P47 razorback 7ème partie

he oui, je suis bavard, le P47 touche à sa fin, mais il y a encore beaucoup de travail pour que la maquette soit fini, à voir l’avion on ne dirait pas, mais les finitions n’en finisse pas….

petit récapitulatif, il reste à faire le train d’atterrissage, la commande des portes de la roulette de queue, le poste de pilotage, l’équipement radio et l’insertion de la mécanique, la verrière, les feux de navigations, enfin comme vous pouvez le voir il y a encore beaucoup, mais beaucoup de travail…..

le vieillissement de la peinture est réalisé, il restera à soigner les salissures des lignes de tôles, puis des salissures mécaniques et des fumées…..

le dessous de l’avion est “fade”, je penses mettre un peu plus de nuances, ce que je veux dire c’est d’apporter des salissures avec retenu tout en finesse… facile à dire, j’ai un peu peur de me lancer…….

en attendant voici le dessous de l’avion, merci aux photographes

les ouverture sur l’arrière du fuselage on été réalisé, il faudra placer des traces de fumée tout en retenu….

le capot moteur a été travaillé pour ajouter le “sourire”, une petite lame est placer pour délimiter le contour du moteur et le faux moteur à été collé en place

il restera à réaliser la fixation de la trappe de visite sur le dessus du capot.

la verrière est dégrossi pour la sortie d’Angers, je ne veux pas présenter l’avion sans une pseudo verrière, j’aurai préférer avoir fini la verrière, mais c’est un gros morceau, qui demanderai beaucoup de temps, j’espère l’avoir fini pour Coëtquidan…

j’ai donc triché pour le GPPA, j’ai peins pour visualiser la verrière et donner une image plus sympas du P47

merci à Jean Luc pour cette photo, à Angers j’ai pris de nombreuses photos des modèles présents, et que deux photos du P47, j’ai du piquer les photos des copains……

pour ce qui est du train, j’ai avancé un peu, dans un premier temps j’ai enlevé le ctp qui est trop fragile, pour le remplacer par une plaque d’époxy.

j’ai percé le cadre et taraudé pour visser la plaque sur le cadre. il sera donc fixé par des vis tête fraisée de 1.2mm et collé à l’époxy.

les têtes de vis seront limées pour ne pas dépasser de la plaque époxy puis ensuite les vis seront enduite.

une fois poncée, deux couches d’enduit carrossier et les vis sont effacée, je vais pouvoir réaliser les rivets, la surface est prête.

mais avant on va finir d’ajuster le montage, on reprend les réglages de biellettes et les essais, j’ai augmenté les jeux pour éviter les coincements,

je vais commander des vis car celle que j’ai placée sont trop courte, je préfère sécuriser le serrage….

le train entre et sort sans problème, je vais pourvoir passer à l’autre jambe.

ensuite on referme pour vérifier que tout est OK, on manoeuvre plusieurs fois, puis on ferme pour les finitions

les rivets sont fait puis une peinture alu comme le reste de l’aile. une fois la peinture bien sec, on salit ….

les jeux sont minimisés, mais pas trop il ne faut pas que ça bloque lors des manoeuvres. les biellettes sont maintenues pas des vis, mais je ne peux pas les bloquer, elles ne seraient plus mobiles. j’ai donc fait en sorte de remplir les filets de la vis, avec du frein filet dans un premier temps, puis avec de la peinture, de façon à bloquer l’écrou dans sa position non serré…

sur la jambe, je n’avais pas de filets derrière l’écrou, il a fallu réfléchir à une autre solution, le frein filet ça mange pas de pain, et une petite goutte de soudure étain pour lier l’écrou et la vis….

désolé la photo n’est pas nette, mais on aperçoit quand même la soudure. Petite retouche peinture et les jambes sont faite, du moins pour le moment, j’apporterai peut être quelques finitions après.

il est temps de se pencher sérieusement sur la verrière, j’avais commandé deux verrières, une pour la vitre et l’autre pour faire les montants, mais après réflexion, je vais plutôt procéder d’une autre façon, il n’y a que les co…. qui ne changent pas d’avis, à ce que l’on dit !!!

j’ai commencé par faire les deux longerons bas qui serviront à la fixation de la verrière, deux baguettes de balsa mise en forme, et ensuite le montant qui appliquera sur la partie fixe, c’est un ctp 3 mm découpé.

pour assurer le collage, j’ai percé la verrière et inséré des cure dents, le tout collé à la colle époxy lente. La verrière prend place je vais faire les repère pour placer les montants.

j’ai donc choisi de les faire en scotch alu, c’est un scotch acheté chez Norautruc prévu pour réparer les trous dans les échappements. Il est très collant, on a pas le droit à l’erreur, on applique qu’une seule fois, si on dois décoller il est mort…….

