne le BF derrière les volets

on replace l’aile pour le séchage

l’autre aile sera traitée de la même manière,

une fois fait on passera une ou deux couches de G4 pour recouvrir la fibre.

L’aile est prête on va passer une couche de garnissant carrossier, c’est une peinture épaisse, elle sera poncé au plus prêt de la fibre. cette couche à pour but d’effacer tout les petit défaut de surface.

Le ponçage se fait à l’eau au grain de 600. les partie en retrait (les trous) se verront en foncer

on l’aperçoit sur la photo ci dessus, on reponce jusqu’à la disparition de ces marques sans attaquer la fibre.

sur la photo suivante, on voit que ces marques ont disparues

il peut persister des défauts plus important, dans ce cas on appliquera un mastique carrossier

les trous sont rebouchés

mais comme on peut le voir, ça doit être exceptionnelle.

le dessus de l’aile sera faite de la même manière

pour tous ces produits, il faut penser à se protéger, ces produits son nocifs….

On continu sur le fuselage, on protège au film alimentaire la partie arrière du fuselage

On va fibrer cette partie pour renforcer l’ouverture de la roulette de queue, on va aussi faire le dépassement pour cacher l’articulation de la dérive. on posera trois couches de 90gr

Une fois imbibé on attend 48h que ça sèche

Une fois sec, on trace l’ouverture de la roulette, on commence par tracer la ligne de centre.

la première porte est tracée, puis décalquée, on découpe et on trace la deuxième.

la porte est placée

Les pièces sont découpées, il nous restera à les mettre en place.

On vérifie avec la dérive

Une fois positionné, on trace puis on réalise une encoche pur recevoir la pièce fibre sans dépasser du coffrage.

On perce des petits trous dans la fibre, 1.5mm,

ensuite on encolle à la colle époxy et on maintient la pièce de fibre à l’aide de cure dents.

Originale, le porc épic??? mais ça garantira la fixation de la pièce.

ensuite on trace l’ouverture à réaliser pour la roulette de queue

on décale le trait vers l’intérieur de 2mm environ

puis on découpe suivant ce nouveau tracé, il faut le faire proprement et on doit être dans l’épaisseur du trait, nous utiliserons la pièce enlevée.

Ensuite on fait la réservation pour insérer la pièce

Une fois fait on colle à l’époxy, cette fois on maintient à la bande cache

la porte prend place naturellement dans son logement

sur la partie enlevée, on va la diminuer de 2mm environ pour avoir un peu de jeu.

voici ce que ça donne

on colle la porte en fibre sur cette pièce en balsa

On procède ainsi pour donner de la rigidité à la porte, la pièce sera plus résistante à la déformation. Une fois sec on la replace dans sont logement pour attendre un séchage complet (environ 24h).

On colle des blocs pour finir la gueule du P40.

puis ponçage pour mettre en forme

on mastique puis on ponce, le fuselage est prêt à l’entoilage. On découpe un voile de fibre 25gr puis on le place sur le fuselage

On collera la fibre à l’enduit nitro comme sur l’aile

après une heure de travail et un peu de patience le fuselage est au séchage

j’ai terminer par le dessous, il persiste un ou deux petits plies, ils seront traités une fois sec. je ferai aussi des pièces, il y a quelques parties qui n’ont pu être couvertes.

Une fois le fuselage sec, ponçage, puis on vient placer des rustines sur les endroit encore brut de bois, la fibre est très fine, donc ça ne se verra pas.

le fuselage est en cours de séchage, deux couches de G4 ont été passées.

on va attendre maintenant 48h avant de poursuivre sur le fuselage, il faut que le G4 soit bien sec.

je vais donc poursuivre sur le stab, je commence par me fabriquer une cale, on morceau de ctp sur lequel j’ai collé une bande de papier de verre de 80 à peu prêt. il est collé au scotch double face. Ensuite on positionne une baguette sur la cale, je l’ai décalé d’un centimètre environ, elle doit être parallèle au bord.

ensuite on vient faire une encoche sur le bord de fuite de la partie fixe du stab

on vérifie que l’on est parallèle au coffrage, il faut que la bande de ctp que l’on collera en place soit dans le prolongement du coffrage.

une fois fait on collera de chaque coté une bande de ctp 8/10 qui imitera le déport de tôle, comme sur le grandeur, ça cachera l’articulation et rendra le modèle plus réaliste. Les ctp sont maintenu entre deux banguettes de pin lors du collage, ce qui garanti le fait que l’on soit bien droit, et que l’on ai de pas de vagues.

On ajuste le volet sur le stab

On oublie pas le saumon

un petit morceau de balsa est collé pour fermer entre les deux ctp

comme pour l’aile, on va maintenant l’entoiler, une couche d’enduit nitrocellulosique, petit ponçage pour enlever la rugosité, puis entoilage à la fibre 25gr

après collage à l’enduit nitro, on enlève le surplus de toile

il nous reste les deux couches de G4 et c’est fait

notez une petite astuce, j’ai placé deux vis dans le BA, sur la partie qui sera dans le fuselage, de cette façon je peux maintenir le fuselage dans un étau et travailler les deux cotés en même temps. Ces deux vis seront bien sûr enlevées après achèvement du stab.

comme pour le fuselage, le stab va attendre pour séchage, on va reprendre le fuselage avec une couche de garnissant, on poncera à l’eau au papier 180 dans un premier temps pour revenir à la “toile”, c’est à dire on approche au plus prêt sans pour autant atteindre la fibre. si la surface nous convient, on en reste là, autrement on renouvelle une nouvelle fois l’opération, sur la phase de finition, on poncera à l’eau mais au papier de 600, ce qui nous fera une surface très lisse, comme de la tôle.

idem pour le stab

et toutes les pièces de l’avion d’ailleurs.