première étape bien dégraisser la verrière au produit à vitre, puis on place les bandes de scotch alus. j’ai superposé trois couches de scotch pour avoir l’épaisseur voulu, et voilà le travail.

vu d’extérieur

comme vous pouvez le voir, le pied de la verrière n’est pas encore traitée, sur le P47 une tôle descend sur le fuselage pour cacher la charnière. Il est impossible de reproduire ce détail en scotch alu, je vais donc le faire avec une tôle offcet alu de 0.2mm d’épaisseur. On commence par faire un gabarie en carton, puis on découpe et met en forme la pièce. j’ai percé des petits trous que j’ai ensuite fraisé par l’extérieur, de cette façon la colle sortira par ses trous et feront comme une vis retiendrons la pièce et rendra le collage plus solide.

rassurez vous, les points de colles seront poncé à fleur et ne se verrons plus. Ca commence à prendre forme, on va se pencher sur la finition.

Mais avant voyons les trappes de la roulette de queue, j’ai collé en place des baguettes de balsa, dans l’arrondi, un planche à été découpé en respectant la forme de la pièce en fibre, dans la longueur on découpe dans une planche, tout simplement.

les deux portes sont réalisée en même temps

toutes ces étapes sont longues, les collages se font en huit heures, c’est pour cette raison que j’alterne avec d’autre travaux, comme finir les salissures sur les contours de tôles, le fuselage est maintenant fini pour cet étape…

notre travail est mis en valeur sur la photo c’est assez voyant car j’ai voulu vous montrer ce travail, mais suivant l’éclairage, on ne le perçoit même pas, comme sur le grandeur d’ailleurs, il ne faut pas perdre de vu que l’on reproduit une apparence. Mais sur une maquette on doit exagérer un peu pour que se soit visible, mais il ne faut pas en faire trop, d’où la difficulté de ce travail.

si vous comparez cet photo avec celle du dessus, vous verrez illustré mes propos, sur la photo du haut on a l’impression que les coulures s’arrête que dos du cockpit, et sur la photo du bas on vous les coulures sur l’avant du fuselage, pourtant les deux photos ont été prise au même moment de réalisation.

le dessous de l’avion est aussi fait

les porte sont maintenant bien avancée, le balsa a été poncé en forme, et une couche d’enduit nitro pour “plastifier” le balsa. les biellettes ont été réalisé comme celle de la jambe, un tube aplati à son extrémité puis on perce pour le passage de la vis. on prévoit du jeux car on a pas le même alignement trappes ouvertes ou fermées.

pour la fixation sur la porte, un gabarie en carton va définir la forme développée de la pièce qui sera réalisée en laiton 4/10.

puis découpe et pliage pour obtenir cette pièce

elle sera ensuite collée à l’araldite puis habillé de balsa.

il ne reste plus qu’à mettre en couleur, on démonte puis on peint l’intérieur des portes, puis on enduit à l’enduit carrossier la face extérieur, ponçage et rivetage. puis on peint en alu.

les portes sont remontées à blanc, pour faire les réglages…

 

on va maintenant faire les vitres sur les feux de navigation de l’aile, lorsque j’ai réalisé les saumons, j’ai découpé l’emplacement des feux et récupéré les morceaux de saumon…. ils ont été placé sur un morceau de bois, pour faciliter le moulage. ensuite on prend une bouteille de soda lisse, on découpe le cul de la bouteille, on glisse la forme dans la bouteille et on cale le tout. Ca doit forcer.

on va chauffer à l’aide d’un décapeur thermique, on commence par le dessous, le plastique ayant un coefficient de dilatation maximum, en commençant par le dessous on tend le plastique sur la forme sans toucher au capital rétractation du plastique du dessus.

une fois fait on chauffe le dessus pour mouler le plastique sur la forme….une fois refroidi, on découper la pièce au cutter et on vient la coller à l’araldite sur l’aile.

on place les canons sur l’aile, ils seront collé à la colle époxy, il sont maintenu durant tout le temps de sèchage

les canons doivent être réglé, l’avion est donc placé sur sa ligne de vol, pour être sur de tirer droit.

quelques photos à la lumière du jour, l’apparence du modèle change d’apparence, pourtant c’est la même fiition.

ce qui est remarquable avec l’alu, c’est que suivant l’éclairage, on voit ou on ne voit pas les détails.

mais que vois je??? un deuxième P47??

son petit frère est venu lui rendre visite, c’est un lecteur de ce site qui c’est lancé, il à pris mes traces et à réalisé cette merveille

ne vous y trompé pas, il est d’une très belle finition…

pour une première maquette, notre ami Christian à fait fort !!!!