ça y est le fuselage est prêt à recevoir sa finition. A ce stade deux choix, soit on ne souhaite pas faire de finition particulière, dans ce cas on passe directement à la peinture, soit on veux avoir une petite finition, dans ce cas nous allons encore travailler cette surface avant peinture.

comme vous pouvez le voir, l’état de surface est vraiment superbe, les petites ondulations du au coffrage, ne sont pas un problème, bien au contraire, ils augmenteront le réalisme du travail, sur un avion les tôles étaient loin d’être parfaitement droite, il ne faut pas regarder les grandeurs de trop près.

Personnellement, je trouve dommage d’arrêter là, je vais vous détailler ici, deux méthodes pour embellir vos modèles, dont une qui ne demande pas trop de travail, se serait donc dommage de ne pas donner du cachet à son modèle !!!!

Mais avant de passer aux finitions, nous allons d’abord finir deux ou trois petites choses, à commencer la le mécanisme de la roulette de queue. On peut bien sûr acheter ces équipements en magasin spécialisé, mais ce sont des pièces très coûteuse, il faut compter pas loin de 200€ pour ce mécanisme, si on peut éviter, il ne faut pas se gêner. j’ai fait des recherche pour savoir comment elle était sur le grandeur, pourquoi réinventer l’eau chaude…

j’ai retrouvé les plans, donc maintenant je n’ai plus qu’à adapter à mon modèle. sur le P47, Brian Taylor avait détaillé la réalisation de la roulette de queue, que j’ai d’ailleurs reproduit sur mon P47, elle fonctionne très bien, donc je vais aussi m’en inspirer

comme vous pouvez le voir sur la photo ci dessus, j’ai déjà bien avancé sur la mécanisme, mais je vais vous détailler tout ça.

sur le gradeur, le support est fait en tube, donc pour garder l’apparence, je vais le réaliser de la même manière. un tube de laiton ouvert d’un coup de scie à son extrémité, puis on écarte les lèvres

le but est de glisser un tube dans l’encoche ainsi faite

ensuite on replier les deux lèvres sur le tube, on nettoie bien les surfaces pour la soudures

on soude à l’étain, il faut faire bien attention de souder et de ne pas coller l’étain, on dépose l’étain sur le métal, pas sur le fer à souder.

un petit coup de lime pour que la soudure soit belle et le tour est joué.

on procèdera de la même manière sur l’autre extrémité du tube, mais cette fois on donnera un coup de queue de raz (lime ronde) pour forme la forme du tube que l’on placera de ce coté.

comme pour le premier coté, on replie autour du tube puis on soude à l’étain

le tube doit être perpendiculaire au premier tube que l’on a soudé, mais se sera détaillé sur le plan, je ferai le détail de cette réalisation sur le plan Aérokit.

maintenant une tôle en U, cette fois l’alu fera très bien l’affaire puisque nous n’avons pas de soudure à faite et une vis en travers permettra de faire l’articulation

de l’autre coté on ajoute une tôle de 8/10 enroulée autour du tube, c’est pour fixer la jambe de force qui fera aussi office de commande de rétractation

ensuite on reprend le mécanisme de commande BT que l’on adapte à notre train

on monte tout ça pour voir ce que ça donne

j’ai aussi ajouté un tube en travers du bras, c’est ici que l’on placera les commande des portes.

Maintenant que la commande de la roulette est faite, on peut tout monter et démonter pas l’ouverture de la roulette, c’est important de vérifier, c’est pour les maintenances éventuelles, nous allons donc finir l’avion avant de revenir sur ce point pour le finir.

on travail maintenant sur la partie fixe de la dérive, on colle un bloc de balsa en saumon

il sera poncé en forme, puis on colle un morceau de planche de 10mm en BA

on ponce le tout pour mettre en forme, puis comme pour le stab on colle des ctp en BF

après ponçage et on entoile comme d’habitude.

un petit montage de la bête, ça fait toujours plaisir de visualiser son avancement, c’est motivant

Voilà à ce stade, il est temps de commencer le travail de finition, ce que je veux dire pas là, donner une âme à cet avion, réaliser un trompe l’œil permettant de donner l’illusion que notre modèle est un grandeur plus petit. du moins c’est notre but.

ce sera dans la 5ème partie…

 

 

 

 

 

2 commentaires sur “P40 électrique (AEROKIT) 4ème partie

  1. Bonjour vous avez un lien pour voir le résulta final ??
    car votre façon de faire est intéressante , je cherche , a faire la même chose avec le corsaire hangar 9 ( le 2m20 ) , j’aimerais arrivé à un résulta réaliste …..

    • Bonjour, l’avion est plus avancé dans la 5ème partie, mais il n’est pas encore fini. j’ai laissé le modélisme de coté pendant pratiquement une année pour des raisons persos, je reprend tout juste la construction. bientôt de nouvelles photos.
      Pascal

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.