Pour revenir sur le P47 alu, voici d’autre photos, on profite qu’il soit monté…. désolé j’aurai préféré des photos en extérieur, mais il tombe des cordes….

le fuselage est maintenant près pour la dernière étape de finition, celle des salissures en tout genre, la graisse du moteur, les fumées d’échappement, les traces de chaleur, …. enfin tout ce qui peut encore donner du cachet au modèle ou le ridiculiser si c’est mal fait, j’avoue redouter un peu cette étape car sur l’alu pas le droit à l’erreur, si je rate il faut reprendre toute la tôles, et travailler à l’aéro sur l’avion sans filet…..

Mais avant, je vais placé les inscriptions sur l’avion, j’ai commandé aux états unis, les auto collants, ils se posent à l’eau, je les ai acheté au 1/6ème, l’avion étant au 1/6.2 mes craintes se confirme, ils sont légèrement trop grand…

je vais donc être obligé de rectifier ça, je vais scanner les planches, puis les réduire et enfin les imprimer sur un papier de transfert à l’eau.

j’ai donc commandé du papier et le vernis de fixation chez Micro-modèle. une fois ré-imprimé, on passe une couche de vernis pour fixer l’encre avant de baigner les étiquettes dans l’eau.

on découpe les écritures au plus près puis on les colles en place.

on réalise les derniers détails comme les commandes des trims

ça se précise

Le P47 est maintenant bien avancé, il est temps de lui faire prendre l’air pour une petite séance photo.

dernière ligne droite avant le premier vol, je dois encore vernir l’avion pour fixer les détails, …..

mais avant il reste encore un petit peu de travail de salissure, entre autre les traces d’huile à la sortie du capot moteur,

puis les traces de fumée s’échappant du capot par les ouies, j’ai fait des test sur un échantillon pour rechercher la teinte et la dilution du jus

une fois fait, on se lance sur l’avion

puis on remonte le capot pour visualiser notre travail

on en profite pour faire les traces de fumée à la sortie des douilles

et on finalise les petits détails comme les extrémités de volets

la canne pito n’est pas oubliée, un morceau de jonc fibre sur lequel j’ai collé à la cyano chargée au micro ballon. la pointe sera ensuite mise en forme par ponçage.

pour l’autre extrémité, une micro fiche électrique servira de fixation amovible.

ece genre d’accessoire est facile de casser lors des transport ou de la manutention, il est donc préférable de les prévoir démontable. dans l’aile on collera un tube la fiche entrera dans se tube et restera en place, comme on brancherait une fiche.

maintenant on peut passer au vernis, j’ai fait des tests sur mon échantillon, pour voir le rendu, à se stade on n’a pas le droit à l’erreur. le Mat est trop Mat, et le satiné est trop brillant. Après avoir échangé avec Aérokit, le fournisseur du vernis, il m’a conseillé de mélanger les vernis, j’ai donc mélanger 60 parts de mat pour 40 parts de satiné. le mélange fait j’ai fait un essais sur mon échantillon

on ne le vois pas sur la photo, mais j’ai trois apparence différentes, celle qui me convenait est à droite, on est légèrement brillant.

j’ai donc vernis le dessous de l’aile en premier, et là, HORREUR, des points blancs sont apparues au séchage.

impossible à reprendre, je les ai un peu atténué en passant la paille de fer, mais les points sont dans le vernis et non en surface. heureusement on en voit que lorsque l’on est très près de l’avion.

A distance raisonnable on ne les voit pas comme vous pouvez le constater sur la photo au dessus. c’est pour ce genre de situation que je commence toujours par le dessous de mes ailes, en cas de problème c’est pas trop visible…

vous avez certainement remarqué que j’ai fait une pause sur le P47, c’est en partie à cause de ce problème. J’ai essayé de comprendre le problème, je me suis renseigné à droite à gauche dans le monde des maquetteux et plusieurs hypothèses sont énumérées. de l’eau dans le vernis provenant du compresseur, des bulles d’air avec une buse qui crachotte, le mélange de vernis qui ne seraient pas compatible, … oui mais il vient d’où le problème????

j’ai donc placé un filtre sut mon compresseur pour éviter l’apparition d’eau dans l’air, j’ai acheté un pistolet avec une buse plus grosse pour vaporiser plus facilement le vernis, j’ai contacté à nouveau Aérokit qui m’a confirmé la compatibilité des produits. puis je me sui relancé. sur une petit surface type échantillon rien, pas de soucis, par contre sur l’aile, toujours au séchage les point blancs sont toujours là !!!

c’est d’autant plus gênant sur les parties foncées….. le problème n’est toujours pas résolu, j’ai limité leur apparition mais pas supprimé. J’ai donc dilué un peu plus le vernis au cas ou, maintenant que l’on était dans la panade, puis j’ai fait le fuselage.

cette fois les points sont moins prononcés mais toujours présents.. j’avais aussi filtré le vernis et après séchage de mon filtre, comme par magie, des résidu blanc sont ressortie du vernis, le faites d’avoir filtré j’avais enlevé une partie de ces résidus. le problème était donc le vernis.. je suis septique sur la compatibilité des produits, ou un des pots étaient peut être trop vieux !!!!

maintenant l’avion est vernis, il a été passé à la paille de fer pour “lisser” un peu la surface et surtout travailler une peu la surface.

il est temps de finir de monter l’avion, on commence par placer le moteur

le réservoir et ses durites, on essaie de garder le tout assez discret pour préserver l’aspect maquette

les échappement seront ressortis au plus simple, pour éviter les soucis, il faut que la maquette soit fonctionnelle avant tout.

le câblage des feux de navigations est fait, on passe aux tests

l’avion est maintenant monté, il est presque complet, il ne manque plus que le poste de pilotage et la verrière à mettre en place, on profite donc pour vérifier le centrage de ce gros père, on le place sur le dos, on place des bandes cache pour visualiser le CG

puis on vient soupeser le bébé, il ne manque que 160gr de plomb à l’avant pour avoir l’équilibre, je n’ai pas encore le conne sur le moteur, je devrai être centré de construction à peu de choses près.

j’en ai aussi profité pour une petite pesée, il fait actuellement 7kg600 il devrai sortir à moins de 8kg c’est sur maintenant.

petite vidéo de présentation du P47

Passons au cockpit, pour la réalisation de l’intérieure, c’est un peu de bricolage, on fait avec de la récup, et des profilés plastiques de marque evergreen. des chutes de balsa et du scotch alu, enfin tout ce qui traine dans l’atelier, le ça peut !!!

on commence par les palonniers, deux morceaux de balsa pour faire les montant, profilés plastiques pour les articulations et le tour est jouer… je détaillerai cette partie dans un poste sur les postes de pilotage plus tard, lors de la réalisation du P40.

On place ensuite la poutre supérieur, support du système de visé

maintenant on place la planche de bord, elle avait été réalisée il y a un petit moment déjà, j’avais détaillé sa réalisation dans les articles précédents sur le P47.

les étiquettes sont faites en trompe l’œil, j’ai peint un morceau de scotch alu à la peinture noir mat, puis j’ai griffé la peinture pour imiter les écritures. j’ai respecté la longueur des lignes et la “mise en page” si on peut dire, ça fait parfaitement illusion.

ensuite on réalise les pièces les unes après les autres, bloc de balsa poncé en forme, puis recouvert de scotch alu, on place les boutons ou autres accessoires sur la forme, les accessoires sont réalisé à l’aide de profilés plastiques, de coulé de pièces plastiques de maquette, comme je le disais plus haut, c’est souvent de la récup…..

il est important d’avoir de bonne photo sur les pièces, ou une bonne documentation.

voici la commande des trims

ou encore le viseur en cour de réalisation

la plupart des pièces à réaliser sont de très petites taille comme le montre cette photo, le boitier de commande des feux de recognition se place facilement sur une pièce de 2cts, il est constitué d’une quinzaine de pièces, on remplace les doigts par des pinces à épiler.

il faut bien sûr mettre en peinture, là aussi il faut un pinceau très petit, à ce stade, on se rapproche de la maquette plastique.

le premier coté commence à prendre forme

puis le deuxième, le siège est placé,

on peaufine les derniers détails, le cockpit prend des couleurs

l’appuis tête est réalisé à l’aide d’un morceau de depron poncé en forme, le coté granuleux du depron rend bien l’aspect du cuir…

une petite vidéo pour vous montrer tout ça

 

je dois encore finir la vitre blindée devant le pilote et coller la verrière, mais avant je dois la retoucher un peu…

Ca se précise ….

A+ Pascal

6 commentaires sur “P47 razorback 7ème partie

  1. Bonjour, superbe avion!!!!!!!!! Petite question concernant le capot moteur. Est-il possible de mettre un radial essence ou alors le capot est trop petit? Je pensais au saito 60 r3 essence.

    Cordialement.

  2. Bonjour, je ne connais pas le diamètre du 60R3, ce que je peux dire c’est que le diamètre maximum du moteur est de 170mm voir 180mm au chausse pied…. si le moteur est inférieur à 180, il pourrait entrer sous le capot….
    Bonne journée Pascal

  3. Bonjour, félicitations déjà pour commencer, le travail abattu est remarquable aussi sur la machine que votre site,

    j’ai une question, je termine actuellement un p47 razorback topfilte, et je ne trouve pas le site ou vous vous êtes procuré les tous les petits marquages fourmillants sur l’avion…

    Pouvez-vous me donner un lien ou une adresse ?

    En vous remerciant par avance,

    Olivier

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.